“Technology, work organisation and job quality in service work : changing contours” Call for papers

“Technology, work organisation and job quality in service work :

changing contours”

Call for papers

Journal “Labour & Industry”,  décember 2013

This special issue aims to investigate the interaction between ICT developments, work organisation and job quality outcomes in the service sector. It is the service sector that remains the main source of new jobs in most economies (UNCTAD, 2011) and it is where technological change has significantly transformed organisations, work processes, job design and skills. Moreover it is the service sector where there has been extensive restructuring of work and job design aligned with technological developments, outsourcing and the restructuring of the public sector. We have witnessed major job shedding and job redesign in such sectors as banking, health, education and clerical services.

PLUS D’INFORMATION
http://www.airaanz.org/uploads/2/1/6/3/2163987/call_for_papers_labour_and_industry_special_issue.pdf

CALENDRIER
October 30, 2012: submit abstracts (Max 500 words) to any of the co editors.
November 30, 2012: invitations to submit full papers will be sent out.
March 30, 2013: submission of full papers for refereeing.
May 30, 2013: authors will receive the feedback from referees.
July 30, 2013: full papers with revisions will be due
Dec 2013: journal volume published

“L’humour au travail : dépasser les lectures fonctionnalistes et critiques” Appel à contribution (Dossier)

“L’humour au travail : dépasser les lectures fonctionnalistes et

critiques”

Appel à contribution (Dossier)

 

Revue “Les mondes du travail, n° 13, février 2013.
Coordinateur du dossier : Marc LORIOL (marc.loriol@orange.fr)

Plaisanteries, vannes, fou rires collectifs, attitudes ironiques face à la hiérarchie, gestes ou comportements burlesques, etc. L’humour se manifeste de nombreuses façons dans le monde du travail comme en témoignent différentes enquêtes de terrain concernant des milieux professionnels variés. Les articles privilégiés pour ce dossier devront être étayés sur une enquête empirique pour développer l’une ou l’autre des dimensions de l’humour au travail et couvriront – collectivement – différents univers professionnels.

PLUS D’INFORMATION 
http://gestesdotnet.files.wordpress.com/2012/07/les-mondes-du-travail-_aac-humour.pdf

CALENDRIER
Les articles doivent être envoyés pour le 15 septembre 2012 (dernier délais).

“Enquêter auprès de personnes socialement démunies et engagées dans un processus de formation : quelles pratiques de recherche ?” Appel à contribution

“Enquêter auprès de personnes socialement démunies et

engagées dans un processus de formation : quelles

pratiques de recherche ?”

Appel à contribution

Revue “TransFormations-Recherches en éducation et formation des adultes”, n°10, 2013

 

Le numéro portera sur les pratiques de recherche auprès de personnes socialement démunies et engagées dans un processus de recherche. La coordination de ce volume est assurée par Nacira Aït Abdesselam et Bernard Charlot.

Les contributeurs peuvent en outre proposer des articles de recherche pour la rubrique Varia des numéros courants.

 

PLUS D’INFORMATION 
http://www.trigone.univ-lille1.fr/transformations/dataTF/appel_textesTF10.pdf

CALENDRIER
· Les propositions d’articles devront nous parvenir pour le 15 septembre 2012 sous forme d’un résumé du projet d’article de deux pages maximum. Elles seront envoyées à transformations@univ-lille1.fr
· Les textes définitifs seront à remettre le 15 mars 2013 pour expertise.
· Les auteurs auront jusqu’au 30 août 2013 pour procéder aux corrections demandées.
· La parution du numéro est prévue en décembre 2013.

Métiers héroïques, face à l’urgence, au danger et à la mort

Travailler 2011/2
Travailler
, n° 26, 2011
« Métiers héroïques, face à l’urgence, au danger et à la mort », dossier coordonné par Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet – 224 p.

Extrait de l’éditorial d’Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet :
Les héros contemporains ne sont plus tant des surhommes, encore moins des demi-dieux, que des hommes ordinaires, qui se distinguent en ce qu’ils dévouent leur activité à une cause altruiste, œuvrant pour le bien de la communauté considéré d’un point de vue moral. Et ce sont aussi des femmes, mais leur engagement, voire leur dévouement au travail, est généralement moins reconnu, moins valorisé et rarement mis sur le compte d’un quelconque héroïsme… C’est que le héros demeure par définition identifié au masculin, tant les qualités qui lui sont couramment attribuées sont le courage, la force, la bravoure, etc., dans une référence fréquente à un univers guerrier. Les articles que nous rassemblons ici traitent bien, dans cette perspective, de l’héroïsme de certains métiers masculins, dans ses rapports avec la question du risque et aussi, souvent, avec l’idéologie virile.

Sommaire :

Aurélie Jeantet et Isabelle Gernet, Métiers héroïques, face à l’urgence, au danger et à la mort, p.17-33

Lauriane Pichonnaz, La difficile reconnaissance des compétences des ambulanciers : entre care, cure et force physique, p.35-53

Jacinthe Douesnard et Louise Saint-Arnaud   Le travail des pompiers : un métier au service de l’autre, p. 55-70

Dilene da Silva Costa et Heliete Karam   Voler, planer, sauver. Centralité du risque dans l’activité aérienne brésilienne, p.71-85

Dilene da Silva Costa et Heliete Karam   Voar, pairar, salvar. Centralidade do risco na atividade aérea dos tripulantes operacionais de uma instituição militar brasileira, p.87-110

Céline Bryon-Portet   Stress et suicides liés au travail au sein de l’institution militaire, p. 87-110

Résumés sur cairn

La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990

La sociologie du travail en France

Lucie Tanguy
La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990,
Paris: La Découverte, coll. Recherches, 2011 – 272 p.

Résumé:
Discipline aujourd’hui très présente dans le monde académique, la sociologie du travail a également pénétré le monde de l’entreprise. Mais pour mieux comprendre la nature des apports et le rôle des sociologues du travail, il est important de connaître leur histoire.
C’est ce que propose ici Lucie Tanguy : mobilisant un vaste corpus d’archives, elle replace l’histoire, en France, de cette jeune discipline dans son contexte social et intellectuel, évoque ses déterminants et les luttes de courants qui l’ont traversée. Elle retrace les actions des chercheurs pour définir un modèle scientifique, le faire reconnaître, s’organiser en communauté, débattre des perspectives érigées en théorie et faire admettre des normes de scientificité à destination des générations suivantes. Enfin, elle analyse les politiques et programmes de recherches impulsés par la gauche dans les années 1980, les inflexions de style et d’orientations de recherches, ainsi que la conception même du métier de sociologue, qui en sont découlées : les sociologues peuvent-ils conjuguer autonomie de la pensée et engagement dans la société de leur temps ? Comment concilier pluralité d’approches, déplacements d’objets et cumulativité des connaissances ? Le métier de sociologue, et plus largement celui de chercheur scientifique, peut-il encore se définir au singulier ?

Compte-rendu :
Compte-rendu de José Rose, Formation emploi [en ligne], n°116, octobre-décembre 2011, p.69-74
mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 14 novembre 2012.

 

On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite

Pierre Barron, Anne Bory, Lucie Tourette, Sébastien Chauvin et Nicolas Jounin
On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite. Paris: La Découverte, coll. Cahiers libres, 2011 – 312 p.

Présentation de l’éditeur:
Le 15 avril 2008, trois cents travailleurs sans papiers se mettent en grève et occupent leurs entreprises, en région parisienne. Ils seront bientôt des milliers. Ce mouvement est inédit : il lie un mode d’action traditionnel du mouvement ouvrier, une grève avec occupation des lieux de travail, à la revendication centrale de la lutte des sans-papiers, la régularisation. S’ouvrent alors deux années de lutte, tantôt souterraine, tantôt médiatisée, dont ce livre retrace l’histoire de façon très vivante.
Ces grèves révèlent que des pans entiers de l’économie (construction, nettoyage, restauration, confection, aide à la personne…), des petites aux grandes entreprises, du traiteur du coin aux familiers du pouvoir, de l’intérim aux ministères, reposent sur le recours à une main-d’œuvre qui, privée de titre de séjour, devient la proie et l’instrument du dumping social. En contestant cette situation, des milliers de grévistes sans papiers ont pointé les contradictions de la politique de l’« immigration choisie » promue par Nicolas Sarkozy.
Fruit d’une enquête collective, réalisé à partir d’observations directes (sur des piquets de grève, lors de manifestations, réunions, assemblées générales de grévistes…), de la collecte d’archives (tracts, dossiers de grévistes, protocoles de fin de conflit, circulaires ou notes des ministères), mais aussi d’une centaine d’entretiens avec des grévistes, des syndicalistes ou associatifs soutenant ou encadrant le mouvement, des employeurs, des agents de l’État à un niveau local et national, ce livre raconte au plus près les péripéties de ce mouvement, et en analyse les enjeux économiques, syndicaux et politiques.

[Plus d’infos]
Table des matières sur le site de l’éditeur : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707167873

Article :

Compte-rendu :

Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Roueff
Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce. Paris : Ministère de la culture et de la Communication – DEPS, coll. Questions de culture, 2011 – 264 p.

Présentation de l’éditeur :
À la figure historique de l’imprésario lyrique du XVIIIe siècle a succédé aujourd’hui le manager de musiques actuelles, mais aussi, dans d’autres secteurs artistiques, l’agent de « talent » cinématographique, l’agent littéraire, l’acheteur d’art ou encore le directeur de casting. Tous partagent une fonction d’intermédiaire : plaque sensible des mondes de l’art, ces professionnels méconnus interviennent dans l’appariement de l’offre et de la demande de travail artistique comme dans la conversion des valeurs artistiques et économiques.
Dénoncés tantôt comme parasites inutiles, tantôt comme comploteurs tout-puissants, les intermédiaires sont pourtant de plus en plus sollicités par les artistes et leurs employeurs. De fait, si les normes et pratiques professionnelles varient selon les générations et selon les disciplines, ils sont voués à l’intégration des logiques économiques dans le monde de l’art et contribuent à structurer les marchés du travail sur lesquels ils interviennent.
L’ouvrage propose une analyse de l’activité des intermédiaires dans les domaines de l’édition littéraire, du cinéma, de la photographie publicitaire, de la musique classique et des musiques actuelles. Des portraits comparés illustrent une typologie inédite des différentes postures d’intermédiation, articulées autour de la tension entre art et commerce.

Wenceslas Lizé est maître de conférences à l’université de Poitiers (Groupe de recherches et d’études sociologiques du Centre Ouest). Delphine Naudier et Olivier Roueff sont tous deux chargés de recherche au CNRS. Delphine Naudier appartient au laboratoire Cultures et sociétés urbaines du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris et Olivier Roueff au laboratoire Professions Institutions Temporalités.

[Plus d’infos]
Compte-rendu de Camille Dorignon, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 01 juillet 2012. URL : http://lectures.revues.org/6489

Être libraire

Frédérique Leblanc Être libraire, Lyon : Lieux dits Éditions, coll. Être, 2011 -128 p.

Présentation de l’éditeur :
« Tant qu’il y aura cet engagement culturel chez moi, j’aurais ce désir d’avoir une librairie : cette nécessité de la transmission, de donner à l’autre, de lui dire ¨ j’ai lu, j’ai aimé : allez y, allez y parce que vraiment c’est du plaisir. »
Se dire « libraire » suscite généralement des réactions positives : « quel beau métier de travailler au milieu des livres ! », « c’est un métier intellectuel »…
Mais l’amour des livres ne fait pas tout ! Si cette immersion dans la création littéraire et le monde des idées représente le côté attractif du métier, la manutention et la gestion des stocks ou de l’entreprise pèsent lourdement dans l’emploi du temps. Quant à faire fortune en librairie… Le salaire, souvent modique, coïncide rarement avec le niveau d’études, généralement élevé. Dans cet ouvrage, nous découvrirons les coulisses et les problématiques de la librairie, nous verrons comment il est possible de devenir libraire, et quelles sont les différentes situations de travail selon les types de magasins. Des libraires, salariés ou chefs d’entreprise, témoigneront des aspects les plus passionnants, mais aussi les plus difficiles, de leur métier au quotidien.

 

Les nuits de la main courante. Écritures au travail

Les nuits de la main courante : Ecritures au travail
Jean-François Laé
Les nuits de la main courante. Écritures au travail

Paris: Stock, coll. Un ordre d’idées, 2008 – 288 p.

Présentation de l’éditeur :
La main courante évoque les commissariats de police, mais cette pratique existe dans d’autres lieux. Attentif aux écritures ordinaires, Jean-François Laé a étudié de nombreux cahiers tenus dans divers espaces de travail – une cité HLM, un service d’alcoologie, un lieu de vie pour handicapés, un centre d’hébergement pour hommes à la rue, un service de milieu ouvert, une maternité. Ces traces éphémères, discontinues, fragmentaires n’étaient pas destinées à être lues au dehors. Bavardes à leur manière, elles livrent des observations, des consignes, des gestes, elles disent le travail confronté à l’urgence et à l’incertitude, elles trahissent les tensions, les exaspérations parfois. Elles révèlent aussi les désordres, les échappées, les refus qui ponctuent le quotidien des personnes prises en charge.

En arrachant à l’oubli ces écrits sans importance, Jean-François Laé fait ainsi surgir une réalité surprenante d’affrontements et de sollicitude mêlés. Sa lecture attentive et sensible lui permet d’analyser au plus près ce qui se passe dans ces relations de services aux personnes.

Comptes-rendus

  • Compte-rendu de Frédérique Giraud, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 09 octobre 2008, consulté le 20 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/669

Compléments

  • Jean-François Laé et Marianne Kempeneers « Écritures et documents personnels, une source sociologique ?» Présentation du dossier : L’archive personnelle, la grande oubliée, Sociologie et société, vol.40 n°2, 2008 – p.9-14 – en ligne sur Erudit
    Et dans le même dossier : Isabelle Astier « Écriture de soi, une injonction réflexive. L’exemple de la Validation des acquis de l’expérience », p.51-68 – résumé
  • Voir aussi dans ce carnet :
    Christel Coton et Laurence Proteau (dir.) Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement. Rennes: PUR, Coll. Le sens social – 262 p., juin 2012. Les Échos du travail, 29 juin 2012

 

Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Le prestige des professions et ses failles Alexandre Mathieu-Fritz et Régine Bercot
Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz
Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Paris: Hermann, coll. Société et pensées, 2008 – 313 p.

Présentation de l’éditeur:
Il est des activités professionnelles qui sont auréolées d’un véritable prestige et d’autres qui sont dévalorisées de multiples façons. Afin de rendre compte des processus de construction et de valorisation symboliques des groupes professionnels, les auteurs portent leur attention sur des groupes appartenant aux classes moyennes supérieures. Ces derniers présentent la particularité de subir différentes formes de dévalorisation, alors que, intuitivement, on pourrait considérer qu’ils devraient bénéficier d’une image d’ensemble plutôt positive, en corrélation avec leur position socioéconomique relativement élevée. Être en haut ou en bas de l’échelle sociale ne suffit pas, ainsi, à expliquer la nature des représentations sociales.
En s’appuyant principalement sur des données empiriques issues de plusieurs de leurs recherches (sur les huissiers de justice et les chirurgiens) et en reprenant les résultats d’enquêtes déjà réalisées (sur les sociologues) qu’ils complètent, Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz cherchent notamment à identifier les diverses causes des représentations négatives associées aux groupes professionnels, et à observer comment celles-ci émergent lors des interactions sociales et servent de support à leurs différents protagonistes, comment les professionnels tentent, via leurs organismes de représentation, de les modifier et, enfin, comment des individus en viennent à exercer les activités auxquelles elles sont associées.

Comptes-rendus

  • Compte-rendu d’Igor Martinache, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 11 août 2008, consulté le 20 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/629

 

 

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement


Yvonne Guichard-Claudic, Danièle Kergoat, Alain Vilbrod (dir.)

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement
Presses universitaires de Rennes, coll.  Des Sociétés, 2008 – 401 p.

4e de couverture :
Femmes pompiers ou médecins, cadres d’entreprise, magistrates, conductrices de bus ou de camions, peintres en bâtiment ou carreleuses… mais aussi hommes sages-femmes ou caissiers de supermarché, infirmiers, assistants sociaux ou instituteurs en école maternelle : autant d’exemples de l’avancée en mixité dans des bastions longtemps monosexués. La mixité n’est donc pas seulement une question de co-présence de femmes et d’hommes dans différents espaces sociaux. Elle se traduit aussi par la fin de l’exclusivisme de genre attaché à certains métiers.
Il est certes important d’en prendre la mesure précise, statistiques à l’appui, mais une évaluation chiffrée ne saurait suffire pour comprendre ce qui se joue dans ces situations atypiques. Le même métier est rarement exercé dans les mêmes conditions, de travail, de rémunération, de promotion selon qu’il l’est par un homme ou par une femme. Des travaux qualitatifs fins et diversifiés, tels ceux qui sont présentés dans cet ouvrage, permettent d’observer par le menu ce qui se transforme, ce qui résiste, ce qui se recompose, dans le but de saisir le sens des logiques sociales complexes qui sont à l’œuvre.
Parler d’inversion du genre à propos de ces situations et positions non traditionnelles, c’est donc moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l’inversion des positions sexuées est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre.

Contributions de :
Marc Bessin, Line Chamberland, Philippe Charrier, Caroline Chimot, Thomas Couppié, Nicolas Divert, Florence Douguet, Dominique Epiphane, Erika Flahault, Stéphanie Gallioz, Béatrice De Gasquet, Yvonne Guichard-Claudic, Yveline Jaboin, Danièle Kergoat, Emmanuelle Lada, Nathalie Lapeyre, Jacqueline Laufer, Nicky Le Feuvre, Sonia Lefeuvre, Clotilde Lemarchant, Fabienne Malbois, Guillaume Malochet, Catherine Marry, Nicolas Murcier, Johanne Paquin, Simone Pennec, Roland Pfefferkorn, Claudine Philippe, Annie Rieu, Anne-Catherine Rodrigues, Djaouida Séhili, Armelle Testenoire, Hélène Trellu, Alain Vilbrod

Plus d’infos :
Sommaire, table des matières et introduction sur le site de l’éditeur
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1794

Comptes-rendus :

 

Histoire de la librairie française


Frédérique Leblanc, Patricia Sorel (dir.), avec la collaboration de Jean-François Loisy
Histoire de la librairie française

Paris: Électre – Éditions du Cercle de la librairie, 2008 – 719 p.

Présentation de l’éditeur :
Une histoire de la librairie en France de 1810 à nos jours. Au XIXe siècle, la librairie se sépare de l’édition et se libère de la surveillance de l’Etat. Au XXe siècle, la profession s’organise, avant de se trouver confrontée à de nouveaux enjeux et de nouveaux concurrents.

[Plus d’infos]
Nombreux compléments sur le site Mémoire de la librairie contemporaine Mélico.org

Comptes-rendus

 

Inversion du genre. Corps au travail et travail des corps


« Inversion du genre. Corps au travail et travail des corps »
Dossier coordonné par Yvonne Guichard-Claudic et Danièle Kergoat
Cahiers du Genre, n° 42, 2007 – 264 p.

 

Présentation de l’éditeur:
En pénétrant des espaces de travail traditionnellement dévolus à l’autre sexe, femmes et hommes bousculent-ils/elles les définitions genrées de la corporéité au travail ? Pas de réponse univoque à cette question, les dynamiques novatrices se combinant aux ambivalences féminines, aux résistances masculines, aux rappels à l’ordre normatifs de l’entourage.

Complément :
Le dossier traite de la mixité dans le monde professionnel, et des rôles sexués au travail à travers des professions mettant en jeu les rapports au corps et les normes de virilité et de féminité : sportives professionnelles, femmes dans la police, dans le cirque contemporain, parmi les cadres commerciaux, ou dans les professions du soin telles que l’animation des centres de loisir ou les soins mortuaires.

Articles de :
Christine Mennesson, Geneviève Pruvost, Sylvie Cromer, Dominique Lemaire, Marine Cordier, Oumaya Hidri, Elisa Herman, Laurence Hardy

Sommaires, résumés et articles (en libre accès) consultables sur Cairn

 

La Réunion face au chômage de masse. Sociologie d’une société intégrée


Nicolas Roinsard
La Réunion face au chômage de masse. Sociologie d’une société intégrée

Presses universitaires de Rennes, coll. Le Sens Social, 2007 – 316 p.

4e de couverture :
À la Réunion, près de quatre actifs sur dix sont au chômage. En même temps, et contrairement à ce qui est observé en France métropolitaine, cette société ne développe aucun signe majeur « d’exclusion sociale ».
D’où la question que l’on est en mesure de se poser : à quoi tient la cohésion sociale dans cette société pour le moins inégalitaire ? En pointillé se pose également la question de la place et de la fonction sociale du travail salarié dans l’organisation de la société réunionnaise.
Dans ce contexte de chômage de masse, l’économie de transferts a joué un rôle essentiel dans le processus d’intégration des populations défavorisées issues de la société traditionnelle et rurale. Le Revenu minimum d’insertion en particulier, alloué à plus d’une famille sur quatre, a provoqué une profonde mutation du rapport à l’emploi pour ces populations qui, bien souvent, n’avaient alors le choix qu’entre le sous-emploi faiblement rémunéré et le chômage non indemnisé. Les pénuries de main-d’œuvre observées dans les plantations de canne à sucre sont, sur ce point, emblématiques de la transformation récente des rapports de travail dans la société créole.
À partir d’une enquête ethnographique qu’il a menée au cours de plusieurs séjours dans l’île, Nicolas Roinsard montre ainsi – dans ce qu’il nomme une sociologie des ré affiliations– combien les revenus de transferts représentent pour un grand nombre d’individus un facteur d’autonomisation relative pouvant s’articuler avec les formes de solidarité traditionnelles, beaucoup plus qu’un symptôme ou un vecteur de désaffiliation et de dépendance. Le jeu des solidarités publiques et privées permet à la société réunionnaise de pallier les conséquences sociales de son chômage de masse en assurant l’intégration de toute une frange de la population exclue de la condition salariale.

[Plus d’infos]
Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1402

Comptes-rendus

 

 

Une veille du réseau documentaire Anact, Centre Inffo, Cdft, Cee, Céreq, Cresppa, Ires, Lest

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search