Réflexivité et développement professionnel : une orientation pour la formation

Isabelle Vinatier (coordinatrice). Réflexivité et développement professionnel. Une orientation pour la formation. Toulouse : Octarès, 2012, 324 p.

Cet ouvrage collectif, préfacé par Pierre Pastré, engage une réflexion sur ce que l’on peut entendre par processus réflexif et tente de cerner en quoi et comment ce dernier peut constituer une condition du développement professionnel. L’étude de ce processus à l’oeuvre chez des formateurs et des enseignants s’appuie sur la conception de dispositifs de formation, véritables observatoires de l’activité réflexive, de son fonctionnement et de son développement. L’articulation entre réflexivité et développement professionnel fait écho à celle que L. S. Vygotski avait établie entre apprentissage et développement. Elle est ici abordée à travers le prisme de différentes épistémologies, elles-mêmes tributaires de différents contextes de recherche et/ou de formation. Enfin, la conception des dispositifs de formation qui s’en autorisent se réfléchit à partir des fins que se donnent les chercheurs.

Les diverses contributions qui, ici se confrontent, ou se complètent, ou s’éclairent l’une l’autre, montrent que la conceptualisation du rapport entre réflexivité et développement professionnel ouvre les dispositifs de formation à une variété de médiations. Cette diversité même conduit à poser la question centrale : quelle réflexivité pour quel développement professionnel ?

Explorant ainsi un éventail des possibles dont s’enrichissent à la fois la conception de dispositifs et des modalités d’échanges entre chercheurs et professionnels de l’enseignement et de la formation, cet ouvrage s’adresse aux étudiants, enseignants, formateurs et chercheurs.

http://www.octares.com/boutique_fiche.asp?IdProd=214

Source : http://travailformation.hypotheses.org/2774

Les seniors et la formation

Michel Parlier (dir.). Dossier « Les seniors et la formation ». In Education permanente, n° 191, juin 2012, 170 p.

Les pouvoirs publics s’efforcent de favoriser l’allongement de la vie professionnelle, notamment en incitant les entreprises à se doter de politiques et de pratiques en matière de maintien en emploi des salariés âgés. Répondre à ces enjeux oblige de transformer en profondeur les startégies, notamment en veillant à une meilleure articulation entre formation et progression professionnelles. Alors que l’accès des seniors à la formation est faible, ce sont les salariés âgés les plus formés qui expriment le plus de besoins de formation. Face à ce double constat, il semblerait bien que la formation des seniors serait moins problématique si elle s’inscrivait dans une perspective de formation tout au long de la vie professionnelle. Comment penser l’engagement des travailleurs âgés en formation ? Doivent-ils bénéficier de dispositifs qui leur soient spécifiques ? Comment les aider à faire face à de nouvelles exigences de travail ? Comment se traduit pour eux l’expression « tout au long de la vie professionnelle » ? Quelles sont les pratiques des entreprises ? Quels enseignements peut-on tirer de ces expériences ? C’est à ces quelques questions que tente de répondre ce dossier d’Education permanente.

Vous retrouverez dans ce dernier numéro de la revue, publiée en partenariat avec l’équipe pédagogique « Métiers de la formation » du Cnam, un article de Corinne Gaudart (Lise, UMR Cnam-Cnrs), avec Catherine Delgoulet (Lati, EA 4469)Apprendre pour se maintenir dans le monde du travail en fin de carrière. Réflexion autour d’une formation au métier de formateur.

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1711

Les observatoires territoriaux. Sens et enjeux

Paris, La Documentation Française, 2011, 107 pages

500 observatoires territoriaux sont actuellement recensés sur en France.Ce type de dispositif, recouvre un grand nombre d’organismes aux formes juridiques, champs d’activités et périmètres géographiques les plus divers. A partir d’une enquête réalisée sur un échantillon de 185 dispositifs d’observation et de 40 structures, cet ouvrage propose un état des lieux et des pistes de réflexion inédites en la matière. En plus d’alimenter l’action publique en données statistiques, l’observation par et pour les territoires s’avère en effet porteuse d’enjeux stratégiques : pour la mise en oeuvre des politiques publiques, pour la diffusion d’une culture de la coopération entre partenaires territoriaux ou encore, pour mieux impliquer les acteurs et citoyens dans la vie des territoires.

 

Les ambiguïtés du « care »

Travailler 2012/2

Travailler, n° 28, 2012
« Les ambiguïtés du  « care » » dossier coordonné par Pascale Molinier et Helena Hirata – 179 p.

Extrait de l’éditorial d’Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet :
Les éthiques du care ont contribué à rendre visibles les dilemmes moraux qui organisent le travail de care et engagent de ce fait une responsabilité vis-à-vis d’autrui qui est intimement liée à la perception de la vulnérabilité de l’autre, comme de la sienne. Cette thématique de la responsabilité, que la plupart des conceptions du management ont tendance à vouloir réduire à une nécessité strictement individuelle, est pourtant au cœur du travailler et s’impose de ce fait comme une question sociale et politique.
Les autres articles du numéro soulignent, soit directement soit en filigrane, la manière dont l’expérience de la responsabilité à l’égard d’autrui est au rendez-vous du travail, ce qui interroge également la conception des valeurs liées à l’exercice du travail. Lire l’éditorial

Sommaire :

Helena Hirata et Pascale Molinier, Les ambiguïtés du care, p.15-31

Rhacel Salazar Parreñas, Le travail de care des hôtesses de bar au Japon, p.33-55

Pascale Molinier et Maria Fernanda Cepeda,   « Comme un chien à carreau » Des employées domestiques colombiennes entre care et justice, p.57-73

Fabienne Bardot, Regard clinique sur le travail des auxiliaires de vie, p.75-100

Natacha Borgeaud-Garciandía, Le care à demeure Le travail des cuidadoras migrantes à Buenos Aires, p.75-100

Résumés sur Cairn

Le DIM GESTES, Groupe d’Etudes sur le Travail et la Souffrance au travail

Le DIM GESTES, Groupe d’Études sur le Travail et la Souffrance au travail est un réseau scientifique pluridisciplinaire, créé en 2011 à l’initiative de la Région Ile-de-France dans l’un des 16 domaines d’intérêt majeur qui bénéficient d’un soutien à la recherche scientifique de la part du Conseil régional.
Son programme de recherche est doté d’un financement pluriannuel lui permettant de soutenir des projets pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales sur le thème du travail et de la souffrance au travail et relevant d’un des quatre axes suivants :

  • Déni, expression et objectivation de la souffrance au travail et du rapport au travail
  • Causes et conséquences (économiques, gestionnaires et organisationnelles, sociales, médicales, psychologiques) des maux du travail
  • Travail et travailleurs, temporalités et territoires
  • Limiter les risques ou émanciper le travail ? Quelle conception de l’action ?

Le DIM GESTES rassemble plus de 200 chercheurs, une quarantaine de doctorants et fédère 30 équipes de recherche en SHS de l’Île de France.

Le Centre d’analyse et d’intervention sociologique (CADIS), le Centre d’études de l’emploi (CEE), le Centre d’économie de la Sorbonne – Axe Institutions (CES-I, ex-Matisse), le Centre européen de sociologie et de sciences politiques (CESSP), le Centre de gestion scientifique (Mines Paris Tech), le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, le Centre Maurice Halbwachs (CMH), le Centre Pierre Naville, le Centre de recherche sur l’âge et la population au travail (Creapt), le Centre de recherche en économie et statistiques (Crest), le Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD-EPCTA), le Centre de sociologie des organisations (CSO), le Centre de sociologie urbaine (CSU-CRESPPA), Dauphine recherche en management, Études sociales et politiques des populations, de la protection sociale et de la santé (ESOPP), Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), l’Institut de recherche sur l’entreprise et les relations professionnelles (IRERP), l’Institut de recherche en gestion de Paris-Est, l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (Dauphine), le Laboratoire adaptations travail individu (LATI), le Laboratoire techniques, territoires et Société (LATTS), le Laboratoire de Changement Social (LCS), le Centre d’études et de recherche sociologiques (CERS), le Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE), la Chaire Mutations, anticipations, innovations de l’IAE de Paris, le Laboratoire Professions, Institutions et Temporalités (Printemps), Paris-Jourdan sciences économiques (PSE)

La direction du programme et la coordination scientifique du réseau sont actuellement assurés par Michel Gollac (Directeur du laboratoire de sociologie quantitative, CREST) et Jérôme Pélisse (Directeur du laboratoire PRINTEMPS,UVSQ-CNRS)

Les projets de thèses, de recherches post-doctorales, de séminaires et de colloques sélectionnés en 2012 sont consultables sur le site du DIM GESTES. D’autres appels à projets seront lancés fin 2012.

Plus d’informations : http://gestes.net/

Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations

Les groupes professionnels en tension

Régine Bercot, Sophie Divay, Charles Gadea (dir.)
Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations.
Toulouse: Octarès Éditions, coll. Le travail en débats, 2012 – 300 p.

Résumé:
Les métiers naissent, se développent, meurent. Ils forment des êtres collectifs aux frontières mouvantes, dans lesquels gravitent et coopèrent des acteurs aux statuts divers : aux côtés des professionnels, interviennent souvent des amateurs, des profanes, des bénévoles. Ce livre fait le choix d’interroger leur présence et leurs activités, car elles aident à comprendre le monde social des professionnels. Il se penche également sur les moments-clés qui marquent l’histoire des groupes professionnels, aussi bien dans les temps incertains de leur émergence, que lorsqu’il s’agit de développer de nouvelles spécialités ou encore de faire face à des changements soudains de leur cadre d’exercice. Il montre aussi que ce n’est pas sans tensions que se négocie le contrôle de l’activité ou de la formation, et que les modalités de régulation des carrières peuvent prendre des formes surprenantes.

Contributions de:
Frédéric Poulard¸Olivier Pilmis¸François Burban¸Vincent Charlot¸Vérène Chevalier, Maud Simonet, Fabienne Barthélémy, Frédéric Charles, Sabine Fortino, Eric Farges, Evelyne Bailly, Florence Hellec, Aurélie Peyrin, Eliane Rothier Bautzer, Léonie Hénaut, Fabrice Burlot.

Compte-rendu :
Compte-rendu de Sébastien Bauvet, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012
mis en ligne le 21 août 2012, consulté le 14 novembre 2012.

Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière

Deux générations dans la débine

Jean-François Laé, Numa Murard
Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière.

Paris: Bayard, 2012 – 420 p.

Présentation de l’éditeur :
A la fin des années 1970, Numa Murard et Jean-François Laé avaient conduit une première enquête à Elbeuf, ville ouvrière de Seine Maritime.
Dans les cités provisoires édifiées à la hâte pour éponger les bidonvilles et les taudis, les dernières « poches de pauvreté » semblaient alors devoir s’effacer. Grosse erreur. Aujourd’hui en France, la fragilité des chômeurs de longue durée et des travailleurs pauvres est une réalité familière et presque acceptée, tant elle est massive. Trente ans après, les deux sociologues sont revenus dans la ville pour y rencontrer les anciens de la cité, Leurs enfants et petits-enfants, enregistrer les changements, les formes nouvelles de la vie familiale, l’adaptation à la précarité économique.
La parole et les sentiments explosent. Nous saisissons de l’intérieur l’expérience de la pauvreté.

Compte-rendu :
Compte-rendu de Sophie Maunier, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012
mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 15 novembre 2012.

Compléments :
Jean-François Laé, Numa Murard, Extraits de leur journal de terrain parus dans :
Retour sur enquête : ethnographie d’une ville ouvrière, Elbeuf 1980-2010, première partie
, Vacarme n°57, automne 2011.
Retour sur enquête : ethnographie d’une ville ouvrière, Elbeuf 1980-2010, deuxième partie, Vacarme n°58, hiver 2012.

Cinéma et travail

Travailler 2012/1 n°27

Travailler, n° 27, 2012
« Cinéma et travail » dossier coordonné par Isabelle Gernet, Aurélie Jeantet – 186 p.

Extrait de l’introduction :
Rendre visible le travail ne peut se limiter à l’activité de « représentation » du travail et de sa réalité, même si elle en constitue une forme cardinale. Les conditions de révélation du travail, par la fiction, mais aussi par le documentaire, par le roman, ou encore par la mise en scène du théâtre, requièrent également une mise en forme par le filtre de la subjectivité du réalisateur, du metteur en scène, ou de l’écrivain. C’est d’ailleurs ce dont un dossier antérieur de la revue coordonné par A. Fernandez-Zoïla, paru en 2001, portant sur « le travail dans les fictions littéraires », avait cherché à rendre compte, en discutant le rôle du roman comme outil de description de la centralité du travail dans la condition humaine.
Les différentes contributions du présent dossier introduisent le lecteur à la complexité des processus à l’œuvre, dont une part importante ressortit en propre au travail du spectateur. Nous nous situons en plein cœur de la question de l’action puisqu’il s’agit ici de pouvoir faire advenir des formes originales et impensées jusqu’alors. La mise en scène, qui résulte elle-même d’un travail spécifique, consiste en effet à inventer une forme de rhétorique pour rendre visible une partie de la dimension énigmatique du travail. Ce processus contribue à susciter, chez le réalisateur, comme chez le spectateur, un mouvement d’élaboration pour penser ce qui résiste de l’expérience du travail qui, sinon, risque toujours d’être occulté. Lire l’introduction

Sommaire :

Aurélie Jeantet, Cinéma et travail, p.17-36

Guillaume Le Saulnier, Ce que la fiction fait aux policiers. Réception des médias et identités professionnelles, p.37-63

Aurélie Jeantet et Emmanuelle Savignac, Représentations du monde professionnel et du rapport subjectif au travail dans les films de fiction français contemporains, p.65-85

Monique Peyrière, Filmer le travail, filmer contre le cinéma ? p.87-102

David Faroult, Mettre le spectateur au travail ? La programmation d’un travail du spectateur par l’avant-garde cinématographique militante issue de Mai-68, p.103-122

Nicolas Fraix, Projection de films et mise en débat : l’expérience de Ciné Travail, p.123-142

Christophe Dejours et al.   « Saisir la subjectivité et le travail par le film de fiction ». Rencontre avec Jean-Marc Moutout, p.123-142

Résumés sur Cairn

Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement

Christel Coton et Laurence Proteau (dir.)
Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement.
Rennes: PUR, Coll. Le sens social – 262 p., juin 2012 – ISBN: 978-2-7535-2015-8

4è de couverture :
La montée en puissance de la logique gestionnaire dans les administrations publiques confronte les professionnels à la multiplication des procédures d’évaluation et au renforcement de la codification des écrits liés à l’exercice quotidien de leur travail. Militaires, policiers, magistrats, greffières, surveillants pénitentiaires, observateurs européens des lieux d’enfermement, travailleurs sociaux et médecins étudiés ici, tous déplorent cet accroissement des écrits standardisés qui réduit considérablement le temps consacré aux fonctions « nobles » du métier.
La multiplication des procédures d’écriture, passage obligé de la reddition de compte, est d’autant plus condamnée qu’elle touche des professions qui ont un rapport paradoxal à l’écrit. La figure du terne bureaucrate plane comme un stigmate à tenir à distance. Paradoxe en effet puisque ce commis aux écritures tant moqué maîtrise un capital nécessaire non seulement à la réalisation du travail lui-même et à son contrôle, mais aussi à la mobilité des trajectoires professionnelles. L’écriture est de fait centrale dans les carrières. Celui qui n’y a pas accès reste un simple exécutant, alors que celui qui la mobilise conformément aux normes de sa profession possède un atout essentiel dans les luttes de placement.
Grâce à la diversité des terrains mobilisés, les auteurs réunis dans cet ouvrage dévoilent les paradoxes de l’écriture professionnelle. Outil privilégié du New Public Management, elle reste une ressource essentielle dans la division du travail et dans les stratégies de mobilité et de distinction des professionnels.

Contributions de:
Coline Cardi, Gaëtan Cliquennois, Christel Coton, Fabien Deshayes, Elodie Janicaud, Camille Lancelevée, Léonore Le Caisne, Elodie Lemaire, Christian Mouhanna, Sabrina Nouiri-Mangold, Benjamin Pécoud, Laurence Proteau, Claude Thiaudière

[Plus d’infos] http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2924

Genèse des organisations patronales en Europe (19e – 20e siècles)


Danièle Fraboulet et Pierre Vernus (dir.)
Genèse des organisations patronales en Europe (19e – 20e siècles)
Presses universitaires de Rennes, coll. Pour une histoire du travail – 354 p., août 2012 – ISBN: 978-2-7535-1977-0

4e de couverture :
Cet ouvrage rassemble les premiers résultats d’un programme de recherche international sur les organisations patronales aux XIXe et XXe siècles. Il regroupe des chercheurs européens et nord-américains de disciplines différentes qui, dans les textes rassemblés ici, se sont intéressés à la genèse et aux formes adoptées par ces organisations. Les auteurs étudient en particulier le fonctionnement, le financement et le degré de représentativité des organisations patronales lors de la période de leur structuration. Premier jalon d’une recherche qui doit explorer de nouvelles thématiques dans les années à venir : les voies et les moyens d’action des organisations patronales dans la sphère publique, les formes et la nature des rapports tissés avec les autres organisations et en n le rôle et les modalités d’intervention des structures patronales dans le domaine de la régulation économique.

Contributions :
Berardo Fiammetta, Besana Claudio, Borde Christian, Bührer Werner, Calvo Caballero Pilar, Cassis Youssef, Chancerel Pierre, Dard Olivier, Dartevelle Raymond, Druelle-Korn Clotilde, Eichenberger Pierre, Flusin-Fleury Deborah, Fraboulet Danièle, Fumi Gianpiero, Guex Sébastien, Humair Cédric, Joly Hervé, Laroche Mélanie, Laurens Sylvain, Locatelli Andrea-Maria, Margairaz Michel, Mazbouri Malik, Michel Hélène, Offerlé Michel, Ollerenshaw Philip, Palaude Stéphane, Pizzorni Geoffrey J., Rabier Marion, Salsano Fernando, Tedeschi Paolo, T Eodori Marco, T Ouchelay Béatrice, Vernus Pierre, Zanini Andrea, Wroblewski Guillaume

Introduction et table des matières sur le site de l’étiteur :
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2934

Les politiques de l’emploi (1960 – 2000). Sociologie d’une catégorie de politique publique


Fabrice Colomb
Les politiques de l’emploi (1960 – 2000). Sociologie d’une catégorie de politique publique
Presses universitaires de Rennes, coll. Res publica – 226 p., juillet 2012 – ISBN: 978-2-7535-2014-1

Présentation de l’éditeur:
Adoptant une démarche sociologique, ce livre identifie les sens qu’ont les politiques de l’emploi pour les acteurs qui en sont à l’origine. Il met en évidence les redéfinitions successives de la catégorie, qui correspondent à des tournants dans le contenu des politiques menées. À partir d’entretiens et de documents écrits, l’auteur montre que l’interaction entre des acteurs aux profils et expériences divers au sein des scènes de la décision produit des orientations à chaque fois originales laissant en grande partie les fondements cognitifs des politiques de l’emploi indéterminés.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur :
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2941

Qu’est-ce que le travail non qualifié ?

 

Qu'est ce que le travail non qualifié ?Rose, José

Qu’est-ce que le travail non qualifié ?’, Travail et salariat, Paris, La Dispute, 2012. 180 p.

On constate aujourd’hui une recrudescence des emplois dits  » non qualifiés « , payés au salaire minimum, ayant un statut dégradé et n’offrant que peu de perspectives professionnelles. Dès lors, il devient urgent de comprendre précisément ce que signifie précisément  » la qualification  » et la  » non-qualification  » du travail, de l’emploi et des personnes, pour envisager au niveau politique, comme le propose l’ouvrage, de  » requalifier le travail « . L’ouvrage propose ainsi de répondre à des questions qui sont au coeur des politiques actuelles du travail : est-ce l’emploi, le travail ou la personne qui sont non qualifiés ? Peut-on vraiment parler de non qualification ? Qui sont les sortants de l’école sans qualification ni diplôme et que deviennent-ils ? Qui occupe les emplois classés non qualifiés ? Comment peut-on qualifier le travail ?…  (Source :  Editeur)

Parution : 23/02/2012

Risques du travail, la santé négociée

Catherine Courtet et Michel Gollac (dir.)
Risques du travail, la santé négociée Paris: La Découverte, coll. Recherches – 328 p., juin 2012 – ISBN: 9782707173089

Présentation de l’éditeur :
Analyser la santé au travail, c’est analyser le travail et ses transformations, les déterminants organisationnels et managériaux de l’activité, les contraintes qui pèsent sur elle et les ressources que les salariés mobilisent pour sa réalisation. C’est aussi analyser les transformations historiques de l’identification, de l’objectivation (scientifique, médicale, statistique) et de la prise en charge des pathologies dont le lien avec le travail est avéré ou suspecté. Entre conflits et définition de normes de protection ou de prévention, la santé au travail se négocie. Cette négociation ne porte pas que sur la reconnaissance et la réparation des maladies dites professionnelles ; elle influe sur le travail lui-même et détermine ses conséquences pour la santé.
Les contributions d’historiens, sociologues, économistes, ergonomes, psychologues, épidémiologistes, rassemblés dans cet ouvrage, sont issues de travaux de recherche parmi les plus innovants dans ce domaine. Elles associent l’examen des déterminants « objectifs » de la santé au travail à celui des processus sociaux qui président à cette objectivation. Leurs terrains d’observation et d’expérimentation s’attachent au poste de travail, à l’entreprise, à la branche et aux niveaux national et international, et visent à mieux comprendre les chaînes causales complexes qui font du travail un facteur de maladie ou de santé. Elles mettent ainsi en évidence les contraintes, mais aussi des marges de liberté. Mieux comprendre les liens entre santé et travail, c’est se donner les moyens d’agir.

Contributions de :
Paul V. Dutton, Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès, Alberto Baldasseroni, William Martinez, Paul-André Rosental, Bernard Thomann, Éric Verdier, Carole Gayet-Viaud, Anne de Labrusse (collab.), Joan Stavo-Debauge, Johannes Siegrist, Yves Roquelaure, Annette Leclerc, Fabien Coutarel, René Brunet, Sandrine Caroly, François Daniellou, Claudine Mélan, Nadine Cascino, Béatrice Barthe et Edith Galy, François Dubet, Danièle Linhart, Matthieu Detchessahar, Guy Minguet, Charles Gadea, Sophie Divay, Claire Edey Gamassou, Cathel Kornig, Marion Gilles,  Serge Volkoff


Capitalisme, travail et émancipation chez Marx

Capitalisme, travail et émancipation chez Marx
Richard Sobel
Capitalisme, travail et émancipation chez Marx
Villeneuve d’Ascq: Presses Universitaires du Septentrion, coll. L’économie retrouvée – 232 p., juin 2012 – ISBN: 9782757403860

Présentation de l’éditeur:
L’œuvre de Marx est construite autour d’un triptyque « travailliste » – anthropologie générale, socio-économie historique et utopie sociale – dont il s’agit de montrer la puissance, la pertinence et l’actualité. Même si la centralité du travail ne s’institue et ne semble valoir que pour le seul monde moderne, il ne saurait y avoir de société qui n’ait fait, d’une manière ou d’une autre, l’expérience du travail comme forme essentielle de la condition humaine. Si la philosophie du travail définit fondamentalement l’être humain, il revient à la socio-économie des modes de production – en particulier le capitalisme où règne la « loi de la valeur » – de montrer que, dans l’histoire, le travail a toujours été l’objet de multiples aliénations qui obèrent la vérité anthropologique dont il est universellement porteur. Seule une société émancipée de toutes les formes de domination pesant sur le travail permettra à chacun de ses membres de s’épanouir pleinement. On peut bien sûr discuter tel ou tel point du « travaillisme » marxien, à commencer par l’utopie communiste. Mais tant que notre horizon social restera dominé par le capitalisme, cette approche constituera une ressource incontournable pour comprendre le présent, le subvertir et dégager une perspective d’émancipation.

Travail, Compétences et Mondialisation : les dynamiques sociétales en question,

Travail, compétences et mondialisation: Les dynamiques sociétales en question

Mendez, Ariel, Tchobanian, Robert et Vion, Antoine (éd.)

Travail, Compétences et Mondialisation : les dynamiques sociétales en question, Recherches, Paris, Armand Colin, 2011. 247 p.

La mondialisation conduit-elle inéluctablement à l’uniformisation de la vie économique, sociale et culturelle? Les processus de diffusion de normes universelles s’imposent-ils à des acteurs qui se contenteraient de les décliner localement sans peu ou pas les modifier ? Sans nier la puissance des processus de convergence et d’uniformisation associés à de nouvelles formes de centralité – des marchés financiers, des firmes multinationales ou des villes globales, l’objectif de cet ouvrage est de mettre l’accent sur les contre-tendances inscrites dans les dynamiques sociétales et propose une analyse critique des processus de mondialisation qui mettent en tension les paramètres fondamentaux du rapport salarial et de son analyse sociétale. Etudiée à partir des transformations du travail, de l’emploi et des compétences, la mondialisation apparaît comme un assemblage de processus parfois convergents, souvent chaotiques, sources de désynchronisations, et qui percutent et reconstruisent tout à la fois les espaces et les modes de régulation au niveau local, national et supra-national. Ces dynamiques contradictoires de convergence et de différenciations sont appréhendées à partir de quatre grands objets (les nouveaux intermédiaires et les nouvelles normes de travail, les modèles d’éducation, de construction et d’usage des compétences, les migrations de travail comme mondialisation  » par le bas « , les dynamiques de segmentation et les polarisations sociales) qui forment, chacun, une partie de cet ouvrage qui représente une réflexion collective et interdisciplinaire sur la construction, la diffusion et la circulation des normes de travail et de compétences.

Sommaire : http://www.armand-colin.com/livre/396490/travail-competences-et-mondialisation.php

Paru le : 25/01/2012