Archives de catégorie : Métiers

Les professionnels et leurs formations

WittorskiWITTORSKI, Richard, MAULINI Olivier, SOREL Maryvonne (éds.). Les professionnels et leurs formations. Entre développement des sujets et projets des institutions. Frankfurt am Main : Peter Lang, 2015, 237 p.

Avec les contributions de plusieurs membres du CRF : Pascal Roquet, La professionnalisation : vers de nouvelles perspectives de recherche ? et Maryvonne Sorel, La professionnalisation, un processus en tension.

Le titre de ce livre traduit l’intention des auteurs d’étudier la professionnalisation du point de vue double du développement des personnes et de l’organisation sociale de leurs activités. Il s’agit donc de s’intéresser à la fois à la manière dont un individu singulier devient professionnel au fil des apprentissages qu’il développe dans son itinéraire de vie et professionnel et à la manière dont l’activité qu’il déploie fait l’objet d’une formalisation, d’une reconnaissance voire d’une codification sociales. La question est donc moins celle des professions que celles des dynamiques sociales associées aux phénomènes de professionnalisation des individus et des activités ; celles-ci diffèrent sensiblement selon qu’elles sont portées par les organisations à l’adresse des individus ou qu’elles sont portées par les individus eux-mêmes. L’hypothèse est qu’il existerait de fait une tension entre l’offre ou l’exigence de professionnalisation dans et par les dispositifs proposés par les institutions d’une part et les individus dans leur logique ou leur projet de développement professionnel d’autre part.

Richard WITTORSKI est Professeur des Universités au CNAM, Centre de recherche sur la formation

Olivier MAULINI est Professeur associé à l’Université de Genève

Maryvonne SOREL est Maître de conférences honoraire à l’Université Paris Descartes et membre associé du Centre de recherche sur la formation du CNAM.

http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=83387&concordeid=431569 

La fabrique des cadres au sein des organisations du travail social.

Cette étude analyse le recours au tutorat et à l’accompagnement des salariés, dans le milieu social et médico-social, pour une population de cadres intermédiaires, afin de favoriser leur accueil, leur intégration et leur prise de fonction. L’objectif est de mieux comprendre quelle dynamique d’accompagnement est produite par la structure d’accueil, en mettant en regard la stratégie de l’établissement et le vécu des salariés. Nous nous intéressons ici aux « chefs de service » récemment intégrés, qu’ils proviennent du domaine de l’action et de l’intervention sociale ou qu’ils soient moins acculturés aux professions du secteur concerné.

Lire la Nef sur le site du Céreq

Mahlaoui, Samira La fabrique des cadres au sein des organisations du travail social : Modalités d’intégration et de professionnalisation – Marseille : Céreq, 2015. – 59 p. – (NEF – Notes emploi formation; 51) .

Au-delà de la réglementation, le travail d’évaluation des enseignants de bac professionnel

Au-delà de la réglementation, le travail d'évaluation des enseignants de bac professionnelLes évaluations sont censées vérifier que le résultat du travail des élèves est conforme à celui énoncé dans les référentiels. L’observation du déroulé des épreuves professionnelles, complétée par des entretiens auprès des enseignants et formateurs, montre une autre réalité.L’évaluation prolonge la formation dispensée et prend ainsi un tout autre sens. Plus que la performance, c’est la pertinence du chemin emprunté par le candidat pour parvenir au résultat qui est appréciée.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Josiane Paddeu, Patrick Veneau, Au-delà de la réglementation, le travail d’évaluation des enseignants de bac professionnel in Bref n° 326 (novembre 2014). – 4 p.

La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives

Roueff-culture&intermediairesLaurent Jeanpierre et Olivier Roueff (dir.), La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives Paris : Éditions des Archives contemporaines – 305 p.

Amazon, iTunes, Netflix, YouTube, etc. : la liste serait longue des nouvelles formes controversées d’accès à la culture. À côté de ces grands noms d’entreprises transnationales, c’est en réalité l’ensemble des activités d’intermédiaires dans les arts et les industries créatives qui s’expose aujourd’hui et semble croître, en nombre, en taille et en puissance. Qui sont les protagonistes de ces activités en pleine expansion ?
Que font-ils ? Quelles sont leurs relations, directes ou indirectes, avec la création ?

À travers une vingtaine d’enquêtes conduites en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis sur des individus et des entreprises qui font exister l’offre et la demande de travail artistique ou de biens culturels, les auteurs de ce livre répondent pour la première fois à ces questions de manière plurisectorielle : dans les arts visuels, la musique, le cinéma, la mode, la bande-dessinée et les industries numériques. La plupart des « fonctions » d’intermédiation sont ainsi abordées, depuis le soutien à la production jusqu’aux palmarès en passant par la sélection des talents, le développement de carrières, le montage des équipes et des budgets et, bien entendu, la distribution et la promotion des œuvres.
La perspective adoptée met en avant les luttes incessantes pour la conquête des créations ayant lieu aux frontières de « territoires » d’activité professionnalisés ou plus informels. L’ouvrage constitue un plaidoyer pour une sociologie des systèmes d’intermédiation : méthode d’analyse pertinente des reconfigurations économiques actuelles, irréductibles au discours enchanté des investisseurs comme au schème critique globalisant de la marchandisation de la culture ; instrument privilégié d’une écologie sociale indispensable à une compréhension réaliste du travail artistique. Au terme du parcours, les débats sur la reconnaissance déclinante des créateurs et la répartition inégale des risques et des bénéfices au sein du capitalisme dit « culturel » devraient apparaître sous un jour inédit.

Contributions d’Olivier Alexandre, Pierre-Jean Benghozi, Célia Bense Ferreira Alves, Christian Bessy, Laura Braden, Vincent Bullich, Pierre-Marie Chauvin, Diana Crane, Timothy J. Dowd, Thomas Guignard, Karim Hammou, Wenceslas Lizé, Audrey Mariette, Jean-Matthieu Méon, Bernard Miège, Delphine Naudier, Keith Negus, Thomas Paris, Violaine Roussel, Mathieu Trachman, Laure de Verdalle, Julie Verlaine et Pierre-Édouard Weill.

Extraits consultables en ligne

Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques

Naudier-strategesWenceslas Lizé, Delphine Naudier et Séverine Sofio (dir.), Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques Paris : Éditions des Archives contemporaines – 233 p.

L’activité professionnelle artistique est collective et repose, in fine, sur la commercialisation d’œuvres, de spectacles, de disques ou de films dont la vocation est d’atteindre un public. Dans cette entreprise, la notoriété est à la fois une fin en soi et un outil qu’un certain nombre de professionnels s’emploient à fabriquer. En d’autres termes, l’espace public n’est accessible aux artistes qu’à travers le recours à des intermédiaires culturels qui s’efforcent, au moyen de stratégies concrètes encore peu étudiées par les sciences sociales, de sortir de l’anonymat et de promouvoir des artistes ou des œuvres.
Fondé sur un ensemble d’enquêtes et de recherches collectives, ce livre a pour but de lever le voile sur ces acteurs fondamentaux des mondes de l’art, sur leurs pratiques et sur les conséquences de celles-ci en termes à la fois économiques et symboliques. La fabrication de la notoriété des œuvres et des artistes est ici conçue comme la principale tâche des intermédiaires culturels. Au-delà de leur présentation emphatique comme « faiseurs de stars » ou « briseurs de carrières », dans quelle mesure et de quelles manières les intermédiaires contribuent-ils à la fabrication du succès des artistes et à leur accès à la consécration ?

Répondant à cette question décisive au travers de plusieurs études de cas, ce livre éclaire les processus à l’œuvre dans la construction sociale de (l’accès à) la notoriété dans différents secteurs de la production culturelle : édition, musique, arts du spectacle, cinéma, arts plastiques et diffusion en ligne. Il s’adresse ainsi aussi bien aux professionnels de la culture ou des arts, qu’aux étudiant-e-s, enseignant-e-s et chercheur-e-s.

Contributions de :
Vincent Dubois, Luca Pareschi, Kaoutar Harchi, Dominique Sagot-Duvauroux, Gérôme Guibert, Laure de Verdalle, Pierre-Edouard Weill, Jean-Samuel Beuscart, Maxime Crepel, Olivier Roueff.

Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation

Lomba-Travailleurs-medicPierre Fournier, Cédric Lomba et Séverin Muller (Coord.) Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation, éditions Erès, coll. « Clinique du travail », 2014.

L’industrie pharmaceutique n’est connue du public que par les scandales sanitaires qui émaillent régulièrement son actualité et donnent lieu à des batailles d’experts. Mais finalement, que sait-on du fonctionnement concret du monde pharmaceutique ? Est-il au service de l’innovation, de la connaissance, de la maîtrise complète des risques sanitaires, mobilisant haute technologie et personnels hyper-qualifiés ?
L’enquête collective menée par dix chercheurs en sciences sociales au sein même d’entreprises pharmaceutiques permet de mieux comprendre ce qui se passe dans les usines de fabrication de médicaments, dans les hôpitaux, dans les entrepôts des grossistes, dans les pharmacies d’officine et avec les visiteurs médicaux.
De la production à la distribution, elle donne à voir des organisations du travail en lien direct avec le système de rente qui caractérise cette industrie. Sans sous-estimer les contraintes propres aux activités pharmaceutiques, les auteurs montrent le quotidien des travailleurs du médicament, des petites mains aux personnels les plus qualifiés, pour mieux saisir les tensions entre leurs pratiques, parfois à la limite de la légalité, et le cadre réglementaire dont le secteur sait tirer profit. (Quatrième de couverture)

Contributions d’A.-M. Arborio, I. Feroni, P. Fournier, J. Greffion, A. Labrousse, C. Lomba, S. Muller, Q. Ravelli, D. Subramanian et L. de Verdalle.

Voir le carnet de terrain, Les travailleurs du médicament. Carnet d’observation de l’industrie pharmaceutique sous le regard des sciences sociales qui complète la lecture de l’ouvrage.

Le travail de service

Bercot-anactRégine Bercot et Nadia Rahou (coord.), Le travail de service Lyon : Anact, coll. « Études et documents », 2014 – 148 p.

Résumé : « « L’objectif du groupe de travail composé d’intervenants de l’Anact et de chercheurs était de construire une réflexion théorique autour de la production du service ; nous avons choisi délibérément de mixer des interrogations autour de deux configurations très différentes : les services rendus à la personne et les services à destination du grand public (comprenant les services commerciaux et les services publics) Le service doit être considéré en lien avec le fait qu’il se situe au cœur de rapports sociaux qui le  rendent plus difficile à construire, voire impossible lorsque sa construction se heurte à des contradictions difficilement réductibles ou à des rapports de force défavorables Il renvoie à des mutations économiques et du travail majeures ; le passage d’une économie industrielle à une économie de service place le bénéficiaire — client ou encore usager — au cœur de l’organisation et du travail. »

Les professionnels de la vente à l’épreuve de la relation client

Les professionnels de la vente à l'épreuve de la relation clientLes stratégies d’entreprise centrées sur le client influencent directement les métiers de vendeurs, commerciaux et téléconseillers. La montée des exigences du client et les pratiques de gestion liées à ces stratégies modifient le contenu de leur activité. Ces effets sont variables selon les métiers, les contextes organisationnels et les choix managériaux.

Dans tous les cas, les professionnels de la vente doivent relever le défi d’une relation clientèle à la fois plus normée et plus singulière.

Lire le document sur le site du Céreq

Jean-Paul Cadet, Samira Mahlaoui, Dominique Maillard, Les professionnels de la vente à l’épreuve de la relation client in Bref n° 321 (mai 2014). – 4 p.

Soutenance de thèse

Angèle GROVEL, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense et Cresppa-GTM
« Les Officiers de la Marine Marchande : un groupe professionnel dans la tempête ? Accès au métier, socialisations et carrières des élèves des écoles supérieures maritimes au début du XXIème siècle. »

A 9h, le lundi 9 décembre 2013, – Université Paris 10 Nanterre – 200 Avenue de la République,  92000 Nanterre – Bâtiment B, salle des thèses.

Thèse menée sous la direction de Frédéric Charles, Université Paris 10 Nanterre.

Composition du Jury :
Frédéric Charles,  Marlaine Cacouault-Bitaud (rapporteure), Philippe Combessie, Charles Gadéa (rapporteur), André Grelon, Denis LeMaître.

Résumé :
Cette thèse vise à étudier les logiques d’accès, de socialisation et de carrière des futurs Officiers de la Marine Marchande dans un contexte de déréglementations du marché du travail et de reconfiguration de la formation. Dans une première partie, il s’agit de mettre au jour les conditions d’émergence et d’institutionnalisation de la formation des Officiers et son rôle dans la dynamique du groupe professionnel, depuis les tentatives d’enseignement des savoirs nautiques au cours de l’Ancien Régime jusqu’à la reconnaissance des titres maritimes en titres d’ingénieur au début du XXIème Siècle. Cette sociohistoire des écoles d’Officiers met en lumière le caractère structurel de la « crise » du groupe et permet d’étudier les rhétoriques développées et les ressources mobilisées par ce dernier pour assurer sa « survie ». A partir de l’exploitation de deux enquêtes par questionnaires et de l’analyse d’entretiens avec des futurs et anciens navigants, il revient ensuite d’interroger dans quelles mesures les transformations de la formation, les mutations du marché de l’emploi et les évolutions du travail pèsent sur les cadres traditionnels de socialisation et de carrière. Après avoir réalisé une sociogenèse des dispositions sociales d’accès au métier, cette thèse décrit et analyse les mécanismes de socialisation au sein des établissements et à bord des navires marchands. Enfin, ce travail s’achève sur l’étude des trajectoires professionnelles des futurs et des anciens Officiers. Il est alors question de dégager les étapes de la carrière avant de se focaliser sur les facteurs qui expliquent les sorties du métier.

 Mots clés : Officiers de la Marine Marchande, écoles, formation, ingénieurs, crise, vocation, dispositions, socialisations, carrières, reconversion.

Colloque international « Travailler au Brésil et en France. Sens des changements et changements de sens »

Les mercredi 9 et jeudi 10 octobre 2013, de 9h à 18h, Paris, site pouchet du CNRS, plan d’accès

Organisé par :
Aparecida Neri de Souza, (Université de Campinas, faculté d’éducation, Unicamp – Brésil), Sabine Fortino (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Cresppa-GTM) et Danièle Linhart (Cresppa-GTM)
Avec le soutien du programme CAPES-COFECUB.

Le colloque se tient en salle des conférences, les communications seront en français.

 

Mercredi 9 Octobre

9h Accueil
9h15 Ouverture du colloque par les organisatrices

Première session :
Dynamiques du marché du travail au Brésil et en France
Introduction et présidence : Lucie Tanguy (Cresppa-GTM)

10h-10h30  Marcia de Paula Leite (Unicamp), Le travail au Brésil : Tendances actuelles

10h30-11hMargaret Maruani (Cerlis) et Monique Méron (INSEE-LSQ), Le marché du travail français au féminin au 20ème siècle

11h/11h15 Pause

11h15 – 11h45 › Angela Maria Carneiro Araujo (Unicamp) et Maria Rosa Lombardi (Fundacao Carlos Chagas/Unicamp), Travail informel, genre et race au Brésil dans les années 2000

11h45 – 12h15Nicolas Jounin (Cresppa-CSU), Au croisement des rapports sociaux : travail et action collective dans le bâtiment

12h15 – 13 hDiscussion

13h/14h Pause déjeuner

Deuxième session :
Transformations du travail dans le secteur public
Présidente : Liliana Rolfsen Petrilli Segnini (Unicamp)

14h-14h30 › Carmen Lucia Rodrigues Arruda (Unicamp), Enjeux et conflits de la formation d’un corps d’enseignants des arts dans l’Université Brésilienne

14h30-15hAparecida Néri de Souza (Unicamp), L’endroit et l’envers des réformes du travail dans le secteur public au Brésil, les années 2003-2010

15h-15H30Vincent de Gaulejac (LCS, Université Paris 7), La recherche malade du management

15h30/15h45 Pause

15h45-16h15 › Salvatore Maugeri (Université d’Orléans) et Jean-Luc Metzger (France Telecom), Financiarisation, dispositifs de gestion et travail : du désordre global à l’ordre local

16h15-17 h30Sabine Fortino (Université Paris Ouest, Cresppa-GTM), Les effets de la new public management sur la participation des salariés

17h30-18h ›  Discussion

 Jeudi 10 octobre

Troisième session :
Rapports de force et sens du travail

Présidente : Danièle Linhart (Cresppa-GTM)

9h30-10hLiliana Rolfsen Petrilli Segnini (Unicamp), Redéfinitions de l’art et de l’artiste au temps du néolibéralisme au Brésil

10h-10h30 › Polymnia Zagefka (La Sorbonne nouvelle, Institut des hautes études d’Amérique Latine), Métiers d’artistes ou métiers culturel ? Nouvelles configurations à l’ère informatique

11h/11h15 Pause

10h45-11h15 Selma Venco (Unicamp), Le Travail enseignant, à l’épreuve des nouvelles politiques publiques dans l’état de Sao Paulo

11h15-11h45Julien Choquet (Centre Pierre Naville, Université d’Evry), La déshumanisation du travail, le cas des employés de commerce

11h45-13hDiscussion

13h/14h Pause déjeuner

Quatrième session :
Le « nouvel esprit du capitalisme » au nord et au sud
Présidente : Marcia de Paula Leite (Unicamp)

14h-14h30 › Gaetan Flocco (Centre Pierre Naville, Université d’Evry), Le consentement des cadres au travail

14h30-15hDanièle Linhart (Cresppa-GTM), Les idéologies patronales et managériales du travail, de Taylor à Carlos Ghosn

15h00/15h15 Pause

15h15-15h45Sacha Leduc (Université d’Auvergne), Politiques publiques, soupçons et contrôles

15h45-16h30Aparecida Néri de Souza, Liliana Rolfsen Petrilli Segnini et Selma Venco (Unicamp), Transformations du travail et critiques sociales au Brésil

16h30 › Conclusion

 16h45-17hProjection d’une vidéo : Helena Hirata, cheville ouvrière des échanges franco-brésiliens, par Angelo Soares

 … Suivi d’un pot d’amitié internationale


Appel à contributions “Les transformations du travail syndical”

Appel à contributions

Special issue

Nouvelle Revue de Psychosociologie

 

Nouvelle revue de psychosociologie 2013/1

L’histoire du syndicalisme est profondément associée aux évolutions des formes d’organisation du travail productif. Dans la période contemporaine marquée par la mondialisation des marchés, la flexibilité croissante de l’emploi, l’intensification du travail, l’individualisation et la judiciarisation de la conflictualité sociale, le syndicalisme est interrogé voire contesté. Pour traiter de ces transformations et de leurs impacts sur les répertoires et les territoires de l’action syndicale, nous proposons ici de partir d’une analyse du travail syndical et de la construction de l’engagement syndical.

PLUS D’INFORMATION

http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?article2255

 

CALENDRIER

30 octobre 2013

Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise

http://pmbz.cereq.fr/pmb/getimage.php?url_image=http%3A%2F%2Fimages-eu.amazon.com%2Fimages%2FP%2F%21%21isbn%21%21.08.MZZZZZZZ.jpg&noticecode=9782200280642&vigurl=Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d’atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l’hôpital, techniciens dans l’industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs… Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d’administration-gestion. Leur caractéristique ? N’être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l’emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l’interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L’objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l’ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s’y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l’emploi et des carrières.

Cadet, Jean-Paul, dir. ; Guitton, Christophe, dir., Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise .  – Paris : Armand Colin ; Marseille : Céreq, 2013 – 393 p. – (Recherches) .

Le Cinéma. Travail et organisation

Laure De Verdalle et Gwenaële Rot (dir.)
Le Cinéma. Travail et organisation

Paris : La Dispute – 240 p., avril 2013 – ISBN : 9782843032370

L’industrie française du cinéma connaît d’importants bouleversements : redéfinition des règles de financement des films, passage aux techniques numériques pour le tournage, la postproduction et la diffusion en salle… Pour mieux saisir ces transformations et leurs enjeux, cet ouvrage analyse l’évolution des métiers et des circuits de l’industrie cinématographique.
Comment se concrétisent les projets de film ? Les contraintes économiques de la production peuvent-elles s’adapter aux choix esthétiques des réalisateurs ? De quelle manière s’organise la division du travail qui mobilise tant de métiers différents ?
Les auteurs ont mené une vaste enquête sur les conditions de la fabrication des films aujourd’hui en France. Du documentaire au long métrage de fiction, de la conception d’un film à sa fabrication proprement dite, ils donnent une vision précise de l’organisation du cinéma français. Ils proposent des éclairages inédits sur la contribution centrale de professionnels souvent laissés dans l’ombre (producteurs, distributeurs, agents, techniciens, etc.), ainsi que des pistes de réflexion sur les transformations des métiers de la culture et plus généralement du salariat.
Ce livre intéressera tous ceux qui, sociologues du travail ou de la culture, étudiants ou amateurs de cinéma, professionnels du secteur ou responsables des politiques culturelles, cherchent à mieux saisir la réalité complexe de l’industrie contemporaine du cinéma.

Contributions de :
Vincent Cardon, Adeline Lamberbourg, Wenceslas Lizé, Audrey Mariette, Delphine Naudier, Olivier Pilmis, Gwenaële Rot, Olivier Roueff, Émilie Sauguet, Laure de Verdalle, Antoine Vernet

Table des matières sur le site de l’éditeur

Comment penser le travail au croisement des catégories ? (1ère année)

Atelier de recherche ouvert organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat (Cresppa-GTM), Audrey Molis et Michelle Paiva (Cresppa-GTM)

Présentation de l’atelier :
Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le
pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-
doctorantes, chercheuse). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner la réflexion sur le croisement des catégories et l’imbrication des rapports de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la
conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de
réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon
dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique.

Les séances se tiennent site CNRS Pouchet, au 59/61 rue Pouchet 75017Paris

         1ère séance,  vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) –  Introduction
Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne) – « La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)

         2e séance, vendredi 29 mars de 14h à 16 (Salle 159) Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) – « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants “intersectionnels” ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)

          3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle.
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) – « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)

          4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) – Les femmes dans les coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie de l’éducation à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil) –  « Rapports sociaux de genre et de classe dans les expériences de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, LARHRA et LHEST)

          5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à 221) – Séance conclusion
« Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective. »

 

Un personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital

Anne-Marie Arborio

Présentation de l’éditeur

Comment les salarié-e-s, dans leur très grande diversité, s’efforcent-ils de se réapproprier leurs temporalités et leur destin ? Quelle que soit l’échelle à laquelle  on se situe – l’individu, l’entreprise ou la société entière –, les temporalités font l’objet de conflits, de compromis et de régulations complexes qui ne se laissent pas défaire brutalement. D’où le décalage entre le démantèlement juridique des « 35 heures » depuis une décennie et sa faible mobilisation pratique. Reste que les « 35 heures » s’étaient soldées par un bilan très mitigé.

Anne-Marie ArborioUn personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital,  2e édition augmentée, Paris, Economica, coll. «Sociologiques», 2012, 334 p., ISBN : 978-2-7178-6533-2.

Plus d’informations:
http://www.economica.fr/un-personnel-invisible-les-aides-soignantes-a-l-hopital,fr,4,9782717865332.cfm