Archives de catégorie : Accès thématique

Cinéma et travail

Travailler 2012/1 n°27

Travailler, n° 27, 2012
« Cinéma et travail » dossier coordonné par Isabelle Gernet, Aurélie Jeantet – 186 p.

Extrait de l’introduction :
Rendre visible le travail ne peut se limiter à l’activité de « représentation » du travail et de sa réalité, même si elle en constitue une forme cardinale. Les conditions de révélation du travail, par la fiction, mais aussi par le documentaire, par le roman, ou encore par la mise en scène du théâtre, requièrent également une mise en forme par le filtre de la subjectivité du réalisateur, du metteur en scène, ou de l’écrivain. C’est d’ailleurs ce dont un dossier antérieur de la revue coordonné par A. Fernandez-Zoïla, paru en 2001, portant sur « le travail dans les fictions littéraires », avait cherché à rendre compte, en discutant le rôle du roman comme outil de description de la centralité du travail dans la condition humaine.
Les différentes contributions du présent dossier introduisent le lecteur à la complexité des processus à l’œuvre, dont une part importante ressortit en propre au travail du spectateur. Nous nous situons en plein cœur de la question de l’action puisqu’il s’agit ici de pouvoir faire advenir des formes originales et impensées jusqu’alors. La mise en scène, qui résulte elle-même d’un travail spécifique, consiste en effet à inventer une forme de rhétorique pour rendre visible une partie de la dimension énigmatique du travail. Ce processus contribue à susciter, chez le réalisateur, comme chez le spectateur, un mouvement d’élaboration pour penser ce qui résiste de l’expérience du travail qui, sinon, risque toujours d’être occulté. Lire l’introduction

Sommaire :

Aurélie Jeantet, Cinéma et travail, p.17-36

Guillaume Le Saulnier, Ce que la fiction fait aux policiers. Réception des médias et identités professionnelles, p.37-63

Aurélie Jeantet et Emmanuelle Savignac, Représentations du monde professionnel et du rapport subjectif au travail dans les films de fiction français contemporains, p.65-85

Monique Peyrière, Filmer le travail, filmer contre le cinéma ? p.87-102

David Faroult, Mettre le spectateur au travail ? La programmation d’un travail du spectateur par l’avant-garde cinématographique militante issue de Mai-68, p.103-122

Nicolas Fraix, Projection de films et mise en débat : l’expérience de Ciné Travail, p.123-142

Christophe Dejours et al.   « Saisir la subjectivité et le travail par le film de fiction ». Rencontre avec Jean-Marc Moutout, p.123-142

Résumés sur Cairn

Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement

Christel Coton et Laurence Proteau (dir.)
Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement.
Rennes: PUR, Coll. Le sens social – 262 p., juin 2012 – ISBN: 978-2-7535-2015-8

4è de couverture :
La montée en puissance de la logique gestionnaire dans les administrations publiques confronte les professionnels à la multiplication des procédures d’évaluation et au renforcement de la codification des écrits liés à l’exercice quotidien de leur travail. Militaires, policiers, magistrats, greffières, surveillants pénitentiaires, observateurs européens des lieux d’enfermement, travailleurs sociaux et médecins étudiés ici, tous déplorent cet accroissement des écrits standardisés qui réduit considérablement le temps consacré aux fonctions « nobles » du métier.
La multiplication des procédures d’écriture, passage obligé de la reddition de compte, est d’autant plus condamnée qu’elle touche des professions qui ont un rapport paradoxal à l’écrit. La figure du terne bureaucrate plane comme un stigmate à tenir à distance. Paradoxe en effet puisque ce commis aux écritures tant moqué maîtrise un capital nécessaire non seulement à la réalisation du travail lui-même et à son contrôle, mais aussi à la mobilité des trajectoires professionnelles. L’écriture est de fait centrale dans les carrières. Celui qui n’y a pas accès reste un simple exécutant, alors que celui qui la mobilise conformément aux normes de sa profession possède un atout essentiel dans les luttes de placement.
Grâce à la diversité des terrains mobilisés, les auteurs réunis dans cet ouvrage dévoilent les paradoxes de l’écriture professionnelle. Outil privilégié du New Public Management, elle reste une ressource essentielle dans la division du travail et dans les stratégies de mobilité et de distinction des professionnels.

Contributions de:
Coline Cardi, Gaëtan Cliquennois, Christel Coton, Fabien Deshayes, Elodie Janicaud, Camille Lancelevée, Léonore Le Caisne, Elodie Lemaire, Christian Mouhanna, Sabrina Nouiri-Mangold, Benjamin Pécoud, Laurence Proteau, Claude Thiaudière

[Plus d’infos] http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2924

Genèse des organisations patronales en Europe (19e – 20e siècles)


Danièle Fraboulet et Pierre Vernus (dir.)
Genèse des organisations patronales en Europe (19e – 20e siècles)
Presses universitaires de Rennes, coll. Pour une histoire du travail – 354 p., août 2012 – ISBN: 978-2-7535-1977-0

4e de couverture :
Cet ouvrage rassemble les premiers résultats d’un programme de recherche international sur les organisations patronales aux XIXe et XXe siècles. Il regroupe des chercheurs européens et nord-américains de disciplines différentes qui, dans les textes rassemblés ici, se sont intéressés à la genèse et aux formes adoptées par ces organisations. Les auteurs étudient en particulier le fonctionnement, le financement et le degré de représentativité des organisations patronales lors de la période de leur structuration. Premier jalon d’une recherche qui doit explorer de nouvelles thématiques dans les années à venir : les voies et les moyens d’action des organisations patronales dans la sphère publique, les formes et la nature des rapports tissés avec les autres organisations et en n le rôle et les modalités d’intervention des structures patronales dans le domaine de la régulation économique.

Contributions :
Berardo Fiammetta, Besana Claudio, Borde Christian, Bührer Werner, Calvo Caballero Pilar, Cassis Youssef, Chancerel Pierre, Dard Olivier, Dartevelle Raymond, Druelle-Korn Clotilde, Eichenberger Pierre, Flusin-Fleury Deborah, Fraboulet Danièle, Fumi Gianpiero, Guex Sébastien, Humair Cédric, Joly Hervé, Laroche Mélanie, Laurens Sylvain, Locatelli Andrea-Maria, Margairaz Michel, Mazbouri Malik, Michel Hélène, Offerlé Michel, Ollerenshaw Philip, Palaude Stéphane, Pizzorni Geoffrey J., Rabier Marion, Salsano Fernando, Tedeschi Paolo, T Eodori Marco, T Ouchelay Béatrice, Vernus Pierre, Zanini Andrea, Wroblewski Guillaume

Introduction et table des matières sur le site de l’étiteur :
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2934

Les politiques de l’emploi (1960 – 2000). Sociologie d’une catégorie de politique publique


Fabrice Colomb
Les politiques de l’emploi (1960 – 2000). Sociologie d’une catégorie de politique publique
Presses universitaires de Rennes, coll. Res publica – 226 p., juillet 2012 – ISBN: 978-2-7535-2014-1

Présentation de l’éditeur:
Adoptant une démarche sociologique, ce livre identifie les sens qu’ont les politiques de l’emploi pour les acteurs qui en sont à l’origine. Il met en évidence les redéfinitions successives de la catégorie, qui correspondent à des tournants dans le contenu des politiques menées. À partir d’entretiens et de documents écrits, l’auteur montre que l’interaction entre des acteurs aux profils et expériences divers au sein des scènes de la décision produit des orientations à chaque fois originales laissant en grande partie les fondements cognitifs des politiques de l’emploi indéterminés.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur :
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2941

Risques du travail, la santé négociée

Catherine Courtet et Michel Gollac (dir.)
Risques du travail, la santé négociée Paris: La Découverte, coll. Recherches – 328 p., juin 2012 – ISBN: 9782707173089

Présentation de l’éditeur :
Analyser la santé au travail, c’est analyser le travail et ses transformations, les déterminants organisationnels et managériaux de l’activité, les contraintes qui pèsent sur elle et les ressources que les salariés mobilisent pour sa réalisation. C’est aussi analyser les transformations historiques de l’identification, de l’objectivation (scientifique, médicale, statistique) et de la prise en charge des pathologies dont le lien avec le travail est avéré ou suspecté. Entre conflits et définition de normes de protection ou de prévention, la santé au travail se négocie. Cette négociation ne porte pas que sur la reconnaissance et la réparation des maladies dites professionnelles ; elle influe sur le travail lui-même et détermine ses conséquences pour la santé.
Les contributions d’historiens, sociologues, économistes, ergonomes, psychologues, épidémiologistes, rassemblés dans cet ouvrage, sont issues de travaux de recherche parmi les plus innovants dans ce domaine. Elles associent l’examen des déterminants « objectifs » de la santé au travail à celui des processus sociaux qui président à cette objectivation. Leurs terrains d’observation et d’expérimentation s’attachent au poste de travail, à l’entreprise, à la branche et aux niveaux national et international, et visent à mieux comprendre les chaînes causales complexes qui font du travail un facteur de maladie ou de santé. Elles mettent ainsi en évidence les contraintes, mais aussi des marges de liberté. Mieux comprendre les liens entre santé et travail, c’est se donner les moyens d’agir.

Contributions de :
Paul V. Dutton, Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès, Alberto Baldasseroni, William Martinez, Paul-André Rosental, Bernard Thomann, Éric Verdier, Carole Gayet-Viaud, Anne de Labrusse (collab.), Joan Stavo-Debauge, Johannes Siegrist, Yves Roquelaure, Annette Leclerc, Fabien Coutarel, René Brunet, Sandrine Caroly, François Daniellou, Claudine Mélan, Nadine Cascino, Béatrice Barthe et Edith Galy, François Dubet, Danièle Linhart, Matthieu Detchessahar, Guy Minguet, Charles Gadea, Sophie Divay, Claire Edey Gamassou, Cathel Kornig, Marion Gilles,  Serge Volkoff


Les politiques de la mesure : l’analyse comparée des indicateurs dans la conduite de l’action régionale

Les politiques de la mesure. L'analyse comparée des indicateurs dans la conduite de l'action régionale

Bornand, Elvire, Mespoulet, Martine et Verdier, Eric (sous la dir.  de).
Les politiques de la mesure : l’analyse comparée des indicateurs dans la conduite de l’action régionale
, Science Politique Comparée, Paris : Khartala ; Aix-en-Provence : Sciences Po, 2012. 280 p.

La production de chiffres a joué un rôle majeur dans la construction des États-Nations. Or, ébranlée par l’européanisation de l’action publique, la prééminence historique des statistiques nationales l’est aussi par la décentralisation. Comme le montre ce livre, cette question ne se pose pas seulement en France mais aussi au Québec et au Canada. Les réponses y empruntent toutefois des cheminements institutionnels et politiques propres à chaque pays en fonction des jeux d’échelle particuliers qui s’y déroulent.

La comparaison s’attache aussi à l’échelon régional et à ses spécificités. On assiste à un foisonnement d’initiatives dans la production d’informations chiffrées en région, parallèlement ou conjointement à celle effectuée par l’INSEE, les services statistiques ministériels ou d’autres organismes nationaux. La dimension opérationnelle de ces statistiques est analysée selon deux registres : comme outil de gouvernement et comme représentation politique de l’espace territorial en cause. Non seulement les politiques de la mesure traduisent l’émergence de nouvelles configurations politiques et institutionnelles, mais, au-delà, elles contribuent à les instituer. Il en résulte de nombreuses interrogations.

À partir de recherches menées à titre principal dans les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône Alpes, ce livre étudie des procédures d’évaluation des observatoires régionaux emploi-formation, des schémas prévisionnels de formation, des diagnostics territoriaux, des services statistiques de l’État déconcentré ou encore des programmes de formation de chômeurs. Dans tous les cas de figure, les auteurs mettent au jour les fondements intellectuels et normatifs de ces instruments qui dessinent les actuelles politiques de la mesure en région.

Paru le : 13/06/2012

 

Métiers héroïques, face à l’urgence, au danger et à la mort

Travailler 2011/2
Travailler
, n° 26, 2011
« Métiers héroïques, face à l’urgence, au danger et à la mort », dossier coordonné par Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet – 224 p.

Extrait de l’éditorial d’Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet :
Les héros contemporains ne sont plus tant des surhommes, encore moins des demi-dieux, que des hommes ordinaires, qui se distinguent en ce qu’ils dévouent leur activité à une cause altruiste, œuvrant pour le bien de la communauté considéré d’un point de vue moral. Et ce sont aussi des femmes, mais leur engagement, voire leur dévouement au travail, est généralement moins reconnu, moins valorisé et rarement mis sur le compte d’un quelconque héroïsme… C’est que le héros demeure par définition identifié au masculin, tant les qualités qui lui sont couramment attribuées sont le courage, la force, la bravoure, etc., dans une référence fréquente à un univers guerrier. Les articles que nous rassemblons ici traitent bien, dans cette perspective, de l’héroïsme de certains métiers masculins, dans ses rapports avec la question du risque et aussi, souvent, avec l’idéologie virile.

Sommaire :

Aurélie Jeantet et Isabelle Gernet, Métiers héroïques, face à l’urgence, au danger et à la mort, p.17-33

Lauriane Pichonnaz, La difficile reconnaissance des compétences des ambulanciers : entre care, cure et force physique, p.35-53

Jacinthe Douesnard et Louise Saint-Arnaud   Le travail des pompiers : un métier au service de l’autre, p. 55-70

Dilene da Silva Costa et Heliete Karam   Voler, planer, sauver. Centralité du risque dans l’activité aérienne brésilienne, p.71-85

Dilene da Silva Costa et Heliete Karam   Voar, pairar, salvar. Centralidade do risco na atividade aérea dos tripulantes operacionais de uma instituição militar brasileira, p.87-110

Céline Bryon-Portet   Stress et suicides liés au travail au sein de l’institution militaire, p. 87-110

Résumés sur cairn

La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990

La sociologie du travail en France

Lucie Tanguy
La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990,
Paris: La Découverte, coll. Recherches, 2011 – 272 p.

Résumé:
Discipline aujourd’hui très présente dans le monde académique, la sociologie du travail a également pénétré le monde de l’entreprise. Mais pour mieux comprendre la nature des apports et le rôle des sociologues du travail, il est important de connaître leur histoire.
C’est ce que propose ici Lucie Tanguy : mobilisant un vaste corpus d’archives, elle replace l’histoire, en France, de cette jeune discipline dans son contexte social et intellectuel, évoque ses déterminants et les luttes de courants qui l’ont traversée. Elle retrace les actions des chercheurs pour définir un modèle scientifique, le faire reconnaître, s’organiser en communauté, débattre des perspectives érigées en théorie et faire admettre des normes de scientificité à destination des générations suivantes. Enfin, elle analyse les politiques et programmes de recherches impulsés par la gauche dans les années 1980, les inflexions de style et d’orientations de recherches, ainsi que la conception même du métier de sociologue, qui en sont découlées : les sociologues peuvent-ils conjuguer autonomie de la pensée et engagement dans la société de leur temps ? Comment concilier pluralité d’approches, déplacements d’objets et cumulativité des connaissances ? Le métier de sociologue, et plus largement celui de chercheur scientifique, peut-il encore se définir au singulier ?

Compte-rendu :
Compte-rendu de José Rose, Formation emploi [en ligne], n°116, octobre-décembre 2011, p.69-74
mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 14 novembre 2012.

 

On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite

Pierre Barron, Anne Bory, Lucie Tourette, Sébastien Chauvin et Nicolas Jounin
On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite. Paris: La Découverte, coll. Cahiers libres, 2011 – 312 p.

Présentation de l’éditeur:
Le 15 avril 2008, trois cents travailleurs sans papiers se mettent en grève et occupent leurs entreprises, en région parisienne. Ils seront bientôt des milliers. Ce mouvement est inédit : il lie un mode d’action traditionnel du mouvement ouvrier, une grève avec occupation des lieux de travail, à la revendication centrale de la lutte des sans-papiers, la régularisation. S’ouvrent alors deux années de lutte, tantôt souterraine, tantôt médiatisée, dont ce livre retrace l’histoire de façon très vivante.
Ces grèves révèlent que des pans entiers de l’économie (construction, nettoyage, restauration, confection, aide à la personne…), des petites aux grandes entreprises, du traiteur du coin aux familiers du pouvoir, de l’intérim aux ministères, reposent sur le recours à une main-d’œuvre qui, privée de titre de séjour, devient la proie et l’instrument du dumping social. En contestant cette situation, des milliers de grévistes sans papiers ont pointé les contradictions de la politique de l’« immigration choisie » promue par Nicolas Sarkozy.
Fruit d’une enquête collective, réalisé à partir d’observations directes (sur des piquets de grève, lors de manifestations, réunions, assemblées générales de grévistes…), de la collecte d’archives (tracts, dossiers de grévistes, protocoles de fin de conflit, circulaires ou notes des ministères), mais aussi d’une centaine d’entretiens avec des grévistes, des syndicalistes ou associatifs soutenant ou encadrant le mouvement, des employeurs, des agents de l’État à un niveau local et national, ce livre raconte au plus près les péripéties de ce mouvement, et en analyse les enjeux économiques, syndicaux et politiques.

[Plus d’infos]
Table des matières sur le site de l’éditeur : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707167873

Article :

Compte-rendu :

Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Roueff
Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce. Paris : Ministère de la culture et de la Communication – DEPS, coll. Questions de culture, 2011 – 264 p.

Présentation de l’éditeur :
À la figure historique de l’imprésario lyrique du XVIIIe siècle a succédé aujourd’hui le manager de musiques actuelles, mais aussi, dans d’autres secteurs artistiques, l’agent de « talent » cinématographique, l’agent littéraire, l’acheteur d’art ou encore le directeur de casting. Tous partagent une fonction d’intermédiaire : plaque sensible des mondes de l’art, ces professionnels méconnus interviennent dans l’appariement de l’offre et de la demande de travail artistique comme dans la conversion des valeurs artistiques et économiques.
Dénoncés tantôt comme parasites inutiles, tantôt comme comploteurs tout-puissants, les intermédiaires sont pourtant de plus en plus sollicités par les artistes et leurs employeurs. De fait, si les normes et pratiques professionnelles varient selon les générations et selon les disciplines, ils sont voués à l’intégration des logiques économiques dans le monde de l’art et contribuent à structurer les marchés du travail sur lesquels ils interviennent.
L’ouvrage propose une analyse de l’activité des intermédiaires dans les domaines de l’édition littéraire, du cinéma, de la photographie publicitaire, de la musique classique et des musiques actuelles. Des portraits comparés illustrent une typologie inédite des différentes postures d’intermédiation, articulées autour de la tension entre art et commerce.

Wenceslas Lizé est maître de conférences à l’université de Poitiers (Groupe de recherches et d’études sociologiques du Centre Ouest). Delphine Naudier et Olivier Roueff sont tous deux chargés de recherche au CNRS. Delphine Naudier appartient au laboratoire Cultures et sociétés urbaines du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris et Olivier Roueff au laboratoire Professions Institutions Temporalités.

[Plus d’infos]
Compte-rendu de Camille Dorignon, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 01 juillet 2012. URL : http://lectures.revues.org/6489

Être libraire

Frédérique Leblanc Être libraire, Lyon : Lieux dits Éditions, coll. Être, 2011 -128 p.

Présentation de l’éditeur :
« Tant qu’il y aura cet engagement culturel chez moi, j’aurais ce désir d’avoir une librairie : cette nécessité de la transmission, de donner à l’autre, de lui dire ¨ j’ai lu, j’ai aimé : allez y, allez y parce que vraiment c’est du plaisir. »
Se dire « libraire » suscite généralement des réactions positives : « quel beau métier de travailler au milieu des livres ! », « c’est un métier intellectuel »…
Mais l’amour des livres ne fait pas tout ! Si cette immersion dans la création littéraire et le monde des idées représente le côté attractif du métier, la manutention et la gestion des stocks ou de l’entreprise pèsent lourdement dans l’emploi du temps. Quant à faire fortune en librairie… Le salaire, souvent modique, coïncide rarement avec le niveau d’études, généralement élevé. Dans cet ouvrage, nous découvrirons les coulisses et les problématiques de la librairie, nous verrons comment il est possible de devenir libraire, et quelles sont les différentes situations de travail selon les types de magasins. Des libraires, salariés ou chefs d’entreprise, témoigneront des aspects les plus passionnants, mais aussi les plus difficiles, de leur métier au quotidien.

 

Les nuits de la main courante. Écritures au travail

Les nuits de la main courante : Ecritures au travail
Jean-François Laé
Les nuits de la main courante. Écritures au travail

Paris: Stock, coll. Un ordre d’idées, 2008 – 288 p.

Présentation de l’éditeur :
La main courante évoque les commissariats de police, mais cette pratique existe dans d’autres lieux. Attentif aux écritures ordinaires, Jean-François Laé a étudié de nombreux cahiers tenus dans divers espaces de travail – une cité HLM, un service d’alcoologie, un lieu de vie pour handicapés, un centre d’hébergement pour hommes à la rue, un service de milieu ouvert, une maternité. Ces traces éphémères, discontinues, fragmentaires n’étaient pas destinées à être lues au dehors. Bavardes à leur manière, elles livrent des observations, des consignes, des gestes, elles disent le travail confronté à l’urgence et à l’incertitude, elles trahissent les tensions, les exaspérations parfois. Elles révèlent aussi les désordres, les échappées, les refus qui ponctuent le quotidien des personnes prises en charge.

En arrachant à l’oubli ces écrits sans importance, Jean-François Laé fait ainsi surgir une réalité surprenante d’affrontements et de sollicitude mêlés. Sa lecture attentive et sensible lui permet d’analyser au plus près ce qui se passe dans ces relations de services aux personnes.

Comptes-rendus

  • Compte-rendu de Frédérique Giraud, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 09 octobre 2008, consulté le 20 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/669

Compléments

  • Jean-François Laé et Marianne Kempeneers « Écritures et documents personnels, une source sociologique ?» Présentation du dossier : L’archive personnelle, la grande oubliée, Sociologie et société, vol.40 n°2, 2008 – p.9-14 – en ligne sur Erudit
    Et dans le même dossier : Isabelle Astier « Écriture de soi, une injonction réflexive. L’exemple de la Validation des acquis de l’expérience », p.51-68 – résumé
  • Voir aussi dans ce carnet :
    Christel Coton et Laurence Proteau (dir.) Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement. Rennes: PUR, Coll. Le sens social – 262 p., juin 2012. Les Échos du travail, 29 juin 2012

 

Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Le prestige des professions et ses failles Alexandre Mathieu-Fritz et Régine Bercot
Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz
Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Paris: Hermann, coll. Société et pensées, 2008 – 313 p.

Présentation de l’éditeur:
Il est des activités professionnelles qui sont auréolées d’un véritable prestige et d’autres qui sont dévalorisées de multiples façons. Afin de rendre compte des processus de construction et de valorisation symboliques des groupes professionnels, les auteurs portent leur attention sur des groupes appartenant aux classes moyennes supérieures. Ces derniers présentent la particularité de subir différentes formes de dévalorisation, alors que, intuitivement, on pourrait considérer qu’ils devraient bénéficier d’une image d’ensemble plutôt positive, en corrélation avec leur position socioéconomique relativement élevée. Être en haut ou en bas de l’échelle sociale ne suffit pas, ainsi, à expliquer la nature des représentations sociales.
En s’appuyant principalement sur des données empiriques issues de plusieurs de leurs recherches (sur les huissiers de justice et les chirurgiens) et en reprenant les résultats d’enquêtes déjà réalisées (sur les sociologues) qu’ils complètent, Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz cherchent notamment à identifier les diverses causes des représentations négatives associées aux groupes professionnels, et à observer comment celles-ci émergent lors des interactions sociales et servent de support à leurs différents protagonistes, comment les professionnels tentent, via leurs organismes de représentation, de les modifier et, enfin, comment des individus en viennent à exercer les activités auxquelles elles sont associées.

Comptes-rendus

  • Compte-rendu d’Igor Martinache, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 11 août 2008, consulté le 20 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/629

 

 

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement


Yvonne Guichard-Claudic, Danièle Kergoat, Alain Vilbrod (dir.)

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement
Presses universitaires de Rennes, coll.  Des Sociétés, 2008 – 401 p.

4e de couverture :
Femmes pompiers ou médecins, cadres d’entreprise, magistrates, conductrices de bus ou de camions, peintres en bâtiment ou carreleuses… mais aussi hommes sages-femmes ou caissiers de supermarché, infirmiers, assistants sociaux ou instituteurs en école maternelle : autant d’exemples de l’avancée en mixité dans des bastions longtemps monosexués. La mixité n’est donc pas seulement une question de co-présence de femmes et d’hommes dans différents espaces sociaux. Elle se traduit aussi par la fin de l’exclusivisme de genre attaché à certains métiers.
Il est certes important d’en prendre la mesure précise, statistiques à l’appui, mais une évaluation chiffrée ne saurait suffire pour comprendre ce qui se joue dans ces situations atypiques. Le même métier est rarement exercé dans les mêmes conditions, de travail, de rémunération, de promotion selon qu’il l’est par un homme ou par une femme. Des travaux qualitatifs fins et diversifiés, tels ceux qui sont présentés dans cet ouvrage, permettent d’observer par le menu ce qui se transforme, ce qui résiste, ce qui se recompose, dans le but de saisir le sens des logiques sociales complexes qui sont à l’œuvre.
Parler d’inversion du genre à propos de ces situations et positions non traditionnelles, c’est donc moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l’inversion des positions sexuées est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre.

Contributions de :
Marc Bessin, Line Chamberland, Philippe Charrier, Caroline Chimot, Thomas Couppié, Nicolas Divert, Florence Douguet, Dominique Epiphane, Erika Flahault, Stéphanie Gallioz, Béatrice De Gasquet, Yvonne Guichard-Claudic, Yveline Jaboin, Danièle Kergoat, Emmanuelle Lada, Nathalie Lapeyre, Jacqueline Laufer, Nicky Le Feuvre, Sonia Lefeuvre, Clotilde Lemarchant, Fabienne Malbois, Guillaume Malochet, Catherine Marry, Nicolas Murcier, Johanne Paquin, Simone Pennec, Roland Pfefferkorn, Claudine Philippe, Annie Rieu, Anne-Catherine Rodrigues, Djaouida Séhili, Armelle Testenoire, Hélène Trellu, Alain Vilbrod

Plus d’infos :
Sommaire, table des matières et introduction sur le site de l’éditeur
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1794

Comptes-rendus :