Archives de catégorie : Métiers

La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990

La sociologie du travail en France

Lucie Tanguy
La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990,
Paris: La Découverte, coll. Recherches, 2011 – 272 p.

Résumé:
Discipline aujourd’hui très présente dans le monde académique, la sociologie du travail a également pénétré le monde de l’entreprise. Mais pour mieux comprendre la nature des apports et le rôle des sociologues du travail, il est important de connaître leur histoire.
C’est ce que propose ici Lucie Tanguy : mobilisant un vaste corpus d’archives, elle replace l’histoire, en France, de cette jeune discipline dans son contexte social et intellectuel, évoque ses déterminants et les luttes de courants qui l’ont traversée. Elle retrace les actions des chercheurs pour définir un modèle scientifique, le faire reconnaître, s’organiser en communauté, débattre des perspectives érigées en théorie et faire admettre des normes de scientificité à destination des générations suivantes. Enfin, elle analyse les politiques et programmes de recherches impulsés par la gauche dans les années 1980, les inflexions de style et d’orientations de recherches, ainsi que la conception même du métier de sociologue, qui en sont découlées : les sociologues peuvent-ils conjuguer autonomie de la pensée et engagement dans la société de leur temps ? Comment concilier pluralité d’approches, déplacements d’objets et cumulativité des connaissances ? Le métier de sociologue, et plus largement celui de chercheur scientifique, peut-il encore se définir au singulier ?

Compte-rendu :
Compte-rendu de José Rose, Formation emploi [en ligne], n°116, octobre-décembre 2011, p.69-74
mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 14 novembre 2012.

 

Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Roueff
Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce. Paris : Ministère de la culture et de la Communication – DEPS, coll. Questions de culture, 2011 – 264 p.

Présentation de l’éditeur :
À la figure historique de l’imprésario lyrique du XVIIIe siècle a succédé aujourd’hui le manager de musiques actuelles, mais aussi, dans d’autres secteurs artistiques, l’agent de « talent » cinématographique, l’agent littéraire, l’acheteur d’art ou encore le directeur de casting. Tous partagent une fonction d’intermédiaire : plaque sensible des mondes de l’art, ces professionnels méconnus interviennent dans l’appariement de l’offre et de la demande de travail artistique comme dans la conversion des valeurs artistiques et économiques.
Dénoncés tantôt comme parasites inutiles, tantôt comme comploteurs tout-puissants, les intermédiaires sont pourtant de plus en plus sollicités par les artistes et leurs employeurs. De fait, si les normes et pratiques professionnelles varient selon les générations et selon les disciplines, ils sont voués à l’intégration des logiques économiques dans le monde de l’art et contribuent à structurer les marchés du travail sur lesquels ils interviennent.
L’ouvrage propose une analyse de l’activité des intermédiaires dans les domaines de l’édition littéraire, du cinéma, de la photographie publicitaire, de la musique classique et des musiques actuelles. Des portraits comparés illustrent une typologie inédite des différentes postures d’intermédiation, articulées autour de la tension entre art et commerce.

Wenceslas Lizé est maître de conférences à l’université de Poitiers (Groupe de recherches et d’études sociologiques du Centre Ouest). Delphine Naudier et Olivier Roueff sont tous deux chargés de recherche au CNRS. Delphine Naudier appartient au laboratoire Cultures et sociétés urbaines du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris et Olivier Roueff au laboratoire Professions Institutions Temporalités.

[Plus d’infos]
Compte-rendu de Camille Dorignon, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 01 juillet 2012. URL : http://lectures.revues.org/6489

Être libraire

Frédérique Leblanc Être libraire, Lyon : Lieux dits Éditions, coll. Être, 2011 -128 p.

Présentation de l’éditeur :
« Tant qu’il y aura cet engagement culturel chez moi, j’aurais ce désir d’avoir une librairie : cette nécessité de la transmission, de donner à l’autre, de lui dire ¨ j’ai lu, j’ai aimé : allez y, allez y parce que vraiment c’est du plaisir. »
Se dire « libraire » suscite généralement des réactions positives : « quel beau métier de travailler au milieu des livres ! », « c’est un métier intellectuel »…
Mais l’amour des livres ne fait pas tout ! Si cette immersion dans la création littéraire et le monde des idées représente le côté attractif du métier, la manutention et la gestion des stocks ou de l’entreprise pèsent lourdement dans l’emploi du temps. Quant à faire fortune en librairie… Le salaire, souvent modique, coïncide rarement avec le niveau d’études, généralement élevé. Dans cet ouvrage, nous découvrirons les coulisses et les problématiques de la librairie, nous verrons comment il est possible de devenir libraire, et quelles sont les différentes situations de travail selon les types de magasins. Des libraires, salariés ou chefs d’entreprise, témoigneront des aspects les plus passionnants, mais aussi les plus difficiles, de leur métier au quotidien.

 

Les nuits de la main courante. Écritures au travail

Les nuits de la main courante : Ecritures au travail
Jean-François Laé
Les nuits de la main courante. Écritures au travail

Paris: Stock, coll. Un ordre d’idées, 2008 – 288 p.

Présentation de l’éditeur :
La main courante évoque les commissariats de police, mais cette pratique existe dans d’autres lieux. Attentif aux écritures ordinaires, Jean-François Laé a étudié de nombreux cahiers tenus dans divers espaces de travail – une cité HLM, un service d’alcoologie, un lieu de vie pour handicapés, un centre d’hébergement pour hommes à la rue, un service de milieu ouvert, une maternité. Ces traces éphémères, discontinues, fragmentaires n’étaient pas destinées à être lues au dehors. Bavardes à leur manière, elles livrent des observations, des consignes, des gestes, elles disent le travail confronté à l’urgence et à l’incertitude, elles trahissent les tensions, les exaspérations parfois. Elles révèlent aussi les désordres, les échappées, les refus qui ponctuent le quotidien des personnes prises en charge.

En arrachant à l’oubli ces écrits sans importance, Jean-François Laé fait ainsi surgir une réalité surprenante d’affrontements et de sollicitude mêlés. Sa lecture attentive et sensible lui permet d’analyser au plus près ce qui se passe dans ces relations de services aux personnes.

Comptes-rendus

  • Compte-rendu de Frédérique Giraud, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 09 octobre 2008, consulté le 20 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/669

Compléments

  • Jean-François Laé et Marianne Kempeneers « Écritures et documents personnels, une source sociologique ?» Présentation du dossier : L’archive personnelle, la grande oubliée, Sociologie et société, vol.40 n°2, 2008 – p.9-14 – en ligne sur Erudit
    Et dans le même dossier : Isabelle Astier « Écriture de soi, une injonction réflexive. L’exemple de la Validation des acquis de l’expérience », p.51-68 – résumé
  • Voir aussi dans ce carnet :
    Christel Coton et Laurence Proteau (dir.) Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement. Rennes: PUR, Coll. Le sens social – 262 p., juin 2012. Les Échos du travail, 29 juin 2012

 

Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Le prestige des professions et ses failles Alexandre Mathieu-Fritz et Régine Bercot
Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz
Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Paris: Hermann, coll. Société et pensées, 2008 – 313 p.

Présentation de l’éditeur:
Il est des activités professionnelles qui sont auréolées d’un véritable prestige et d’autres qui sont dévalorisées de multiples façons. Afin de rendre compte des processus de construction et de valorisation symboliques des groupes professionnels, les auteurs portent leur attention sur des groupes appartenant aux classes moyennes supérieures. Ces derniers présentent la particularité de subir différentes formes de dévalorisation, alors que, intuitivement, on pourrait considérer qu’ils devraient bénéficier d’une image d’ensemble plutôt positive, en corrélation avec leur position socioéconomique relativement élevée. Être en haut ou en bas de l’échelle sociale ne suffit pas, ainsi, à expliquer la nature des représentations sociales.
En s’appuyant principalement sur des données empiriques issues de plusieurs de leurs recherches (sur les huissiers de justice et les chirurgiens) et en reprenant les résultats d’enquêtes déjà réalisées (sur les sociologues) qu’ils complètent, Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz cherchent notamment à identifier les diverses causes des représentations négatives associées aux groupes professionnels, et à observer comment celles-ci émergent lors des interactions sociales et servent de support à leurs différents protagonistes, comment les professionnels tentent, via leurs organismes de représentation, de les modifier et, enfin, comment des individus en viennent à exercer les activités auxquelles elles sont associées.

Comptes-rendus

  • Compte-rendu d’Igor Martinache, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 11 août 2008, consulté le 20 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/629

 

 

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement


Yvonne Guichard-Claudic, Danièle Kergoat, Alain Vilbrod (dir.)

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement
Presses universitaires de Rennes, coll.  Des Sociétés, 2008 – 401 p.

4e de couverture :
Femmes pompiers ou médecins, cadres d’entreprise, magistrates, conductrices de bus ou de camions, peintres en bâtiment ou carreleuses… mais aussi hommes sages-femmes ou caissiers de supermarché, infirmiers, assistants sociaux ou instituteurs en école maternelle : autant d’exemples de l’avancée en mixité dans des bastions longtemps monosexués. La mixité n’est donc pas seulement une question de co-présence de femmes et d’hommes dans différents espaces sociaux. Elle se traduit aussi par la fin de l’exclusivisme de genre attaché à certains métiers.
Il est certes important d’en prendre la mesure précise, statistiques à l’appui, mais une évaluation chiffrée ne saurait suffire pour comprendre ce qui se joue dans ces situations atypiques. Le même métier est rarement exercé dans les mêmes conditions, de travail, de rémunération, de promotion selon qu’il l’est par un homme ou par une femme. Des travaux qualitatifs fins et diversifiés, tels ceux qui sont présentés dans cet ouvrage, permettent d’observer par le menu ce qui se transforme, ce qui résiste, ce qui se recompose, dans le but de saisir le sens des logiques sociales complexes qui sont à l’œuvre.
Parler d’inversion du genre à propos de ces situations et positions non traditionnelles, c’est donc moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l’inversion des positions sexuées est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre.

Contributions de :
Marc Bessin, Line Chamberland, Philippe Charrier, Caroline Chimot, Thomas Couppié, Nicolas Divert, Florence Douguet, Dominique Epiphane, Erika Flahault, Stéphanie Gallioz, Béatrice De Gasquet, Yvonne Guichard-Claudic, Yveline Jaboin, Danièle Kergoat, Emmanuelle Lada, Nathalie Lapeyre, Jacqueline Laufer, Nicky Le Feuvre, Sonia Lefeuvre, Clotilde Lemarchant, Fabienne Malbois, Guillaume Malochet, Catherine Marry, Nicolas Murcier, Johanne Paquin, Simone Pennec, Roland Pfefferkorn, Claudine Philippe, Annie Rieu, Anne-Catherine Rodrigues, Djaouida Séhili, Armelle Testenoire, Hélène Trellu, Alain Vilbrod

Plus d’infos :
Sommaire, table des matières et introduction sur le site de l’éditeur
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1794

Comptes-rendus :

 

Histoire de la librairie française


Frédérique Leblanc, Patricia Sorel (dir.), avec la collaboration de Jean-François Loisy
Histoire de la librairie française

Paris: Électre – Éditions du Cercle de la librairie, 2008 – 719 p.

Présentation de l’éditeur :
Une histoire de la librairie en France de 1810 à nos jours. Au XIXe siècle, la librairie se sépare de l’édition et se libère de la surveillance de l’Etat. Au XXe siècle, la profession s’organise, avant de se trouver confrontée à de nouveaux enjeux et de nouveaux concurrents.

[Plus d’infos]
Nombreux compléments sur le site Mémoire de la librairie contemporaine Mélico.org

Comptes-rendus

 

Les métiers verts et verdissants : dossier documentaire

Le centre de documentation du Céreq vient de mettre en ligne un nouveau dossier documentaire sur les métiers verts et verdissants.

Métiers verts, métiers de l’environnement, éco-activités, métiers de la nature… la terminologie utilisée pour qualifier les métiers liés à l’environnement est variée et traduit la prise en compte grandissante des considérations écologiques dans tous les secteurs de l’économie. Cette sensibilisation accrue à la protection de la nature, la prévention et la gestion des risques naturels et industriels, permet un essor certain aux métiers de l’environnement. Ceux-ci attirent de plus en plus de jeunes mais contrairement aux idées reçues, peu d’entre eux sont exclusivement dédiés à la préservation de la nature.

Les professions de l’économie verte distinguent les métiers liés à l’environnement (métiers verts) et les métiers pouvant nécessiter de nouvelles compétences pour répondre aux enjeux de l’économie verte (métiers verdissants).

Lire la suite dans la rubrique Ressources documentaires du site du Céreq

Echos du travail

Carnet de veille collaboratif sur le travail, l’emploi et la formation dont l’objet sera de diffuser des informations bibliographiques, appels à contributions, appels à projet, séminaires, sélections de sources d’information, notes de lecture, etc. Ces informations émaneront des institutions partenaires ou de leurs documentalistes : Anact, Centre Inffo, Céreq, Cdft, Cee, Cresppa, Ires, Lest.

(Ce carnet remplacera sans doute à terme le Carnet des Docks récemment ouvert par le Céreq).