Archives de catégorie : Métiers

Comment penser le travail au croisement des catégories ? (1ère année)

Atelier de recherche ouvert organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat (Cresppa-GTM), Audrey Molis et Michelle Paiva (Cresppa-GTM)

Présentation de l’atelier :
Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le
pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-
doctorantes, chercheuse). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner la réflexion sur le croisement des catégories et l’imbrication des rapports de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la
conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de
réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon
dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique.

Les séances se tiennent site CNRS Pouchet, au 59/61 rue Pouchet 75017Paris

         1ère séance,  vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) –  Introduction
Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne) – « La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)

         2e séance, vendredi 29 mars de 14h à 16 (Salle 159) Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) – « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)

          3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle.
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) – « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)

          4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) – Les femmes dans les coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie de l’éducation à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil) –  « Rapports sociaux de genre et de classe dans les expériences de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, LARHRA et LHEST)

          5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à 221) – Séance conclusion
« Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective. »

 

Un personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital

Anne-Marie Arborio

Présentation de l’éditeur

Comment les salarié-e-s, dans leur très grande diversité, s’efforcent-ils de se réapproprier leurs temporalités et leur destin ? Quelle que soit l’échelle à laquelle  on se situe – l’individu, l’entreprise ou la société entière –, les temporalités font l’objet de conflits, de compromis et de régulations complexes qui ne se laissent pas défaire brutalement. D’où le décalage entre le démantèlement juridique des « 35 heures » depuis une décennie et sa faible mobilisation pratique. Reste que les « 35 heures » s’étaient soldées par un bilan très mitigé.

Anne-Marie ArborioUn personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital,  2e édition augmentée, Paris, Economica, coll. «Sociologiques», 2012, 334 p., ISBN : 978-2-7178-6533-2.

Plus d’informations:
http://www.economica.fr/un-personnel-invisible-les-aides-soignantes-a-l-hopital,fr,4,9782717865332.cfm


 

Colloque « Bourdieu et le travail », les 13 et 14 décembre 2012

Un colloque international « Bourdieu et le travail » se tiendra à Paris, les 13 et 14 décembre prochains, site CNRS Pouchet.

Programme :

          Jeudi 13 décembre 2012     

9h-9h30 Accueil des participants
9h30 >9h45 Présentation du colloque par Maxime Quijoux (IDHE-ENS Cachan)

Séances plénières
9h45 >10h30 « Colonisation et travail » par Tassadit Yacine (LAS-EHESS)
10h30 >11h15 « Can the Subaltern Speak : Bourdieu Vs. Bourdieu » par Michael Burawoy (Université de Berkeley)
11h15 >12h00 Discussion avec la salle

 12h-13h – Déjeuner

 

13h30 > 18h : 3 Ateliers thématiques

       Atelier thématique. L’entreprise : dominations et conflits

1re partie : 13h30 >15h30
Politiques managériales
Discussion : Paul Bouffartigue (LEST-CNRS)
Animation : Sébastien Chauvin(Université d’Amsterdam)
> Frédéric Péroumal (Cerlis, Paris V) : « “La double vérité” des dispositifs d’évaluation, les rapports de classes dans les groupes internationaux»
> Lionel Jacquot (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales,Université de Lorraine) : « Ce que manager veut dire. Une lecture bourdieusienne. Le travail de l’intermédiation hiérarchique dans le champ de la domination managériale »
> Pascal Martin (CSE-CESSP) : « L’ethos de l’État social managérial »
> Nadège Vézinat (CEE-CMH-EHESS) : « Fermer progressivement le champ des possibles. Bourdieu et la professionnalisation des conseillers financiers de la Poste »

2e partie : 16h00 >18h00
Précarités, souffrance et dominations au travail
Discussion : Stephen Bouquin (Université d’Evry Vald’Essonne, Centre Pierre Naville)
Animation : Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU-Paris 8)
> Rémy Caveng (CURAPP-UPJV, CESSP et LSQ) : « Marché du travail et dispositions à la précarité. Une analyse par les transactions et les trajectoires »
> Lucie Goussard (CRESPPA-GTM, Centre Pierre Naville) : « La vulnérabilité au travail des cadres transfuges sociaux »
> Vanessa Pinto (Université de Reims Champagne -Ardenne) : « La dénégation de la relation salariale. Ethnographie d’un centre d’appels »
> Sébastien Bauvet (ERIS, CMH, EHESS) : « Sur la notion de capital dans l’analyse des espaces professionnels »
3e partie vendredi 13 décembre, 14h30>16h30 (suite de l’atelier)

       Atelier thématique. Travailleurs intellectuels

1re partie : 13h30 >15h30
Le travail enseignant
Discussion : Christophe Brochier (Paris 8-CREDA)
Animation : Maricel Rodriguez Blanco (EHESS-UBA)
> Bertrand Geay (CURAPP-CNRS) : « Le travail enseignant chez Pierre Bourdieu »
>Nicolas Sembel (IUFM d’Aquitaine, Centre EmileDurkheim) : « Bourdieu et le travail enseignant : délimitation et actualité d’un objet peu visible et transversal »
> Joëlle Bourgin (Université Grenoble 3) : « Le travail des enseignants universitaires au prisme de Bourdieu »

2e partie : 16h00 >18h00
Le travail artistique
Discussion : Julien Duval (CESSP-EHESS)
Animation : Nicolas Sembel (IUFM d’Aquitaine,Centre Emile Durkheim)
>
Pierre-Emmanuel Sorignet (PRISSMH – EA 4561 -F2SMH) :
« Rénover la sociologie du travail artistique : réhabiliter l’usage des concepts issus de la sociologie de Bourdieu »
> Marc Perrenoud (UNIL-ISS) : « Les économies symboliques du travail. Pour un usage étendu de “l’économie des biens symboliques”»
3e partie vendredi 13 décembre, 14h30>16h30 (suite de l’atelier)

       Atelier thématique. Habitus professionnels

1re partie : 13h30 >15h30
Métiers de corps et incorporation du métier
Discussion : Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU –Paris 8)
Animation : Cédric Lomba (CRESPPA-CSU-CNRS)
> Elyamine Settoul (INED –Science Po CERI) :
« Décrypter le métier des armes avec les armes de Pierre Bourdieu. La professionnalisation des armées à l’épreuve des concepts de Pierre Bourdieu »
> Laurence Proteau (CESSP/CSE, EHESS) : « Architecture physique et cadre symbolique. Être et paraître policier »
> Bénédicte Reynaud (PJSE-ENS) : « Règles, usages et habitus. Le cas d’un établissement de la RATP »
> Yolande Witman (Sioo Research Fellow, Pays-Bas) : « Don’t underrate the hidden curriculum. The medical habitus as a “second birth” »

2e partie : 16h00 >18h00
Bénévolat, encadrement et vocation : le travail social
Discussion : Matthieu Hély (IDHE-Paris Ouest)
Animation : Nadège Vézinat (CEE-CMH-EHESS)
> Jean-François Gaspar (Haute École Louvain en Hainaut & Haute École Namur-Liège-Luxembourg,CESSP) :
« Les apports de Pierre Bourdieu à la compréhension de l’univers du travail social »
> Yohan Selponi (MILDT -EHESS – CADIS-EHESS) : « Faire sa place à l’école : les infirmières de l’éducation nationale, entre champ médical et institution scolaire »
> Maricel Rodriguez Blanco (EHESS-UBA) : « Entre mobilisation et encadrement des “classes populaires” : les assemblées des organisations piqueteras en Argentine »
3e partie vendredi 13 décembre, 14h30>16h30 (suite de l’atelier)

        Vendredi 14 décembre 2012       

9h00 > 13h15 : 2 Ateliers thématiques

       Atelier thématique. Bourdieu, sociologue du travail ?

1re partie : 9h00 >11h00
Bourdieu, l’Algérie et la question du salariat
Discussion : Tassadit Yacine (LAS-EHESS)
Animation : Marcos Supervielle (Université de la République, Uruguay)
> Claude Didry (IDHE-ENS Cachan): « Dénaturalisation du travail et histoire sociale. Les apports de la sociologie bourdieusienne de l’Algérie »
> Brahim Labari et Loubna Belgriri (Université d’Agadir): « La société algérienne face aux logiques économiques “importées” : Bourdieu et l’homme de tradition »
> Fabien Sacriste (Université de Toulouse, FRAMESPA-GRHI): « L’analyse du travail dans les recherches algériennes de Pierre Bourdieu : un autre exemple de l’opposition entre tradition et modernité ? »

2e partie : 11h15 >13h15
De l’Algérie aux pays du « Sud »
Discussion : Denis Merklen (IHEAL-CREDA)
Animation : Yohan Selponi (MILDT -EHESS – CADIS-EHESS)
> Pedro Robertt (Université de Pelotas, Brésil) et Marcos Supervielle (Université de la République, Uruguay) :
« Les usages de Pierre Bourdieu en Sociologie du Travail en Amérique latine »
> Edwin Catacora Vidangos (Université National de Altiplano, Perou) : « Ética andina, migraciones, trabajo y reconfiguraciones de los habitus en el Peru contemporáneo »
> Pascale Absi, Laurent Bazin et Monique Sélim (CRITERES, IRD) : « Le travail et les amphibologies de la domination. Réflexions à partir d’enquêtes sur les travailleurs en Algérie, les prostituées en Bolivie et les diplômées en Chine »

       Atelier thématique. Positions subalternes et intermédiaires au travail et appartenance de classe

1re partie : 9h00 >11h00
Professions et agents intermédiaires : entre relégation et renforcement des positions
Discussion : Gérard Mauger (CESSP-EHESS)
Animation : Pierre Fournier (LAMES-Université Aix-Marseille)
> Cécile Rabot (CESSP-EHESS) : « Bibliothécaire, un métier de l’ombre dans une institution périphérique »
> Anne Lambert (AGPR, ENS-CMH-EHESS) : « Devenir Solvable : travail et rôle des agents intermédiaires dans l’accès pavillonnaire des classes populaires (des années 1980 à nos jours) »
> Stanislas Morel (Université de Saint-Etienne, ECP-CESSP) : « Champ et “champ d’intervention professionnelle” »

2e partie : 11h15 >13h15
« Travailleurs manuels » : le choix du nécessaire ?
Discussion : Cédric Lomba (CRESSPA-CSU-CNRS)
Animation : Sophie Béroud (Université Lumière Lyon 2-Triangle)
> Benoît Leroux (CESSP-EHESS) : « Travail et travailleurs en agriculture biologique. De l’étude de cas au champ »
> Frédéric Nicolas (LaSSP-IEP Toulouse) : « L’enracinement, ou l’incorporation d’un ordre des choses agricoles. Chroniques ethnographiques d’installations en agriculture biologique »
> Thibaut Menoux (CESSP-EHESS-Paris Ouest) : « La distinction au travail : les concierges d’hôtel de luxe »
> Julien Gros (ETT-EHESS-ENS) : « Esprit d’ouvrier ou esprit d’entrepreneur. Les bûcherons, des ouvriers non salariés »

13H15 >14H30 déjeuner

Ateliers thématiques (suite du 13 décembre)

        Atelier thématique. L’entreprise : dominations et conflits

3e partie : 14h30 >16h30
L’entreprise : un espace de conflits
Discussion : Paul Bouffartigue (LEST-CNRS)
Animation : Julien Gros (ETT-EHESS-ENS)
> Sophie Béroud (Université Lumière Lyon 2 -Triangle) : « Sur la pertinence heuristique du concept de champ syndical »
> Pierre-Emmanuel Sorignet (PRISSMH – EA 4561 -F2SMH) et Nicolas Spire (APTEIS -Analyse pluridisciplinaire du travail, études et intervention sociales) : « L’expertise CHSCT au prisme de la sociologie critique»
> Baptiste Giraud (Université Aix-Marseille, LEST) : « Les apports du cadre d’analyse bourdieusien appliqué à l’analyse des grèves »
> Adrien Mazières-Vaysse (Centre Emile Durkheim, IEP Bordeaux) : « Bourdieu et les subalternes. L’apport de l’analyse bourdieusienne des classes pour penser les subjectivités du salariat précaire »

       Atelier thématique. Travailleurs intellectuels

3e partie : 14h30 >16h30
Travailleurs intellectuels : luttes des places
Discussion : Gisèle Sapiro (CESSP-EHESS) (sous réserve)
Animation : Gérard Mauger (CESSP-EHESS)
> Pierre Bataille (FNS-Labso, Anthropole, Université de Lausanne) :
« Le capital social normalien, représentations et usages en contexte professionnel »
> Boris Attencourt (CESSP-EHESS) : « Le travail de la “visibilité intellectuelle” : le cas des conférences “grand public”»
> Pierre Lénel (Lise-CNRS-CNAM) et Annie-Joëlle Priou (LCS – Paris 7, UVSQ – Ifsi) : « Ce que parler de la violence veut dire : du métier de sociologue à la violence symbolique ? »
> Alexandra Bidet (CNRS-CMH) et Marielle Macé (CNRS-CRAL) : « Styles au travail, à partir de Pierre Bourdieu »

       Atelier thématique. Habitus professionnels

3e partie : 14h30 >16h30
Bénévolat, encadrement et vocation : le travail sportif
Discussion : William Gasparini (Équipe Sciences sociales du sport, Université de Strasbourg)
Animation : Stanislas Morel (Université de SaintÉtienne, ECP-CESSP)
> Gildas Loirand (Université de Nantes, CENS) :
« Pierre Bourdieu et le réensemencement conceptuel de la sociologie du travail et des professions : le cas du travail d’encadrement sportif associatif en France »
> Pascal Bauger (OREFQ, Équipe Sciences Sociales du Sport, Université de Strasbourg) et Lilian Pichot (Équipe Sciences Sociales du Sport, Université de Strasbourg) : « Le structuralisme constructiviste de Bourdieu et l’emploi sportif »
> Sandrine Knobé et Carole Schorlé-Stefan (Équipe de recherche en Sciences Sociales du Sport, Université de Strasbourg) : « À l’épreuve de la causalité du probable : devenir professionnel d’une génération de malchanceux aux contours du recrutement des professeurs d’éducation physique et sportive »

16h30 >17h00 Conclusion du colloque par Paul Bouffartigue, Gérard Mauger et Maxime Quijoux

17h00 CoCktails

Comité Scientifique :
Osvaldo Battistini (UBA-Piette Conicet) / Stéphane Beaud (ENS-EHESS) / Michael Burawoy (Université de Berkeley) / Paul Bouffartigue (LEST) / Sébastien Chauvin (Université d’Amsterdam) / Jean-Pierre Faguer (CESSP-EHESS) / Pierre Fournier (LAMES-Université Aix-Marseille) / Michel Gollac (CREST) / Nicolas Hatzfeld (IDHE-Université d’Evry Val d’Essonne) / Annie Lamanthe (LEST) / Cédric Lomba (CRESPPA-CSU CNRS) / Gérard Mauger (CESSP-EHESS) / Michel Pialoux (CESSP-EHESS) / Gwenaële Rot (IDHE-Paris Ouest) / Delphine Serre (CESSP-Paris 1) / Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU-Paris 8) et Marcos Supervielle (Universidad de la República, Montevideo).

Comité d’organisation :
Paul Bouffartigue (LEST, Aix-en-Provence) / Gérard Mauger (CESSP, EHESS) et Maxime Quijoux (IDHE-ENS Cachan).

 

Agence d’objectifs CGT-FO : L’évolution des emplois et des compétences dans le secteur de la sous-traitance aéronautique en Midi-Pyrénées

JEAN-AMANS, Philippe ; CGT-FO (Conf. générale du travail – Force ouvrière) ; Agence d’Objectifs ; ; 09/2012 ; 88 p. ;Descripteurs  : MARCHE DU TRAVAIL / SOUS TRAITANCE / INDUSTRIE AERONAUTIQUE / POLITIQUE INDUSTRIELLE / SITUATION SOCIALE /COMPETENCE / EMPLOI / ENQUETE STATISTIQUE / MAIN D’OEUVRE / REGION MIDI PYRENEES

L’Ires soutient l’effort de recherche propre à chaque organisation syndicale en finançant des programmes établis par chacune d’elles.Les résultats de ces recherches ou travaux regroupés sous l’appellation « Agence d’objectifs » sont menés sous leur responsabilité.Les résultats de ces recherches sont mis à la disposition de l’ensemble du mouvement syndical.Les supports remis à l’Institut sont enregistrés dans le fonds du Centre de documentation de l’Institut.La liste complète de l’ensemble des travaux réalisés est consultable depuis la base du fonds documentaire de l’Ires en ligne.

Le travail de conseiller en insertion

LIMA Léa, TROMBERT Christophe (dir.)Le travail de conseiller en insertion. Esf Editeur, 2012, 208 p. EAN : 978-2-7101-2415-3

Le champ de l’insertion sociale et professionnelle a connu un essor massif et emploie plusieurs milliers d’intervenants qui accompagnent des publics aussi différents que les jeunes en difficulté, les bénéficiaires du RSA, les personnes en situation de handicap, les demandeurs d’emploi de longue durée ou encore des personnes sous main de justice.
Cet ouvrage propose d’outiller ces professionnels de l’insertion qui évoluent dans des contextes institutionnels mouvants et auprès de publics changeants en se centrant sur l’analyse du travail réel du conseiller dans son environnement. Il se veut impertinent : on n’y trouvera pas une vision idéalisée et normative du travail du conseiller en insertion ou l’énoncé de principes généraux inapplicables ou peu appliqués dans les faits, mais la description fine du métier, des contraintes, des problèmes pratiques à résoudre et des possibilités d’action pour le professionnel. Cet ouvrage promeut un modèle de conseiller au fait des ressources et des enjeux de son environnement de travail, mais aussi conscient des eff ets non voulus pouvant découler de son action. Tourné vers l’expérience de travail, la connaissance des publics, des dispositifs et des enjeux du champ de l’insertion, ce manuel répond autant au besoin d’autoformation et d’autodocumentation de professionnels n’ayant pas bénéficié de formation spécifique qu’à celui des étudiants ou stagiaires se destinant aux métiers de l’insertion (DEUST, DUT, licences professionnelles, titres RNCP, titre AFPA).

Avec des contributions de  : Martha ARCINIEGAS, Solen BERHUET, Marie-Christine BUREAU, Martine DUTOIT, Raymond ISAAC, Léa LIMA, Patrick NIVOLLE, Barbara RIST, Abdia TOUAHRIA-GAILLARD et Christophe TROMBERT.

http://www.esf-editeur.fr/detail/760/travail-de-conseiller-en-insertion–le-.html

SOMMAIRE :

Introduction

1. Vulnérables et vulnérabilités

Les différentes approches de l’exclusion
Les facteurs de risque et les déterminants socio-économiques de la vulnérabilité
Une approche en termes de parcours et de processus
Conclusion

2. Les marchés du travail et la gestion de la main-d’oeuvre

Tendances actuelles de l’emploi et du travail
Les espaces économiques : secteurs, branches, professions, territoires et entreprises
La relation formation-emploi
Les manières de recruter
Conclusion

3. Les dispositifs d’insertion

Les grandes orientations des dispositifs d’insertion
L’insertion professionnelle
L’insertion dans le champ du handicap
L’hébergement et le relogement d’insertion
L’insertion par la culture
Conclusion

4. Les professionnels de l’insertion

Les professionnels de l’insertion : un groupe disparate
L’insertion face au travail social
Travail en partenariat ou concurrence ?
Les formations aux métiers de l’insertion et leurs débouchés
Conclusion

5. Le travail du professionnel de l’insertion

Une semaine type dans un service d’insertion
Les écueils de la mise en oeuvre des mesures d’insertion : risque d’écrémage et contraintes de remplissage
La construction du jugement dans le cours de l’accompagnement
L’évaluation des situations des bénéficiaires
Conclusion

6. Les usagers face aux services d’insertion et à l’accompagnement

Une évaluation de la défiance des usagers
L’accompagnement mis à mal par les malentendus
Les effets non voulus de l’accompagnement sur les usagers
Conclusion

Conclusion

Glossaire des principaux sigles et acronymes

Bibliographie

Les ambiguïtés du « care »

Travailler 2012/2

Travailler, n° 28, 2012
« Les ambiguïtés du  « care » » dossier coordonné par Pascale Molinier et Helena Hirata – 179 p.

Extrait de l’éditorial d’Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet :
Les éthiques du care ont contribué à rendre visibles les dilemmes moraux qui organisent le travail de care et engagent de ce fait une responsabilité vis-à-vis d’autrui qui est intimement liée à la perception de la vulnérabilité de l’autre, comme de la sienne. Cette thématique de la responsabilité, que la plupart des conceptions du management ont tendance à vouloir réduire à une nécessité strictement individuelle, est pourtant au cœur du travailler et s’impose de ce fait comme une question sociale et politique.
Les autres articles du numéro soulignent, soit directement soit en filigrane, la manière dont l’expérience de la responsabilité à l’égard d’autrui est au rendez-vous du travail, ce qui interroge également la conception des valeurs liées à l’exercice du travail. Lire l’éditorial

Sommaire :

Helena Hirata et Pascale Molinier, Les ambiguïtés du care, p.15-31

Rhacel Salazar Parreñas, Le travail de care des hôtesses de bar au Japon, p.33-55

Pascale Molinier et Maria Fernanda Cepeda,   « Comme un chien à carreau » Des employées domestiques colombiennes entre care et justice, p.57-73

Fabienne Bardot, Regard clinique sur le travail des auxiliaires de vie, p.75-100

Natacha Borgeaud-Garciandía, Le care à demeure Le travail des cuidadoras migrantes à Buenos Aires, p.75-100

Résumés sur Cairn

Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations

Les groupes professionnels en tension

Régine Bercot, Sophie Divay, Charles Gadea (dir.)
Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations.
Toulouse: Octarès Éditions, coll. Le travail en débats, 2012 – 300 p.

Résumé:
Les métiers naissent, se développent, meurent. Ils forment des êtres collectifs aux frontières mouvantes, dans lesquels gravitent et coopèrent des acteurs aux statuts divers : aux côtés des professionnels, interviennent souvent des amateurs, des profanes, des bénévoles. Ce livre fait le choix d’interroger leur présence et leurs activités, car elles aident à comprendre le monde social des professionnels. Il se penche également sur les moments-clés qui marquent l’histoire des groupes professionnels, aussi bien dans les temps incertains de leur émergence, que lorsqu’il s’agit de développer de nouvelles spécialités ou encore de faire face à des changements soudains de leur cadre d’exercice. Il montre aussi que ce n’est pas sans tensions que se négocie le contrôle de l’activité ou de la formation, et que les modalités de régulation des carrières peuvent prendre des formes surprenantes.

Contributions de:
Frédéric Poulard¸Olivier Pilmis¸François Burban¸Vincent Charlot¸Vérène Chevalier, Maud Simonet, Fabienne Barthélémy, Frédéric Charles, Sabine Fortino, Eric Farges, Evelyne Bailly, Florence Hellec, Aurélie Peyrin, Eliane Rothier Bautzer, Léonie Hénaut, Fabrice Burlot.

Compte-rendu :
Compte-rendu de Sébastien Bauvet, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012
mis en ligne le 21 août 2012, consulté le 14 novembre 2012.

Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement

Christel Coton et Laurence Proteau (dir.)
Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement.
Rennes: PUR, Coll. Le sens social – 262 p., juin 2012 – ISBN: 978-2-7535-2015-8

4è de couverture :
La montée en puissance de la logique gestionnaire dans les administrations publiques confronte les professionnels à la multiplication des procédures d’évaluation et au renforcement de la codification des écrits liés à l’exercice quotidien de leur travail. Militaires, policiers, magistrats, greffières, surveillants pénitentiaires, observateurs européens des lieux d’enfermement, travailleurs sociaux et médecins étudiés ici, tous déplorent cet accroissement des écrits standardisés qui réduit considérablement le temps consacré aux fonctions « nobles » du métier.
La multiplication des procédures d’écriture, passage obligé de la reddition de compte, est d’autant plus condamnée qu’elle touche des professions qui ont un rapport paradoxal à l’écrit. La figure du terne bureaucrate plane comme un stigmate à tenir à distance. Paradoxe en effet puisque ce commis aux écritures tant moqué maîtrise un capital nécessaire non seulement à la réalisation du travail lui-même et à son contrôle, mais aussi à la mobilité des trajectoires professionnelles. L’écriture est de fait centrale dans les carrières. Celui qui n’y a pas accès reste un simple exécutant, alors que celui qui la mobilise conformément aux normes de sa profession possède un atout essentiel dans les luttes de placement.
Grâce à la diversité des terrains mobilisés, les auteurs réunis dans cet ouvrage dévoilent les paradoxes de l’écriture professionnelle. Outil privilégié du New Public Management, elle reste une ressource essentielle dans la division du travail et dans les stratégies de mobilité et de distinction des professionnels.

Contributions de:
Coline Cardi, Gaëtan Cliquennois, Christel Coton, Fabien Deshayes, Elodie Janicaud, Camille Lancelevée, Léonore Le Caisne, Elodie Lemaire, Christian Mouhanna, Sabrina Nouiri-Mangold, Benjamin Pécoud, Laurence Proteau, Claude Thiaudière

[Plus d’infos] http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2924

Métiers héroïques, face à l’urgence, au danger et à la mort

Travailler 2011/2
Travailler
, n° 26, 2011
« Métiers héroïques, face à l’urgence, au danger et à la mort », dossier coordonné par Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet – 224 p.

Extrait de l’éditorial d’Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet :
Les héros contemporains ne sont plus tant des surhommes, encore moins des demi-dieux, que des hommes ordinaires, qui se distinguent en ce qu’ils dévouent leur activité à une cause altruiste, œuvrant pour le bien de la communauté considéré d’un point de vue moral. Et ce sont aussi des femmes, mais leur engagement, voire leur dévouement au travail, est généralement moins reconnu, moins valorisé et rarement mis sur le compte d’un quelconque héroïsme… C’est que le héros demeure par définition identifié au masculin, tant les qualités qui lui sont couramment attribuées sont le courage, la force, la bravoure, etc., dans une référence fréquente à un univers guerrier. Les articles que nous rassemblons ici traitent bien, dans cette perspective, de l’héroïsme de certains métiers masculins, dans ses rapports avec la question du risque et aussi, souvent, avec l’idéologie virile.

Sommaire :

Aurélie Jeantet et Isabelle Gernet, Métiers héroïques, face à l’urgence, au danger et à la mort, p.17-33

Lauriane Pichonnaz, La difficile reconnaissance des compétences des ambulanciers : entre care, cure et force physique, p.35-53

Jacinthe Douesnard et Louise Saint-Arnaud   Le travail des pompiers : un métier au service de l’autre, p. 55-70

Dilene da Silva Costa et Heliete Karam   Voler, planer, sauver. Centralité du risque dans l’activité aérienne brésilienne, p.71-85

Dilene da Silva Costa et Heliete Karam   Voar, pairar, salvar. Centralidade do risco na atividade aérea dos tripulantes operacionais de uma instituição militar brasileira, p.87-110

Céline Bryon-Portet   Stress et suicides liés au travail au sein de l’institution militaire, p. 87-110

Résumés sur cairn

La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990

La sociologie du travail en France

Lucie Tanguy
La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990,
Paris: La Découverte, coll. Recherches, 2011 – 272 p.

Résumé:
Discipline aujourd’hui très présente dans le monde académique, la sociologie du travail a également pénétré le monde de l’entreprise. Mais pour mieux comprendre la nature des apports et le rôle des sociologues du travail, il est important de connaître leur histoire.
C’est ce que propose ici Lucie Tanguy : mobilisant un vaste corpus d’archives, elle replace l’histoire, en France, de cette jeune discipline dans son contexte social et intellectuel, évoque ses déterminants et les luttes de courants qui l’ont traversée. Elle retrace les actions des chercheurs pour définir un modèle scientifique, le faire reconnaître, s’organiser en communauté, débattre des perspectives érigées en théorie et faire admettre des normes de scientificité à destination des générations suivantes. Enfin, elle analyse les politiques et programmes de recherches impulsés par la gauche dans les années 1980, les inflexions de style et d’orientations de recherches, ainsi que la conception même du métier de sociologue, qui en sont découlées : les sociologues peuvent-ils conjuguer autonomie de la pensée et engagement dans la société de leur temps ? Comment concilier pluralité d’approches, déplacements d’objets et cumulativité des connaissances ? Le métier de sociologue, et plus largement celui de chercheur scientifique, peut-il encore se définir au singulier ?

Compte-rendu :
Compte-rendu de José Rose, Formation emploi [en ligne], n°116, octobre-décembre 2011, p.69-74
mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 14 novembre 2012.

 

Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Roueff
Intermédiaires du travail artistique : à la frontière de l’art et du commerce. Paris : Ministère de la culture et de la Communication – DEPS, coll. Questions de culture, 2011 – 264 p.

Présentation de l’éditeur :
À la figure historique de l’imprésario lyrique du XVIIIe siècle a succédé aujourd’hui le manager de musiques actuelles, mais aussi, dans d’autres secteurs artistiques, l’agent de « talent » cinématographique, l’agent littéraire, l’acheteur d’art ou encore le directeur de casting. Tous partagent une fonction d’intermédiaire : plaque sensible des mondes de l’art, ces professionnels méconnus interviennent dans l’appariement de l’offre et de la demande de travail artistique comme dans la conversion des valeurs artistiques et économiques.
Dénoncés tantôt comme parasites inutiles, tantôt comme comploteurs tout-puissants, les intermédiaires sont pourtant de plus en plus sollicités par les artistes et leurs employeurs. De fait, si les normes et pratiques professionnelles varient selon les générations et selon les disciplines, ils sont voués à l’intégration des logiques économiques dans le monde de l’art et contribuent à structurer les marchés du travail sur lesquels ils interviennent.
L’ouvrage propose une analyse de l’activité des intermédiaires dans les domaines de l’édition littéraire, du cinéma, de la photographie publicitaire, de la musique classique et des musiques actuelles. Des portraits comparés illustrent une typologie inédite des différentes postures d’intermédiation, articulées autour de la tension entre art et commerce.

Wenceslas Lizé est maître de conférences à l’université de Poitiers (Groupe de recherches et d’études sociologiques du Centre Ouest). Delphine Naudier et Olivier Roueff sont tous deux chargés de recherche au CNRS. Delphine Naudier appartient au laboratoire Cultures et sociétés urbaines du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris et Olivier Roueff au laboratoire Professions Institutions Temporalités.

[Plus d’infos]
Compte-rendu de Camille Dorignon, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 01 juillet 2012. URL : http://lectures.revues.org/6489

Être libraire

Frédérique Leblanc Être libraire, Lyon : Lieux dits Éditions, coll. Être, 2011 -128 p.

Présentation de l’éditeur :
« Tant qu’il y aura cet engagement culturel chez moi, j’aurais ce désir d’avoir une librairie : cette nécessité de la transmission, de donner à l’autre, de lui dire ¨ j’ai lu, j’ai aimé : allez y, allez y parce que vraiment c’est du plaisir. »
Se dire « libraire » suscite généralement des réactions positives : « quel beau métier de travailler au milieu des livres ! », « c’est un métier intellectuel »…
Mais l’amour des livres ne fait pas tout ! Si cette immersion dans la création littéraire et le monde des idées représente le côté attractif du métier, la manutention et la gestion des stocks ou de l’entreprise pèsent lourdement dans l’emploi du temps. Quant à faire fortune en librairie… Le salaire, souvent modique, coïncide rarement avec le niveau d’études, généralement élevé. Dans cet ouvrage, nous découvrirons les coulisses et les problématiques de la librairie, nous verrons comment il est possible de devenir libraire, et quelles sont les différentes situations de travail selon les types de magasins. Des libraires, salariés ou chefs d’entreprise, témoigneront des aspects les plus passionnants, mais aussi les plus difficiles, de leur métier au quotidien.

 

Les nuits de la main courante. Écritures au travail

Les nuits de la main courante : Ecritures au travail
Jean-François Laé
Les nuits de la main courante. Écritures au travail

Paris: Stock, coll. Un ordre d’idées, 2008 – 288 p.

Présentation de l’éditeur :
La main courante évoque les commissariats de police, mais cette pratique existe dans d’autres lieux. Attentif aux écritures ordinaires, Jean-François Laé a étudié de nombreux cahiers tenus dans divers espaces de travail – une cité HLM, un service d’alcoologie, un lieu de vie pour handicapés, un centre d’hébergement pour hommes à la rue, un service de milieu ouvert, une maternité. Ces traces éphémères, discontinues, fragmentaires n’étaient pas destinées à être lues au dehors. Bavardes à leur manière, elles livrent des observations, des consignes, des gestes, elles disent le travail confronté à l’urgence et à l’incertitude, elles trahissent les tensions, les exaspérations parfois. Elles révèlent aussi les désordres, les échappées, les refus qui ponctuent le quotidien des personnes prises en charge.

En arrachant à l’oubli ces écrits sans importance, Jean-François Laé fait ainsi surgir une réalité surprenante d’affrontements et de sollicitude mêlés. Sa lecture attentive et sensible lui permet d’analyser au plus près ce qui se passe dans ces relations de services aux personnes.

Comptes-rendus

  • Compte-rendu de Frédérique Giraud, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 09 octobre 2008, consulté le 20 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/669

Compléments

  • Jean-François Laé et Marianne Kempeneers « Écritures et documents personnels, une source sociologique ?» Présentation du dossier : L’archive personnelle, la grande oubliée, Sociologie et société, vol.40 n°2, 2008 – p.9-14 – en ligne sur Erudit
    Et dans le même dossier : Isabelle Astier « Écriture de soi, une injonction réflexive. L’exemple de la Validation des acquis de l’expérience », p.51-68 – résumé
  • Voir aussi dans ce carnet :
    Christel Coton et Laurence Proteau (dir.) Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement. Rennes: PUR, Coll. Le sens social – 262 p., juin 2012. Les Échos du travail, 29 juin 2012

 

Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Le prestige des professions et ses failles Alexandre Mathieu-Fritz et Régine Bercot
Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz
Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Paris: Hermann, coll. Société et pensées, 2008 – 313 p.

Présentation de l’éditeur:
Il est des activités professionnelles qui sont auréolées d’un véritable prestige et d’autres qui sont dévalorisées de multiples façons. Afin de rendre compte des processus de construction et de valorisation symboliques des groupes professionnels, les auteurs portent leur attention sur des groupes appartenant aux classes moyennes supérieures. Ces derniers présentent la particularité de subir différentes formes de dévalorisation, alors que, intuitivement, on pourrait considérer qu’ils devraient bénéficier d’une image d’ensemble plutôt positive, en corrélation avec leur position socioéconomique relativement élevée. Être en haut ou en bas de l’échelle sociale ne suffit pas, ainsi, à expliquer la nature des représentations sociales.
En s’appuyant principalement sur des données empiriques issues de plusieurs de leurs recherches (sur les huissiers de justice et les chirurgiens) et en reprenant les résultats d’enquêtes déjà réalisées (sur les sociologues) qu’ils complètent, Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz cherchent notamment à identifier les diverses causes des représentations négatives associées aux groupes professionnels, et à observer comment celles-ci émergent lors des interactions sociales et servent de support à leurs différents protagonistes, comment les professionnels tentent, via leurs organismes de représentation, de les modifier et, enfin, comment des individus en viennent à exercer les activités auxquelles elles sont associées.

Comptes-rendus

  • Compte-rendu d’Igor Martinache, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 11 août 2008, consulté le 20 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/629

 

 

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement


Yvonne Guichard-Claudic, Danièle Kergoat, Alain Vilbrod (dir.)

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement
Presses universitaires de Rennes, coll.  Des Sociétés, 2008 – 401 p.

4e de couverture :
Femmes pompiers ou médecins, cadres d’entreprise, magistrates, conductrices de bus ou de camions, peintres en bâtiment ou carreleuses… mais aussi hommes sages-femmes ou caissiers de supermarché, infirmiers, assistants sociaux ou instituteurs en école maternelle : autant d’exemples de l’avancée en mixité dans des bastions longtemps monosexués. La mixité n’est donc pas seulement une question de co-présence de femmes et d’hommes dans différents espaces sociaux. Elle se traduit aussi par la fin de l’exclusivisme de genre attaché à certains métiers.
Il est certes important d’en prendre la mesure précise, statistiques à l’appui, mais une évaluation chiffrée ne saurait suffire pour comprendre ce qui se joue dans ces situations atypiques. Le même métier est rarement exercé dans les mêmes conditions, de travail, de rémunération, de promotion selon qu’il l’est par un homme ou par une femme. Des travaux qualitatifs fins et diversifiés, tels ceux qui sont présentés dans cet ouvrage, permettent d’observer par le menu ce qui se transforme, ce qui résiste, ce qui se recompose, dans le but de saisir le sens des logiques sociales complexes qui sont à l’œuvre.
Parler d’inversion du genre à propos de ces situations et positions non traditionnelles, c’est donc moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l’inversion des positions sexuées est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre.

Contributions de :
Marc Bessin, Line Chamberland, Philippe Charrier, Caroline Chimot, Thomas Couppié, Nicolas Divert, Florence Douguet, Dominique Epiphane, Erika Flahault, Stéphanie Gallioz, Béatrice De Gasquet, Yvonne Guichard-Claudic, Yveline Jaboin, Danièle Kergoat, Emmanuelle Lada, Nathalie Lapeyre, Jacqueline Laufer, Nicky Le Feuvre, Sonia Lefeuvre, Clotilde Lemarchant, Fabienne Malbois, Guillaume Malochet, Catherine Marry, Nicolas Murcier, Johanne Paquin, Simone Pennec, Roland Pfefferkorn, Claudine Philippe, Annie Rieu, Anne-Catherine Rodrigues, Djaouida Séhili, Armelle Testenoire, Hélène Trellu, Alain Vilbrod

Plus d’infos :
Sommaire, table des matières et introduction sur le site de l’éditeur
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1794

Comptes-rendus :