Archives de catégorie : Colloques

Les liens entre organisation du travail, santé et mal être chez les hommes et femmes

Mardi 22 janvier 2013, 14h-18h, site Pouchet du CNRS en salle de conférences :

Marc Loriol, « Définition de la situation et coping collectif: dépasser l’opposition entre approches objective et subjective du mal-être au travail. »

 Si les psychologues cognitivo-comportementalistes ont, avec l’approche transactionnelle, fait du stress le produit d’une double évaluation par l’individu des difficultés et des moyens d’y faire face, les sociologues et épidémiologistes ont critiqué cette vision trop individualisante pour mettre l’accent sur des facteurs plus objectifs liés aux conditions et à l’organisation du travail. L’approche proposée ici propose une sorte de troisième voie fondée sur l’idée que l’évaluation est pour une grande part collective et que la capacité plus ou moins grande de donner un sens aux contraintes est liée aux formes d’organisation comme aux conditions dans les quelles se déroule l’activité. La variabilité de la régulation sociale du mal-être au travail sera notamment analysée à travers l’exemple de métiers très typés du point de vue du genre (infirmières, policiers, conducteurs de bus, etc.)

Armelle Testenoire, « Évènements de santé, parcours professionnel et familial : leurs interrelations. »

A partir d’une post enquête de l’enquête SIP, cette communication se propose d’analyser les interrelations entre le travail, la santé, et le parcours biographique des individus. Autrement dit, il ne s’agit pas d’analyser l’impact du travail sur la santé ou inversement, mais d’appréhender comment le travail et la santé interagissent et peuvent mutuellement se porter atteinte. Si la santé peut influer sur le travail et le travail sur la santé, cela résulte souvent d’un processus qui n’est pas linéaire. Il n’est de plus pas indépendant du genre et du parcours biographique des individu-es. C’est donc à  l’articulation de trois trajectoires : de travail, de santé et de vie familiale que seront analysés les processus de recomposition de l’action lorsque la capacité physique et psychique d’agir dans le contexte social habituel est altérée.

Séance organisée dans le cadre du séminaire « Le genre du mal être au travail », animé par Régine Bercot (Cresppa-GTM)

 

L’université et le monde professionnel, quels enjeux pour le doctorat ?

Organisé à l’initiative du groupe de travail appartenant au programme collaboratif 1 du Labex Hastec, par la Maison de la recherche sur les pratiques professionnelles (MRPP) du CRF

Les 24 et 25 janvier 2013 au Cnam Paris

Ces deux journées ont pour objectifs de clarifier ces demandes, d’en dégager les effets en rapport avec des perspectives historiques, culturelles et professionnelles sur un plan national et international. Quelle est la nature des résistances ? Quelles sont les compétences épistémologiques minimum exigées d’une véritable thèse de doctorat quel que soit son domaine ? Telles vont être les questions abordées lors de ces deux journées.

Des historiens, des épistémologues évoqueront les lignes de force de la thèse de doctorat.

Des universitaires, responsables d’écoles doctorales aborderont les évolutions récentes du doctorat et la place de la thèse.

Des universitaires étrangers feront part des expériences de leur pays.

Enfin, des témoins, d’une part, de mise en place d’une articulation thèse-monde professionnel, et d’autre part, de travaux de capitalisation et d’analyse de thèses déjà soutenues par les professionnels, permettront de comprendre s’il existe une spécificité ou non d’un doctorat fortement lié à un champ de pratiques professionnelles.

Télécharger le programme : programme-colloque-hastec-janv2013-def3_1354899464994

PROGRAMME :

Jeudi 24 janvier 2013

9h00 : Accueil, Edwige Bombaron, Crf-Axe3 et Marie-Laure Vitali, Mrpp, crf-Axe 3. Ouverture du colloque, Françoise Cros, Crf-Cnam

LA THESE DE DOCTORAT, DU MOYEN AGE A L’EPOQUE MODERNE ET LEURS EFFETS SUR LA PERIODE ACTUELLE

Modérateur : Claude Meyer, Professeur en sciences de la communication, Crf-UEVE

9h30 : Le doctorat dans et hors de l’Université au Moyen Age. Antoine Destemberg, PRAG U. Artois, membre LAMOP U. Paris 1

 10h30 : Le doctorat et l’Université durant la période moderne. Boris Noguès, Centre de Recherches d’Histoire Moderne de l’Université de Paris I (EA127)

11h45 : discussions et échanges

LA THESE ET LE CHAMP PROFESSIONNEL SUR LE PLAN INTERNATIONAL

Modérateur : Françoise Cros, professeure émérite, Crf-Cnam

14h00 : En Allemagne. Jürgen Schriewer, professeur émérite, Université Humboldt de Berlin, centre d’éducation comparée

                En Finlande. Katri Vehviläinen-Julkunen, professeur, Université Eastern Finland de Kuopio, Faculté des Sciences de la Santé, Département Sciences Soins infirmiers

                Au Québec. Jean-Claude Kalubi, Professeur, Université de Sherbrooke, Département : Étude sur l’adaptation scolaire et sociale

16h15 : discussions, échanges et prolongements

Vendredi 25 janvier 2013

LA THESE DE DOCTORAT ET LE MONDE PROFESSIONNEL

Modérateur : Shabnam Vaezi, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université François Rabelais, Tours

 10h00 : Les études déjà menées sur les thèses dans des champs de pratiques
                 A partir d’un champ professionnel : le travail social, Marcel Jaeger, Professeur Cnam
                A partir d’une section universitaire : les sciences de l’éducation, Daniela Rodriguez, Ater CnamDoctorante-Crf

11h25 : Des questionnements évolutifs sur cette articulation à partir d’exemples :

                Un doctorat pour les métiers de la défense ? L’Ecole de Guerre, Hervé Drévillon, Professeur d’histoire moderne à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur du domaine « Histoire de la défense et de l’armement » de l’IRSEM.

                Les sciences de l’information et de la communication et journalisme, Alain Kiyindou, Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Michel de Montaigne Bordeaux

LA THESE : UN EXERCICE SINGULIER

14H00 : Les rapports entre recherche, action et formation

                 Jean-Marie Barbier, Professeur, Directeur du Centre de Recherche sur la Formation, Cnam

                 Modérateur : Katia Béguin, Maître de conférences à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

15h30 : Les exigences cognitives et les opérations intellectuelles nécessaires et suffisantes pour qualifier une thèse de doctorat

               Etienne KleinPhilosophe et ingénieur, Directeur du laboratoire sur les sciences de la matière, CEA.

                Modérateur : Claude Gauvard, Professeure émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

17h00 : Prolongements

Séminaire Savoirs et activités du malade au service du maintien de soi en vie

Organisé par la chaire de recherches en éducation thérapeutique Upmc-Crf-Cnam et dans le programme collaboratif  « Savoirs et compétences » du Labex Hastec

A partir du 12 janvier 2013, à l’EHESS, Paris

Les nouvelles réglementations en santé publique, l’essor des mouvements d’usagers du système de soins et de leurs aidants, ont entraîné une multiplication des compétences utiles et requises pour le traitement des maladies chroniques et l’émergence d’un nouvel acteur : le sujet malade. Jusqu’à présent les sciences sociales se sont surtout intéressées aux conséquences de ces transformations du point de vue des soignants. Le séminaire se propose d’associer un public de chercheurs et de patients à une réflexion critique sur la production des savoirs relatifs à l’expérience de la maladie et sur les activités de soin de soi et de délégation du souci de soi à autrui.

Au cours de la première année, trois axes de problèmes seront définis, portant sur l’analyse :

  1. de la formation et des modalités du savoir expérientiel des patients et sa rencontre avec les savoirs savants et techniques,
  2. de la caractérisation des composantes des activités de maintien de soi en santé et en vie,
  3. des formes contractuelles de délégation du souci de soi à autrui, mises en œuvre dans les situations de soin, d’aide et d’accompagnement.

Au cours du séminaire, on interrogera particulièrement les théories mobilisées en médecine et en sciences humaines et sociales pour étayer les interventions en situation de soin et on dégagera les méthodologies requises pour l’exploration des problématiques liées à la nécessité de repenser l’éducation et la formation des malades.

Organisation :

  •  Jean-Marie Barbier, professeur au Conservatoire national des arts et métiers
  • Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS
  • Catherine Tourette-Turgis, maître de conférences à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris-VI)

En savoir plus : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/1149/

Colloque « Bourdieu et le travail », les 13 et 14 décembre 2012

Un colloque international « Bourdieu et le travail » se tiendra à Paris, les 13 et 14 décembre prochains, site CNRS Pouchet.

Programme :

          Jeudi 13 décembre 2012     

9h-9h30 Accueil des participants
9h30 >9h45 Présentation du colloque par Maxime Quijoux (IDHE-ENS Cachan)

Séances plénières
9h45 >10h30 « Colonisation et travail » par Tassadit Yacine (LAS-EHESS)
10h30 >11h15 « Can the Subaltern Speak : Bourdieu Vs. Bourdieu » par Michael Burawoy (Université de Berkeley)
11h15 >12h00 Discussion avec la salle

 12h-13h – Déjeuner

 

13h30 > 18h : 3 Ateliers thématiques

       Atelier thématique. L’entreprise : dominations et conflits

1re partie : 13h30 >15h30
Politiques managériales
Discussion : Paul Bouffartigue (LEST-CNRS)
Animation : Sébastien Chauvin(Université d’Amsterdam)
> Frédéric Péroumal (Cerlis, Paris V) : « “La double vérité” des dispositifs d’évaluation, les rapports de classes dans les groupes internationaux»
> Lionel Jacquot (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales,Université de Lorraine) : « Ce que manager veut dire. Une lecture bourdieusienne. Le travail de l’intermédiation hiérarchique dans le champ de la domination managériale »
> Pascal Martin (CSE-CESSP) : « L’ethos de l’État social managérial »
> Nadège Vézinat (CEE-CMH-EHESS) : « Fermer progressivement le champ des possibles. Bourdieu et la professionnalisation des conseillers financiers de la Poste »

2e partie : 16h00 >18h00
Précarités, souffrance et dominations au travail
Discussion : Stephen Bouquin (Université d’Evry Vald’Essonne, Centre Pierre Naville)
Animation : Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU-Paris 8)
> Rémy Caveng (CURAPP-UPJV, CESSP et LSQ) : « Marché du travail et dispositions à la précarité. Une analyse par les transactions et les trajectoires »
> Lucie Goussard (CRESPPA-GTM, Centre Pierre Naville) : « La vulnérabilité au travail des cadres transfuges sociaux »
> Vanessa Pinto (Université de Reims Champagne -Ardenne) : « La dénégation de la relation salariale. Ethnographie d’un centre d’appels »
> Sébastien Bauvet (ERIS, CMH, EHESS) : « Sur la notion de capital dans l’analyse des espaces professionnels »
3e partie vendredi 13 décembre, 14h30>16h30 (suite de l’atelier)

       Atelier thématique. Travailleurs intellectuels

1re partie : 13h30 >15h30
Le travail enseignant
Discussion : Christophe Brochier (Paris 8-CREDA)
Animation : Maricel Rodriguez Blanco (EHESS-UBA)
> Bertrand Geay (CURAPP-CNRS) : « Le travail enseignant chez Pierre Bourdieu »
>Nicolas Sembel (IUFM d’Aquitaine, Centre EmileDurkheim) : « Bourdieu et le travail enseignant : délimitation et actualité d’un objet peu visible et transversal »
> Joëlle Bourgin (Université Grenoble 3) : « Le travail des enseignants universitaires au prisme de Bourdieu »

2e partie : 16h00 >18h00
Le travail artistique
Discussion : Julien Duval (CESSP-EHESS)
Animation : Nicolas Sembel (IUFM d’Aquitaine,Centre Emile Durkheim)
>
Pierre-Emmanuel Sorignet (PRISSMH – EA 4561 -F2SMH) :
« Rénover la sociologie du travail artistique : réhabiliter l’usage des concepts issus de la sociologie de Bourdieu »
> Marc Perrenoud (UNIL-ISS) : « Les économies symboliques du travail. Pour un usage étendu de “l’économie des biens symboliques”»
3e partie vendredi 13 décembre, 14h30>16h30 (suite de l’atelier)

       Atelier thématique. Habitus professionnels

1re partie : 13h30 >15h30
Métiers de corps et incorporation du métier
Discussion : Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU –Paris 8)
Animation : Cédric Lomba (CRESPPA-CSU-CNRS)
> Elyamine Settoul (INED –Science Po CERI) :
« Décrypter le métier des armes avec les armes de Pierre Bourdieu. La professionnalisation des armées à l’épreuve des concepts de Pierre Bourdieu »
> Laurence Proteau (CESSP/CSE, EHESS) : « Architecture physique et cadre symbolique. Être et paraître policier »
> Bénédicte Reynaud (PJSE-ENS) : « Règles, usages et habitus. Le cas d’un établissement de la RATP »
> Yolande Witman (Sioo Research Fellow, Pays-Bas) : « Don’t underrate the hidden curriculum. The medical habitus as a “second birth” »

2e partie : 16h00 >18h00
Bénévolat, encadrement et vocation : le travail social
Discussion : Matthieu Hély (IDHE-Paris Ouest)
Animation : Nadège Vézinat (CEE-CMH-EHESS)
> Jean-François Gaspar (Haute École Louvain en Hainaut & Haute École Namur-Liège-Luxembourg,CESSP) :
« Les apports de Pierre Bourdieu à la compréhension de l’univers du travail social »
> Yohan Selponi (MILDT -EHESS – CADIS-EHESS) : « Faire sa place à l’école : les infirmières de l’éducation nationale, entre champ médical et institution scolaire »
> Maricel Rodriguez Blanco (EHESS-UBA) : « Entre mobilisation et encadrement des “classes populaires” : les assemblées des organisations piqueteras en Argentine »
3e partie vendredi 13 décembre, 14h30>16h30 (suite de l’atelier)

        Vendredi 14 décembre 2012       

9h00 > 13h15 : 2 Ateliers thématiques

       Atelier thématique. Bourdieu, sociologue du travail ?

1re partie : 9h00 >11h00
Bourdieu, l’Algérie et la question du salariat
Discussion : Tassadit Yacine (LAS-EHESS)
Animation : Marcos Supervielle (Université de la République, Uruguay)
> Claude Didry (IDHE-ENS Cachan): « Dénaturalisation du travail et histoire sociale. Les apports de la sociologie bourdieusienne de l’Algérie »
> Brahim Labari et Loubna Belgriri (Université d’Agadir): « La société algérienne face aux logiques économiques “importées” : Bourdieu et l’homme de tradition »
> Fabien Sacriste (Université de Toulouse, FRAMESPA-GRHI): « L’analyse du travail dans les recherches algériennes de Pierre Bourdieu : un autre exemple de l’opposition entre tradition et modernité ? »

2e partie : 11h15 >13h15
De l’Algérie aux pays du « Sud »
Discussion : Denis Merklen (IHEAL-CREDA)
Animation : Yohan Selponi (MILDT -EHESS – CADIS-EHESS)
> Pedro Robertt (Université de Pelotas, Brésil) et Marcos Supervielle (Université de la République, Uruguay) :
« Les usages de Pierre Bourdieu en Sociologie du Travail en Amérique latine »
> Edwin Catacora Vidangos (Université National de Altiplano, Perou) : « Ética andina, migraciones, trabajo y reconfiguraciones de los habitus en el Peru contemporáneo »
> Pascale Absi, Laurent Bazin et Monique Sélim (CRITERES, IRD) : « Le travail et les amphibologies de la domination. Réflexions à partir d’enquêtes sur les travailleurs en Algérie, les prostituées en Bolivie et les diplômées en Chine »

       Atelier thématique. Positions subalternes et intermédiaires au travail et appartenance de classe

1re partie : 9h00 >11h00
Professions et agents intermédiaires : entre relégation et renforcement des positions
Discussion : Gérard Mauger (CESSP-EHESS)
Animation : Pierre Fournier (LAMES-Université Aix-Marseille)
> Cécile Rabot (CESSP-EHESS) : « Bibliothécaire, un métier de l’ombre dans une institution périphérique »
> Anne Lambert (AGPR, ENS-CMH-EHESS) : « Devenir Solvable : travail et rôle des agents intermédiaires dans l’accès pavillonnaire des classes populaires (des années 1980 à nos jours) »
> Stanislas Morel (Université de Saint-Etienne, ECP-CESSP) : « Champ et “champ d’intervention professionnelle” »

2e partie : 11h15 >13h15
« Travailleurs manuels » : le choix du nécessaire ?
Discussion : Cédric Lomba (CRESSPA-CSU-CNRS)
Animation : Sophie Béroud (Université Lumière Lyon 2-Triangle)
> Benoît Leroux (CESSP-EHESS) : « Travail et travailleurs en agriculture biologique. De l’étude de cas au champ »
> Frédéric Nicolas (LaSSP-IEP Toulouse) : « L’enracinement, ou l’incorporation d’un ordre des choses agricoles. Chroniques ethnographiques d’installations en agriculture biologique »
> Thibaut Menoux (CESSP-EHESS-Paris Ouest) : « La distinction au travail : les concierges d’hôtel de luxe »
> Julien Gros (ETT-EHESS-ENS) : « Esprit d’ouvrier ou esprit d’entrepreneur. Les bûcherons, des ouvriers non salariés »

13H15 >14H30 déjeuner

Ateliers thématiques (suite du 13 décembre)

        Atelier thématique. L’entreprise : dominations et conflits

3e partie : 14h30 >16h30
L’entreprise : un espace de conflits
Discussion : Paul Bouffartigue (LEST-CNRS)
Animation : Julien Gros (ETT-EHESS-ENS)
> Sophie Béroud (Université Lumière Lyon 2 -Triangle) : « Sur la pertinence heuristique du concept de champ syndical »
> Pierre-Emmanuel Sorignet (PRISSMH – EA 4561 -F2SMH) et Nicolas Spire (APTEIS -Analyse pluridisciplinaire du travail, études et intervention sociales) : « L’expertise CHSCT au prisme de la sociologie critique»
> Baptiste Giraud (Université Aix-Marseille, LEST) : « Les apports du cadre d’analyse bourdieusien appliqué à l’analyse des grèves »
> Adrien Mazières-Vaysse (Centre Emile Durkheim, IEP Bordeaux) : « Bourdieu et les subalternes. L’apport de l’analyse bourdieusienne des classes pour penser les subjectivités du salariat précaire »

       Atelier thématique. Travailleurs intellectuels

3e partie : 14h30 >16h30
Travailleurs intellectuels : luttes des places
Discussion : Gisèle Sapiro (CESSP-EHESS) (sous réserve)
Animation : Gérard Mauger (CESSP-EHESS)
> Pierre Bataille (FNS-Labso, Anthropole, Université de Lausanne) :
« Le capital social normalien, représentations et usages en contexte professionnel »
> Boris Attencourt (CESSP-EHESS) : « Le travail de la “visibilité intellectuelle” : le cas des conférences “grand public”»
> Pierre Lénel (Lise-CNRS-CNAM) et Annie-Joëlle Priou (LCS – Paris 7, UVSQ – Ifsi) : « Ce que parler de la violence veut dire : du métier de sociologue à la violence symbolique ? »
> Alexandra Bidet (CNRS-CMH) et Marielle Macé (CNRS-CRAL) : « Styles au travail, à partir de Pierre Bourdieu »

       Atelier thématique. Habitus professionnels

3e partie : 14h30 >16h30
Bénévolat, encadrement et vocation : le travail sportif
Discussion : William Gasparini (Équipe Sciences sociales du sport, Université de Strasbourg)
Animation : Stanislas Morel (Université de SaintÉtienne, ECP-CESSP)
> Gildas Loirand (Université de Nantes, CENS) :
« Pierre Bourdieu et le réensemencement conceptuel de la sociologie du travail et des professions : le cas du travail d’encadrement sportif associatif en France »
> Pascal Bauger (OREFQ, Équipe Sciences Sociales du Sport, Université de Strasbourg) et Lilian Pichot (Équipe Sciences Sociales du Sport, Université de Strasbourg) : « Le structuralisme constructiviste de Bourdieu et l’emploi sportif »
> Sandrine Knobé et Carole Schorlé-Stefan (Équipe de recherche en Sciences Sociales du Sport, Université de Strasbourg) : « À l’épreuve de la causalité du probable : devenir professionnel d’une génération de malchanceux aux contours du recrutement des professeurs d’éducation physique et sportive »

16h30 >17h00 Conclusion du colloque par Paul Bouffartigue, Gérard Mauger et Maxime Quijoux

17h00 CoCktails

Comité Scientifique :
Osvaldo Battistini (UBA-Piette Conicet) / Stéphane Beaud (ENS-EHESS) / Michael Burawoy (Université de Berkeley) / Paul Bouffartigue (LEST) / Sébastien Chauvin (Université d’Amsterdam) / Jean-Pierre Faguer (CESSP-EHESS) / Pierre Fournier (LAMES-Université Aix-Marseille) / Michel Gollac (CREST) / Nicolas Hatzfeld (IDHE-Université d’Evry Val d’Essonne) / Annie Lamanthe (LEST) / Cédric Lomba (CRESPPA-CSU CNRS) / Gérard Mauger (CESSP-EHESS) / Michel Pialoux (CESSP-EHESS) / Gwenaële Rot (IDHE-Paris Ouest) / Delphine Serre (CESSP-Paris 1) / Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU-Paris 8) et Marcos Supervielle (Universidad de la República, Montevideo).

Comité d’organisation :
Paul Bouffartigue (LEST, Aix-en-Provence) / Gérard Mauger (CESSP, EHESS) et Maxime Quijoux (IDHE-ENS Cachan).

 

Séminaire « Sexe, race, classe dans le monde du travail »

« Sexe, race, classe dans le monde du travail » est un séminaire EHESS animé par Christelle Avril (Iris-Université Paris 13) et Yasmine Siblot (Cresppa-CSU-Université Paris 8)
Il propose une lecture approfondie et critique des enquêtes classiques et plus contemporaines qui entendent penser l’articulation sexe, race, classe dans le monde du travail. Que nous apprennent ces approches sur le monde du travail ? Quelles pistes méthodologiques dessinent-elles ?

Ouvert à toutes et tous, il se tient à partir du 6 décembre 2012, un jeudi sur deux, de 17 à 19h, à l’EHESS Paris, 190-198 avenue de France, 13è.

Premières séances :

  • Jeudi 6 décembre 2012 : Introduction : sexe, race, classe dans le monde du travail
    Cette séance sera consacrée à la présentation du séminaire et à ses enjeux. Pour les personnes concernées, les conditions de validation seront également explicitées à cette occasion.
  • Jeudi 20 décembre 2012 : L’approche matérialiste des rapports sociaux de sexe, de race et de classe
    Cette séance sera consacrée à la présentation de l’approche matérialiste qui, par définition, situe l’imbrication des rapports sociaux de sexe, de race et de classe dans l’univers du travail. Elle portera une attention particulière aux travaux de Colette Guillaumin et Danièle Kergoat. On se posera la question de son apport et de ses limites pour étudier le monde du travail contemporain.
  • Jeudi 17 janvier 2013 : L’approche historiographique américaine de l’imbrication sexe, race, classe
    L’historiographie américaine et en particulier les travaux s’inscrivant dans le mouvement du Black feminism ont largement contribué à enrichir l’approche empirique de l’articulation sexe, race, classe, en partant notamment du cas des plantations. La séance sera consacrée à la présentation d’études classiques de ce courant et à des travaux plus contemporains comme ceux d’Elsa Dorlin. On se posera la question de l’apport de cette approche et de ses limites pour étudier le monde du travail contemporain.

Programme complet consultable sur le site de l’EHESS

Séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives »

Séminaire organisé par Pascal Marichalar (CMH) et Laure Pitti (Cresppa-CSU), avec le soutien du DIM Gestes et de la Région Île-de-France

« Maladies sociales avec des aspects médicaux », selon l’expression du pneumologue Irving Selikoff, les maladies industrielles n’ont d’existence que dans un champ de forces où leur réalité, leur gravité et leur étiologie sont remises en cause à chaque instant. Du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, l’objet de ce séminaire est ainsi d’analyser les conditions de possibilité de mobilisations qui les prennent pour objet, fruits d’alliances improbables entre salariés, riverains, chercheurs, médecins et avocats.

Centré sur les « maladies industrielles », selon l’expression du sociologue Paul Jobin, et non exclusivement professionnelles, ce séminaire entend étudier ces mobilisations à l’intérieur et à l’extérieur des lieux de travail, cherchant ainsi à éclairer les croisements mais aussi parfois les logiques de concurrence entre maladies professionnelles et maladies environnementales. Comment s’articulent les luttes des salariés et des riverains – parfois en contradiction lorsque l’emploi des premiers est menacé, parfois en convergence (Ishimure, 1990 ; Collectif intersyndical sécurité, 1977) ? Comment les acteurs de ces mobilisations se réapproprient-ils les savoirs médicaux et techniques institués – ou encore contribuent-ils à leur avancée ?

Les séances se tiennent un lundi par mois de 10h à 13h, au centre CNRS Pouchet,
59/61 rue Pouchet – Paris 75 017 (métro Brochant ou Guy Môquet), Plan d’accès

  • Contacts : Pascal Marichalar et Laure Pitti
  • Programme et intervenants 2012-2013 (3ème année) en pdf
  • Une présentation détaillée accompagnée d’une bibliographie indicative et du programme des deux années précédentes est consultable sur le site du CSU (Cresppa-CSU, UMR7217)

Comment prendre en charge les conditions de travail aujourd’hui ?

Des entreprises, des filières ou des territoires innovent en matière de dialogue social et de prise en charge les conditions de travail. Cette demi-journée présentera certaines de ces nouvelles formes d’approches. Son objectif : en comprendre le fonctionnement, leurs avantages et leurs limites.

Image d'illustration de l'article

Le Réseau ANACT organise la 9ème édition de la Semaine pour la qualité de vie au travail du 18 au 26 octobre 2012. Cette édition coïncide avec le 30ème anniversaire des CHSCT. A cette occasion, l’ANACT organise quatre demi-journées thématiques consacrées à cette instance les 24 et 25 octobre prochain à la Maison de la RATP à Paris.

Celle organisée le jeudi 25 octobre après-midi aura pour thème « les formes renouvelées de prise en charge des conditions de travail ». Point de départ, le constat d’un travail et de conditions de travail qui évoluent. Les formes d’entreprises et d’organisation entre entreprises également. La taille de l’entreprise ou son insertion dans un territoire, une filière ou une branche, ont une influence sur les conditions de travail. Face à cette diversité, les formes traditionnelles de prise en charge des conditions de travail atteignent parfois leurs limites. Il peut être nécessaire de chercher de nouvelles formes de dialogue social autour de ces questions. Des innovations voient le jour et se diffusent.

Cette manifestation permettra de mettre en lumière certaines formes d’approches, d’en comprendre le fonctionnement, de présenter leurs avantages et de poser leurs limites. Pascale LEVET, directrice scientifique et technique de l’ANACT, et Olivier LIAROUTZOS, responsable du département Changements Technologiques et Organisationnels de l’ANACT, co-animeront cet échange.

Le programme

  • 14h00 : Accueil par Jean-Luc VERGNE, Président du Conseil d’Administration, ANACT
  • 14h15 : Les Observatoires de la Qualité de Vie au Travail
  • • 15h00 : Les CPRIA et la prise en charge des conditions de travail dans les TPE : l’expérience de la CPRIA de Poitou-Charentes : Jean-Paul LIZE, Secrétaire Général, UPA et un représentant d’une organisation syndicale
  • 15h45 : La filière comme lieu de pilotage de l’action sur les conditions de travail : l’exemple de l’Industrie Agro-alimentaire en Languedoc-Roussillon : ALAIN DJAFFO, OPCALIM ; Sophie PUJOL, CFE-CGC, Coopérative de Névian ; Antoine CHACON, SNIV, Bigard Distribution
  • 16h30 : EDF : la déclinaison d’un accord sur les RPS par la mise en place de groupes multidisciplinaires animé par Yves GARCIER, Délégué Qualité de Vie et Santé au Travail, EDF-DPI
  • 17h00 : Une approche territoriale : l’égalité professionnelle et l’amélioration des conditions de travail comme ressources pour innover en matière de GPEC territoriale, l’exemple du Beaujolais, Laurence LANGER, Acteurs et Politiques Publiques ; Vincent MANDINAUD, Chargé de Mission, ANACT  et les acteurs territoriaux du projet
  • 17h30 : Clôture

Inscription

– Accès au site de la SQVT
– Toutes les manifestations de la 9ème SQVT

Séminaire « Le mal être du genre au travail »

L’équipe Genre travail, mobilité du Cresppa (Cresppa-GTM), organise un séminaire de recherche sur le question du « Mal être du genre au travail ». Le séminaire est animé par Régine Bercot (professeur à l’Université paris 8, Cresppa-GTM), avec le soutien du DIM Geste et la participation de l’Anact.

Les séances auront lieu à Paris, site CNRS Pouchet, 59 rue Pouchet, plan d’accès

Présentation du séminaire :
En quoi l’appartenance de genre peut- elle modifier le mal être ou en quoi conduit-elle à le révéler ou à le domestiquer différemment ?  Notre réflexion portera simultanément sur des questions d’ordre épistémologique et méthodologique.
Nous penserons la question genrée non pas en termes d’égalité ou d’inégalité par rapport à la santé mais en termes de différences. Pour éviter les naturalisations concernant les situations, nous tiendrons compte de l’inscription de ces différences dans des contextes sociaux précis ; ceci conduit à tenir compte de différents cadres : le statut (précarité ou situation stable),  le niveau social, le niveau de responsabilité, le contexte de mixité sociale et la division sociale du travail entre emplois masculins et féminins ; enfin, il peut exister des différences générationnelles dans ce qui donne lieu à un mal être (les valeurs, les formes d’investissement au travail) et la manière de les exprimer .
L’analyse fera une part importante à l’articulation entre présupposés théoriques et méthodes choisies par les intervenants pour définir, analyser la question du mal être au travail. Nous traiterons des manifestations du mal être au travail, des sources différenciées du mal être en lien avec les attentes des salariés et les politiques des directions.

 

Programme et intervenants des premières séances (octobre-février) :
Programme-&-intervenants-oct2012-fevr2013

Journée d’étude du GESTE « Dire et entendre la souffrance au travail »

GESTES (Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail), organise une première journée ayant pour thème:
« Dire et entendre la souffrance au travail: l’objectivation des maux »
le mardi 13 novembre 2012, à l’ENS-CACHAN, 61, avenue du Président Wilson / 94235 Cachan Cedex,  à partir de 9h00, Bâtiment d’Alembert, Salle Condorcet.

Cette journée, qui vise avant tout à mettre en valeur la diversité des recherches sur les questions qui structurent le DIM et à permettre aux différentes disciplines de croiser leurs approches, s’organisera autour de deux table-ronde et de trois ateliers :

Expertise et évaluation de la souffrance : les instruments et les acteurs
Table ronde animée par Claire Edey Gamassou, Université Paris-Est (UPEC)

 Le croisement des savoirs et des discours
Table ronde animée par Isabelle Vacarie, Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense (IRERP)

Atelier 1 : Transformation des métiers, cause de souffrance ou remède à la souffrance
Président de séance : Yves Clot, CNAM, Chaire de Psychologie du travail
Discutant : Thierry Pillon, Université de Rouen, Laboratoire DySoLa

 Atelier 2 : Dialogue et action collective : enjeux et obstacles
Président de séance : Michel Pigenet, Université de Paris I, Centre d’histoire sociale du XXe siècle
Discutante : Nathalie Ferré, Université Paris 13, IRIS-EHESS

 Atelier 3 : Dire, taire et entendre la souffrance au travail
Président de séance : Philippe Bataille, EHESS, Centre d’analyse et d’intervention sociologiques
Discutante : Marie-Anne Dujarier, Université Paris 3, LISE-CNRS

Programme et intervenants :
Programme-JE-Geste-13nov2012
Plan d’accès à l’ENS Cachan

Après-midi d’étude : « Le travail nucléaire »

« Le travail nucléaire »
Après-midi d’étude organisées dans le cadre du séminaire Cresppa-CSU « Maladies industrielles et mobilisations collectives »
par Pascal Marichalar (CMH) et Laure Pitti (Cresppa-CSU), avec le soutien du Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail (GESTES, Région Île-de-France).

Autour de trois recherches sociologiques récentes sur le travail exposé à la radioactivité, qui s’inscrivent dans la suite d’études classiques sur le sujet (cf.notamment Thébaud-Mony, L’industrie nucléaire, sous-traitance et servitude, 2000), tout en variant les territoires – Afrique, France, Japon – et en étudiant différents stades de la division internationale du travail nucléaire : travail dans les mines d’uranium, travail quotidien dans les centrales nucléaires, travail extraordinaire en situation de catastrophe déclarée.
Dans l’esprit du séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives », une attention particulière sera portée au lien entre santé, travail et environnement.

Programme et intervenants

Contacts : Pascal Marichalar ; Laure Pitti

Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail ; état des lieux et nouveaux enjeux

Colloque international organisé par le laboratoire CIREL

Les 26, 27 et 28 septembre 2012 à Villeneuve d’Ascq, Cité Scientifique

Plusieurs membres du Centre de recherche sur la formation (CRF-Cnam) interviendront à cette occasion :

  • Richard Wittorski (CRF Cnam), avec Thierry ArdouinLaurence Bonnafous et Patrice Gravé : Dynamique de professionnalisation des formateurs-consultants indépendants en France.
  • Muriel Deltand (CRF Cnam) : L’expérience entreprenariale comme processus émancipatoire : le cas de femmes congolaises.
  • Joris Thievenaz (CRF Cnam), avec Catherine Tourette-Turgis Se professionnaliser au contact d’autrui : le développement de l’expérience en situation d’interaction soignante.
  • Pierre Parage (Formateur consultant, associé Cnam), avec Grégory Munoz, Michel Dumas : Le processus de réalisation du dossier de VAE : entre concrétisation d’un objet technique et objectivation d’une oeuvre.
  • Fabrice Gutnik : Expérience partagées et professionnalisation des acteurs de la formation.
  • Nathalie Lavielle Gutnik : Expérience et enjeux identitaires pour des jeunes « dits décrochés » de l’enseignement supérieur.
  • Vanessa Remery (CRF Cnam) : La part d’autrui dans l’élaboration d’une culture interprétative de l’action : l’exemple e l’accompagnement en VAE.
Le colloque se conclura par ailleurs sur une conférence de Pierre Pastré (CNAM Paris), intitulée « Développement, apprentissage, expérience ».

Consulter le programme détaillé : http://cirel.recherche.univ-lille3.fr/experience2012/

Echos du travail

Carnet de veille collaboratif sur le travail, l’emploi et la formation dont l’objet sera de diffuser des informations bibliographiques, appels à contributions, appels à projet, séminaires, sélections de sources d’information, notes de lecture, etc. Ces informations émaneront des institutions partenaires ou de leurs documentalistes : Anact, Centre Inffo, Céreq, Cdft, Cee, Cresppa, Ires, Lest.

(Ce carnet remplacera sans doute à terme le Carnet des Docks récemment ouvert par le Céreq).