Archives de catégorie : Formation tout au long de la vie

Le travail de l’expérience

BarbierBARBIER Jean-Marie, THIEVENAZ Joris (coord.). Le travail de l’expérience, Paris : L’harmattan, 2013, 320 p., coll. Action & savoir.

La compréhension de la construction de l’expérience et son utilisation apparaissent aujourd’hui comme une voie majeure de développement de la formation et de la recherche sur la formation. Cet ouvrage porte significativement sur le travail de l’expérience. Manière de signifier que c’est moins le produit de l’expérience qui importe que la manière dont elle se construit et se transforme, chaque étape constituant à la fois l’assise et le moyen de l’étape suivante. L’expérience n’est pas une entité uniforme : elle est à la fois et indissociablement vécu, activité mentale et activité discursive ; les distinctions que l’on peut opérer en son sein sont des distinctions pour l’analyse, et non des entités ontologiques distinctes. L’expérience est aussi le produit d’interactions entre sujets et entre espaces d’activités, ces derniers ayant chacun leurs règles propres, mais associés sous forme de configurations. L’hypothèse principale sur laquelle repose cet ouvrage est donc précisément que le travail de l’expérience, obligatoirement situé dans l’histoire des sujets, consiste en une itération constante entre vécu, élaboration et communication de l’expérience.

L’ouvrage est organisé autour de cinq questionnements : – les voies d’accès à l’expérience ; – expérience et association d’espaces d’activités ; – interactions entre sujets et construction de l’expérience ; – l’analyse de la construction de l’expérience ; – les rapports entre expérience et formation.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=39615

Fruit d’un collectif de recherche constitué au sein de l’axe de recherche « Activité, expérience, apprentissage » du Centre de recherche sur la formation (CRF) du Conservatoire national des arts et métiers, cet ouvrage réunit les contributions de plusieurs membres ou membres associés du laboratoire : Martha Arciniegas (Doctorante, CRF Cnam), Jean-Marie Barbier (Professeur, Cnam), Sephora Boucenna (Assistante, université de Namur), Martine Dutoit (Maître de conférence, université d’Évry), Angelo Greco (Doctorant, CRF Cnam), Sylviane Martin (Doctorante, CRF Cnam), Patrick Mayen (Professeur, AgroSup Dijon), Vanessa Rémery (Assistante, Université de Genève), Fabienne Saboya (Doctorante, CRF Cnam), Joris Thievenaz (Chercheur CRF Cnam ; UPMC), André Zeitler (Maître de conférence, IUFM de Bretagne).

La coopération entre les établissements de formation préparant aux diplômes de travail social et les universités

JAEGER Marcel (rapporteur). La coopération entre les établissements de formation préparant aux diplômes de travail social et les universités. Rapport commandé par la Direction générale de la cohésion sociale, oct. 2012, 78 p.

Dans le cadre de la mise en œuvre des « Orientations pour les formations sociales 2011-2013 », la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) a confié à Marcel JAEGER la présidence d’un groupe de travail chargé de conduire une réflexion sur les coopérations entre les établissements de formation et les universités.

Le rapport s’appuie sur des éléments historiques, une analyse des pratiques existantes et l’identification des enjeux pour formuler des recommandations qui sont autant de pistes de travail qui s’inscrivent dans les réflexions sur les évolutions de l’appareil de formation.

Le rapport est accompagné d’une étude commandée par la DGCS et réalisée par le cabinet « Strasbourg Conseil » sur le bilan des coopérations existantes.

Télécharger le rapport : http://www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/RAPPORT_cooperationentreetabeetdiplome.pdf

L’université et le monde professionnel, quels enjeux pour le doctorat ?

Organisé à l’initiative du groupe de travail appartenant au programme collaboratif 1 du Labex Hastec, par la Maison de la recherche sur les pratiques professionnelles (MRPP) du CRF

Les 24 et 25 janvier 2013 au Cnam Paris

Ces deux journées ont pour objectifs de clarifier ces demandes, d’en dégager les effets en rapport avec des perspectives historiques, culturelles et professionnelles sur un plan national et international. Quelle est la nature des résistances ? Quelles sont les compétences épistémologiques minimum exigées d’une véritable thèse de doctorat quel que soit son domaine ? Telles vont être les questions abordées lors de ces deux journées.

Des historiens, des épistémologues évoqueront les lignes de force de la thèse de doctorat.

Des universitaires, responsables d’écoles doctorales aborderont les évolutions récentes du doctorat et la place de la thèse.

Des universitaires étrangers feront part des expériences de leur pays.

Enfin, des témoins, d’une part, de mise en place d’une articulation thèse-monde professionnel, et d’autre part, de travaux de capitalisation et d’analyse de thèses déjà soutenues par les professionnels, permettront de comprendre s’il existe une spécificité ou non d’un doctorat fortement lié à un champ de pratiques professionnelles.

Télécharger le programme : programme-colloque-hastec-janv2013-def3_1354899464994

PROGRAMME :

Jeudi 24 janvier 2013

9h00 : Accueil, Edwige Bombaron, Crf-Axe3 et Marie-Laure Vitali, Mrpp, crf-Axe 3. Ouverture du colloque, Françoise Cros, Crf-Cnam

LA THESE DE DOCTORAT, DU MOYEN AGE A L’EPOQUE MODERNE ET LEURS EFFETS SUR LA PERIODE ACTUELLE

Modérateur : Claude Meyer, Professeur en sciences de la communication, Crf-UEVE

9h30 : Le doctorat dans et hors de l’Université au Moyen Age. Antoine Destemberg, PRAG U. Artois, membre LAMOP U. Paris 1

 10h30 : Le doctorat et l’Université durant la période moderne. Boris Noguès, Centre de Recherches d’Histoire Moderne de l’Université de Paris I (EA127)

11h45 : discussions et échanges

LA THESE ET LE CHAMP PROFESSIONNEL SUR LE PLAN INTERNATIONAL

Modérateur : Françoise Cros, professeure émérite, Crf-Cnam

14h00 : En Allemagne. Jürgen Schriewer, professeur émérite, Université Humboldt de Berlin, centre d’éducation comparée

                En Finlande. Katri Vehviläinen-Julkunen, professeur, Université Eastern Finland de Kuopio, Faculté des Sciences de la Santé, Département Sciences Soins infirmiers

                Au Québec. Jean-Claude Kalubi, Professeur, Université de Sherbrooke, Département : Étude sur l’adaptation scolaire et sociale

16h15 : discussions, échanges et prolongements

Vendredi 25 janvier 2013

LA THESE DE DOCTORAT ET LE MONDE PROFESSIONNEL

Modérateur : Shabnam Vaezi, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université François Rabelais, Tours

 10h00 : Les études déjà menées sur les thèses dans des champs de pratiques
                 A partir d’un champ professionnel : le travail social, Marcel Jaeger, Professeur Cnam
                A partir d’une section universitaire : les sciences de l’éducation, Daniela Rodriguez, Ater CnamDoctorante-Crf

11h25 : Des questionnements évolutifs sur cette articulation à partir d’exemples :

                Un doctorat pour les métiers de la défense ? L’Ecole de Guerre, Hervé Drévillon, Professeur d’histoire moderne à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur du domaine « Histoire de la défense et de l’armement » de l’IRSEM.

                Les sciences de l’information et de la communication et journalisme, Alain Kiyindou, Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Michel de Montaigne Bordeaux

LA THESE : UN EXERCICE SINGULIER

14H00 : Les rapports entre recherche, action et formation

                 Jean-Marie Barbier, Professeur, Directeur du Centre de Recherche sur la Formation, Cnam

                 Modérateur : Katia Béguin, Maître de conférences à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

15h30 : Les exigences cognitives et les opérations intellectuelles nécessaires et suffisantes pour qualifier une thèse de doctorat

               Etienne KleinPhilosophe et ingénieur, Directeur du laboratoire sur les sciences de la matière, CEA.

                Modérateur : Claude Gauvard, Professeure émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

17h00 : Prolongements

L’alternance : du discours à l’épreuve

« L’alternance : du discours à l’épreuve ». Education permanente, n° 193, nov. 2012, 230 p.

L’alternance est une modalité d’aménagement des rapports entre la connaissance et l’action. Au cœur de ce rapport, se trouve la question de l’expérience, à la fois comme savoir mais aussi comme ressource. Dans un mouvement d’alternance, l’expérience se trouve aux deux pôles : l’action pour produire l’expérience et l’expérience pour produire l’action. On se réfère donc à l’expérience pour agir. Tous les travaux sur l’alternance ont mis fin au vieux débat sur théorie et pratique. Cette question enfin dépassée est en voie d’être remplacée par une autre : le dilemme entre savoir et comprendre. Enfin, l’alternance apparaît comme un fait social total. Elle contient ensemble des dimensions sociologiques, politiques, économiques, épistémologiques, pédagogiques… Pour traiter pleinement la question, il faut la saisir dans toutes ses dimensions. Et comme toutes ces dimensions restent essentiellement politiques, on peut aujourd’hui affirmer que, dans l’alternance, tout est politique. Ce dossier d’Education permanente marque l’aboutissement de la conférence de consensus sur l’alternance organisée en 2011-2012 par l’Institut Joseph Jacotot. Il comporte les contributions des experts auditionnés et les analyses des membres du comité de pilotage.

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1714

Pour un accompagnement global des parcours de VAE

Les parcours de VAE sont souvent perçus comme longs,mais leur durée n’est pas la seule cause de la fréquence des abandons.

L’évaluation d’un contrat d’objectifs et de moyens (COM) sur la VAE en région Bretagne souligne la pertinence d’un accompagnement global, de la première orientation à la période post-jury. Elle insiste également sur la nécessaire implication des acteurs économiques pour la réussite des parcours.

 

 Disponible sur le site du Céreq

 

Nathalie Beaupère, Gérard Podevin, Pour un accompagnement global des parcours de VAE , Bref n° 302, novembre 2012. – 4 p.

Les transitions professionnelles en questions

SANTELMANN Paul (coord.). « Les transitions professionnelles en questions ». Hors-série Afpa, Education permanente, 2012, 178 p.

La question des transitions professionnelles s’est imposée dans les débats relatifs à l’évolution des politiques de l’emploi et aux politiques ressources humaines des entreprises. L’accélération des innovations technologiques, des évolutions sectorielles, des transformations des métiers, dans une mondialisation qui bouscule les économies, a largement remis en cause le modèle de l’emploi stable à vie, qui était l’un des piliers de notre pacte social. Ce nouveau hors-série AFPA interroge notamment l’usage de la formation dans l’accompagnement des mobilités et des reconversions professionnelles, volontaires ou non, des actifs. Du point de vue de la formation des adultes, accompagner les mutations du travail, c’est contribuer à élargir les perspectives de tous les salariés, notamment de ceux qui ont le moins bénéficié de l’école, occupent les emplois du « bas de l’échelle » ou sont au chômage. L’exercice ne va pas de soi. Les contributions réunies dans cet ouvrage recensent les conditions de réussite des trajectoires professionnelles, mais aussi des obstacles et des modalités d’action permettant de les franchir.

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1713

Sommaire

La mobilité professionnelle : une « activité de transition »/Stéphanie Mailliot – Analyser sa trajectoire professionnelle par son récit de vie au travail/Martine Poulin

Vers une modélisation des transitions professionnelles/Marc Robichon

La notion d' »emploi non qualifié » : un obstacle aux transitions professionnelles/Paul Santelmann

Conflits et mobilité dans l’espace d’une transition/Emmanuelle Reille-Baudrin

Le territoire, une ressource pour reconstruire collectivement des repères de professionnalité/Perrine Hanicotte, Mélanie Bocquet

Mobilité et formation au coeur des professions intermédiaires/Christine Guégnard, Nathalie Bosse

L’identification des compétences favorise-t-elle les transitions professionnelles ?/Olivier Bataille

Le tour de France : modèle de mobilité des compagnons du Devoir/Annabelle Hulin

L’accompagnement des ressources humaines aux évolutions professionnelles/Dino Santilli

Sécuriser les transitions professionnelles ?/Paul Santelmann

Un observatoire des transitions professionnelles des salariés en Cif/Frédérique Dorgère

Se reconvertir dans le cadre d’une plateforme d’accompagnement à l’emploi : le cas d’Horizon 93/Isabelle Pautrat, Erland Marcer

Conseiller carrière-mobilité en entreprise : analyse d’un métier en développement/Samira Mahlaoui, Jean-Paul Cadet

Accompagnement des travailleurs licenciés collectivement et transitions professionnelles : que nous apprennent les expériences européennes ?/Frédéric Naedenoen, Frédéric Bruggeman

Apprendre au travail

Étienne Bourgeois, Marc Durand (dir.). Apprendre au travail. Paris : Puf, 2012, 232 p.

Dans bon nombre de contextes professionnels, ce qu’il est convenu d’appeler traditionnellement la « formation », organisée dans des espaces-temps distincts du travail, tend aujourd’hui à céder le pas à une variété de pratiques visant à favoriser les apprentissages au cœur même des situations de travail, à rendre le travail plus « formateur ». Face à un tel engouement, il est temps de s’interroger en profondeur sur les processus spécifiques à l’œuvre dans ce type d’apprentissage, sur les facteurs individuels et contextuels qui y participent et, in fine, sur les pratiques censées favoriser l’apprentissage du et au travail.
S’appuyant sur les théories et les recherches les plus récentes, des pistes de réflexion et d’action sont ici fournies en réponse aux préoccupations et questions des professionnels de la formation, de l’accompagnement et du management.

http://www.puf.com/Autres_Collections:Apprendre_au_travail

Les auteurs

Étienne Bourgeois est professeur en sciences de l’éducation à l’université de Genève. Ses activités d’enseignement et de recherche concernent les processus d’apprentissage chez les adultes, notamment en situation de travail.

Marc Durand est professeur en sciences de l’éducation à l’université de Genève et membre du Centre de recherche sur la formation (CRF-Cnam). Ses activités de recherche portent sur l’activité humaine dans diverses pratiques sociales et ses transformations, notamment dans des dispositifs de formation professionnelle.

Sommaire

Introduction. Étienne Bourgeois et Marc Durand

Travailler et apprendre. Vers une approche de l’activité. Marc Durand

Apprendre et transmettre le travail. Étienne Bourgeois et Cécilia Mornata

Apprendre en situation de travail : À quelles conditions ? Cécilia Mornata et Étienne Bourgeois

Des savoirs pour travailler et apprendre. Marc Durand

Interactions langagières et apprentissage au travail. Laurent Filliettaz

Apprentissage et communauté de pratiques. Bernadette Charlier

Technique et transformation de l’activité humaine. Annie Goudeaux

Apprendre et travailler dans les environnements simulés. Zoya Horcik

Apprendre des gestes techniques. Blandine Bril

Alternance, apprentissage et formation. Laurent Veillard

Quand l’activité professionnelle s’invite dans la formation académique : le cas des stages en enseignement. Sabine Vanhulle

Politiques d’entreprise et organisation du travail et de la formation. Sandra Enlart

Organisation apprenante et knowledge management. Charlotte Fillol

Favoriser un environnement « capacitant » dans les organisations. Solveig Fernagu-Oudet

Compétence, travail et formation. Alain Muller et Itziar Plazaola Giger

Enquête sur l’utilisation de l’information par les adultes

Enquête statistique internationale sur « l’usage de l’information par les adultes »
Volet français de l’Enquête « Programme for the International Assessment of Adult Competencies » (PIAAC).

L’enquête sur  » l’usage de l’information par les adultes  » vise comme l’enquête IVQ à mettre l’accent sur l’usage de la lecture, de l’écriture et du calcul dans les gestes courants de la vie personnelle et professionnelle. Il s’agit principalement d’examiner si les personnes interrogées ont un degré de maîtrise suffisant pour faire face aux mutations du travail et de la vie quotidienne. Le programme PIAAC a pour objectifs d’évaluer ces compétences dans un cadre de comparaisons internationales au niveau de l’Union Européenne et des pays membres de l’OCDE.

Les unités enquêtées sont les adultes âgés de 16 à 65 ans, vivant en ménage ordinaire (résidences principales) en France métropolitaine.

Thèmes abordés :
L’enquête se compose d’une partie biographique et d’une partie d’exercices sur support informatique ou sur support papier.
Les différents modules portent sur
– les domaines fondamentaux de compétence cognitive : « la littératie » et la « numératie »
– l’utilisation des technologies de l’information et la commmunication (TIC) dans le cadre privé et professionnel.

Producteur : INSEE, en partenariat avec la Dares et l’Education nationale
Périodicité : ponctuelle. La collecte est effectuée au cours du 4e trimestre 2012.

Genèse de l’enquête :
La première enquête à grande échelle sur les compétences en littératie des adultes a pris place en 1985 aux États-Unis. Le  Young Adult Literacy Survey (YALS) a été organisé par le Educational Testing Service (ETS). L’OCDE a initié sur 2004-2008 un cycle de réflexion sur la mise en œuvre d’un nouveau programme d’enquêtes, intitulé PIAAC. En janvier 2008, l’OCDE a officiellement initié le programme PIAAC et recruté le consortium d’entreprises, mené par ETS, assurant la conception technique et le suivi opérationnel du projet. Afin de tester le protocole, l’enquête de 2012 est précédée au printemps 2010 d’une enquête pilote auprès d’environ 4 000 ménages en 2010.

Source : CNIS, consultée le 14 novembre 2012

Enquête « information et vie quoditienne » (IVQ)

Information et vie quotidienne 2011

L’enquête IVQ, vise à évaluer des compétences sur une population adulte à travers l’usage de la lecture, de l’écriture et du calcul dans les gestes courants de la vie personnelle et professionnelle. L’enquête IVQ porte plus particulièrement son attention sur les personnes les plus en difficulté face à l’écrit, afin de mesurer les situations d’illettrisme en France.

Thèmes abordés :
– Evaluation des savoirs de base, recourt aux concepts de  » littératie  » et de  » numératie  » pour désigner les compétences de lecture, d’écriture, de calcul mobilisées dans des situations de la vie courante.
– Collecte d’informations socio-démographiques et biographiques sur la personne interrogée (parcours éducatif, activité professionnelle, enfance et famille, conditions de vie).
Plusieurs questions portent spécifiquement sur les langues parlées par la personne interrogée (dans l’enfance, à la maison…).

L’enquête couvre le champ des ménages ordinaires (résidences principales), en France métropolitaine.

Producteur : Insee, en partenariat avec la Depp et la Dares.
Première enquête IVQ : 2004
Périodicité : ponctuelle, apériodique. La collecte IVQ 2011 se déroule fin 2011 (4ème trimestre) / début 2012 (1er trimestre)
Les premières publications sont prévues au premier semestre 2013.

Source : CNIS, consultée le 13 novembre 2012

Les 20 ans du bilan de compétences

Thierry Ardouin et Sylvain Lacaille (dir.). Les 20 ans du bilan de compétences. Education permanente n° 192,  septembre 2012,  240 p.

Vingt ans après son introduction dans le Code du travail, le bilan de compétences répond-il encore à ses objectifs d’origine ? Ses pratiques, construites dans un questionnement permanent, se sont-elles stabilisées et ont-elles su évoluer avec les modifications des structures sociales et économiques de l’emploi ? Les divers acteurs et les salariés eux-mêmes occupent-ils toujours la même place et jouent-ils toujours le même rôle dans sa mise en œuvre ? Les contributions de ce dossier d’Education permanente laissent penser que le dispositif a montré son utilité, mais qu’un espace d’expérimentation reste en friche, dans lequel pourraient émerger des démarches novatrices, plus adaptées au contexte actuel, qui permettraient de mettre en évidence la réelle plus-value sociale et professionnelle d’un tel dispositif..

Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail ; état des lieux et nouveaux enjeux

Colloque international organisé par le laboratoire CIREL

Les 26, 27 et 28 septembre 2012 à Villeneuve d’Ascq, Cité Scientifique

Plusieurs membres du Centre de recherche sur la formation (CRF-Cnam) interviendront à cette occasion :

  • Richard Wittorski (CRF Cnam), avec Thierry ArdouinLaurence Bonnafous et Patrice Gravé : Dynamique de professionnalisation des formateurs-consultants indépendants en France.
  • Muriel Deltand (CRF Cnam) : L’expérience entreprenariale comme processus émancipatoire : le cas de femmes congolaises.
  • Joris Thievenaz (CRF Cnam), avec Catherine Tourette-Turgis Se professionnaliser au contact d’autrui : le développement de l’expérience en situation d’interaction soignante.
  • Pierre Parage (Formateur consultant, associé Cnam), avec Grégory Munoz, Michel Dumas : Le processus de réalisation du dossier de VAE : entre concrétisation d’un objet technique et objectivation d’une oeuvre.
  • Fabrice Gutnik : Expérience partagées et professionnalisation des acteurs de la formation.
  • Nathalie Lavielle Gutnik : Expérience et enjeux identitaires pour des jeunes « dits décrochés » de l’enseignement supérieur.
  • Vanessa Remery (CRF Cnam) : La part d’autrui dans l’élaboration d’une culture interprétative de l’action : l’exemple e l’accompagnement en VAE.
Le colloque se conclura par ailleurs sur une conférence de Pierre Pastré (CNAM Paris), intitulée « Développement, apprentissage, expérience ».

Consulter le programme détaillé : http://cirel.recherche.univ-lille3.fr/experience2012/

Réflexivité et développement professionnel : une orientation pour la formation

Isabelle Vinatier (coordinatrice). Réflexivité et développement professionnel. Une orientation pour la formation. Toulouse : Octarès, 2012, 324 p.

Cet ouvrage collectif, préfacé par Pierre Pastré, engage une réflexion sur ce que l’on peut entendre par processus réflexif et tente de cerner en quoi et comment ce dernier peut constituer une condition du développement professionnel. L’étude de ce processus à l’oeuvre chez des formateurs et des enseignants s’appuie sur la conception de dispositifs de formation, véritables observatoires de l’activité réflexive, de son fonctionnement et de son développement. L’articulation entre réflexivité et développement professionnel fait écho à celle que L. S. Vygotski avait établie entre apprentissage et développement. Elle est ici abordée à travers le prisme de différentes épistémologies, elles-mêmes tributaires de différents contextes de recherche et/ou de formation. Enfin, la conception des dispositifs de formation qui s’en autorisent se réfléchit à partir des fins que se donnent les chercheurs.

Les diverses contributions qui, ici se confrontent, ou se complètent, ou s’éclairent l’une l’autre, montrent que la conceptualisation du rapport entre réflexivité et développement professionnel ouvre les dispositifs de formation à une variété de médiations. Cette diversité même conduit à poser la question centrale : quelle réflexivité pour quel développement professionnel ?

Explorant ainsi un éventail des possibles dont s’enrichissent à la fois la conception de dispositifs et des modalités d’échanges entre chercheurs et professionnels de l’enseignement et de la formation, cet ouvrage s’adresse aux étudiants, enseignants, formateurs et chercheurs.

http://www.octares.com/boutique_fiche.asp?IdProd=214

Source : http://travailformation.hypotheses.org/2774

Les seniors et la formation

Michel Parlier (dir.). Dossier « Les seniors et la formation ». In Education permanente, n° 191, juin 2012, 170 p.

Les pouvoirs publics s’efforcent de favoriser l’allongement de la vie professionnelle, notamment en incitant les entreprises à se doter de politiques et de pratiques en matière de maintien en emploi des salariés âgés. Répondre à ces enjeux oblige de transformer en profondeur les startégies, notamment en veillant à une meilleure articulation entre formation et progression professionnelles. Alors que l’accès des seniors à la formation est faible, ce sont les salariés âgés les plus formés qui expriment le plus de besoins de formation. Face à ce double constat, il semblerait bien que la formation des seniors serait moins problématique si elle s’inscrivait dans une perspective de formation tout au long de la vie professionnelle. Comment penser l’engagement des travailleurs âgés en formation ? Doivent-ils bénéficier de dispositifs qui leur soient spécifiques ? Comment les aider à faire face à de nouvelles exigences de travail ? Comment se traduit pour eux l’expression « tout au long de la vie professionnelle » ? Quelles sont les pratiques des entreprises ? Quels enseignements peut-on tirer de ces expériences ? C’est à ces quelques questions que tente de répondre ce dossier d’Education permanente.

Vous retrouverez dans ce dernier numéro de la revue, publiée en partenariat avec l’équipe pédagogique « Métiers de la formation » du Cnam, un article de Corinne Gaudart (Lise, UMR Cnam-Cnrs), avec Catherine Delgoulet (Lati, EA 4469)Apprendre pour se maintenir dans le monde du travail en fin de carrière. Réflexion autour d’une formation au métier de formateur.

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1711

Echos du travail

Carnet de veille collaboratif sur le travail, l’emploi et la formation dont l’objet sera de diffuser des informations bibliographiques, appels à contributions, appels à projet, séminaires, sélections de sources d’information, notes de lecture, etc. Ces informations émaneront des institutions partenaires ou de leurs documentalistes : Anact, Centre Inffo, Céreq, Cdft, Cee, Cresppa, Ires, Lest.

(Ce carnet remplacera sans doute à terme le Carnet des Docks récemment ouvert par le Céreq).