Archives par mot-clé : jeunes

Entrée précoce sur le marché du travail de l’Est-Var

Entree-precoce-sur-le-marche-du-travail-de-l-Est-Var-Troisieme-vague-d-enquete_largeQuelles sont les raisons qui poussent une partie des jeunes à quitter le système scolaire ? Quelle vision ont-ils du marché du travail ? Quelle est leur situation au moment où ils s’y trouvent confrontés ? Sont concernés par l’entrée précoce sur le marché du travail des jeunes issus des classes de la 3ème à la terminale, ou de 1ère et 2ème année de CAP ou BEP.

Pour répondre à ces questions, la maison de l’emploi de l’Est-Var a confié au Céreq une étude longitudinale visant à connaître et comprendre le parcours des jeunes sortis du système scolaire en juin 2011 et domiciliés sur son territoire.  Ce rapport rend compte de la troisième vague d’interrogation, qui permet de reconstituer dans le détail près de deux ans et demi de parcours.

Voir le document sur le site du Céreq

Aline Valette-Wursthen, Anne Delanoë, Dominique Epiphane, Entrée précoce sur le marché du travail de l’Est-Var : Troisième vague d’enquête,  Net.Doc n° 120, Marseille : Céreq, 2014. – 65 p.

Etude : Carrière et rapport à la carrière chez les jeunes salarié-e-s d’exécution du privé

Auteurs: Pascal BARBIER  (Chercheur, Université de Louvain, IACCHOS) – Pauline SEILLER (Maître de conférence, Université de caen, CerreV)

Résumé: 

Cette recherche s’intéresse aux salariés « stables » de l’industrie et des services, ceux dont l’emploi est à la fois garanti par un contrat à durée indéterminée et par l’appartenance à une grande entreprise. Elle apporte des éléments de compréhension sur un aspect du « rapport au travail » des salariés les plus stables: celui de la « carrièree interne dans une entreprise. En effet la carrière structure le rapport que les salariés entretiennent avec leur travail : elle cimente leus attentes professionnelles (valeur du diplôme, fermeture de la promition, etc.). En un mot, elle constitue un aspect central du rapport au travail, aspect aujourd’hui relégué dans l’espace public par la question des restructurations et des licenciements, mais dont l’importance dans le vécu des salariés ne saurait être ignorée.

Lire l’étude en ligne

Cette étude est consultable au Centre de documentation de l’IRES. Pour consulter la base documentaire de l’RES

Cette étude est une Agence d’obectifs. L’Ires soutient l’effort de recherche propre à chaque organisation syndicale en finançant des programmes établis par chacune d’elles. Les résultats de ces recherches ou travaux regroupés sous l’appellation « Agence d’objectifs » sont menés sous leur responsabilité. Les résultats de ces recherches sont mis à la disposition de l’ensemble du mouvement syndical. Toutes  les agences d’objectifs sont regroupées sur le site de l’Ires.

 

 

 

Quelle aide à la recherche d’emploi pour les diplômés du supérieur en difficulté ?

Améliorer l’accès à l’emploi des jeunes en difficulté d’insertion en sécurisant leur revenu et en les accompagnant : tel était l’objectif du revenu contractualisé d’autonomie (RCA) expérimenté en 2011 et 2012.

Décliné pour les diplômés du supérieur, le RCA s’avère peu concluant sur l’allocation. En revanche, l’accompagnement apparaît comme une réelle plus value pour ces jeunes qui disent manquer d’appui adapté au moment de leur recherche d’emploi.

Voir ce Bref sur le site du Céreq

Isabelle Borras ; Nathalie Bosse, Quelle aide à la recherche d’emploi pour les diplômés du supérieur en difficulté ? in Bref n° 313 (août 2013). – 4 p.

Des débuts de trajectoire durablement marqués par la crise ?

couvMalgré la crise financière de fin 2008, le chômage des jeunes entrés sur le marché du travail en 2004 arrive, sept ans plus tard, fin 2011, à un niveau voisin de celui de leurs aînés entrés en 98. Pour autant, les non-diplômés auront dès le départ pâti de la mauvaise conjoncture et des statuts précaires. Les diplômés du secondaire semblent, eux, avoir été largement impactés par la crise. Les progressions de salaire ont aussi été freinées, notamment pour les diplômés de l’enseignement supérieur.

Voir ce Bref sur le site du Céreq

 

Zora Mazari et Isabelle RecotilletGénération 2004 : des débuts de trajectoire durablement marqués par la crise ? in Bref n° 311 (juin 2013). – 4 p.

Agence d’objectifs IRES : Jeunesses précaires. Impasses et horizons

Editeur : CFTC

Auteur : BORDIEC, Sylvain

Résumé : « Jeunes et précarité sont des thèmes abondamment déclinés sous diverses formes et massivement investis pas les sphères politique, syndicale, médiatique, le domaine administratif et même la société civile. Récemment, le « contrat de génération », mis en place par le gouvernement, a placé la jeunesse, au cœur des préoccupations. Pourtant les principaux intéressés se retranchent dans une sorte de silence. Jeunesses précaires, jeunesses atones ? […] Dans la continuité de l’Université d’été CFTC de 2010 sur les jeunes, cette étude, après un état des lieux précis, tente d’esquisser une série de propositions afin de mieux prendre en compte les aspirations des jeunes de notre pays. Quelles solutions pour une jeunesse discriminée économiquement, désocialisée culturellement et sous-représentée politiquement ? « 

Travail,santé,éducation : individualisation des parcours sociaux et inégalités

Cet ouvrage explore le nouveau concept de « parcours social », concept particulièrement efficient pour observer les inégalités de toutes sortes que subissent les hommes et les femmes dans des domaines aussi variés que le travail, la santé, l’éducation et la formation. Il apparaît que le processus d’individualisation mis en œuvre par les politiques publiques et les nouvelles formes de management favorise l’émergence, le maintien ou l’aggravation de ces inégalités dans nos sociétés.

 

Melchior, Jean-Philippe, dir. ; Widmer, Eric, dir., Travail,santé,éducation : individualisation des parcours sociaux et inégalités, Ertul, Servet, dir. ;  . – Paris : L’Harmattan, 2013. – 287 p. – (Logiques sociales) .

 

Auteurs Céreq ayant participé à cet ouvrage :

Calmand, Julien; Giret, Jean-François, L’éclatement des parcours professionnels des diplômés de doctorat en France

Insertion des jeunes issus de quartiers sensibles : les hommes doublement pénalisés

Les jeunes issus des zones urbaines sensibles (Zus) connaissent depuis dix ans des difficultés d’insertion croissantes. La dégradation a particulièrement affecté les hommes.

Au-delà d’origines sociales défavorisées et de faibles niveaux de formation, ils semblent plus qu’hier pâtir de « l’effet quartier ». Pour les femmes des Zus, au contraire, cet effet s’estomperait.

Disponible sur le site du Céreq

Thomas Couppié, Insertion des jeunes issus de quartiers sensibles : les hommes doublement pénalisés, Bref n° 309 (avril 2013). – 4 p.

S’insérer à la sortie de l’enseignement secondaire : de fortes inégalités entre filières

1ère pageEn 2010, le taux de chômage des jeunes sortis de l’enseignement professionnel secondaire trois ans plus tôt varie de 3 % à 45 % selon la spécialité de formation. Si les bacheliers accèdent plus facilement à l’emploi que les titulaires d’un CAP ou d’un BEP, l’approche par le seul niveau de diplôme s’avère donc réductrice pour analyser l’insertion.

L’évolution des métiers explique certaines difficultés, et vient interroger la pertinence de l’architecture de l’offre de formation dans certains domaines.

 

Disponible sur le site du Céreq

 

Jean-Jacques Arrighi, Emmanuel Sulzer,  S’insérer à la sortie de l’enseignement secondaire : de fortes inégalités entre filières, Bref n° 303, décembre 2012. – 8 p.