Tous les articles par Doc du Céreq

Des débuts de trajectoire durablement marqués par la crise ?

couvMalgré la crise financière de fin 2008, le chômage des jeunes entrés sur le marché du travail en 2004 arrive, sept ans plus tard, fin 2011, à un niveau voisin de celui de leurs aînés entrés en 98. Pour autant, les non-diplômés auront dès le départ pâti de la mauvaise conjoncture et des statuts précaires. Les diplômés du secondaire semblent, eux, avoir été largement impactés par la crise. Les progressions de salaire ont aussi été freinées, notamment pour les diplômés de l’enseignement supérieur.

Voir ce Bref sur le site du Céreq

 

Zora Mazari et Isabelle RecotilletGénération 2004 : des débuts de trajectoire durablement marqués par la crise ? in Bref n° 311 (juin 2013). – 4 p.

Relever les défis de la Validation des acquis de l’expérience

Ce dernier numéro de la revue Formation emploi propose un dossier sur la validation des acquis de l’expérience. Le dispositif de validation des acquis de l’expérience (VAE) vise à transformer l’expérience en équivalent formation afin d’obtenir un diplôme. Cette transformation est loin d’aller de soi ; s’engager dans la VAE est un processus qui se construit chemin faisant et nécessite un accompagnement.

Formation Emploi , n° 122 , 2013 , 178 p

Sommaire du numéro

3ème biennale Formation-Emploi du Céreq : Quand l’entreprise forme – Quand la formation sécurise

Loin d’investir davantage sur la formation, les employeurs freinent leurs dépenses en période de conjoncture difficile. Alors que sous l’effet de la crise, les efforts de formation risquent de fléchir dans les entreprises, que les jeunes ont un accès de plus en plus difficile à l’emploi, le Céreq a choisi de placer « la formation, l’entreprise et la sécurisation des parcours » au premier plan de sa troisième biennale formation-emploi.

La manifestation se déroulera à : Paris, le jeudi 19 septembre 2013 à la Cité universitaire internationale.

Cette journée est destinée à présenter les études récentes menées par le Centre pour les soumettre à la discussion de divers acteurs de la formation professionnelle : partenaires sociaux, services de l’Etat, Régions, organismes de formation, etc.

Basées sur de grandes enquêtes nationales et européennes, les études du Céreq balaient certaines idées reçues.

Les débats seront scindés en deux thématiques :

  •  Comment sécuriser les parcours professionnels par la formation ?
  • Comment sécuriser la transition de l’école à l’emploi par l’apprentissage ?

 

Entrée libre sur inscription – sur le site de la Biennale Céreq : Informations et inscription

Contact presse : Marie-Christine Antonucci – servicepresse@cereq.fr – 04 91 13 28 94

Quelles sont les politiques de formation continue dans les petites entreprises ?

Moins formatrices, quel que soit le type de formation considéré, les entreprises de 10 à 49 salariés sont l’objet de l’attention des pouvoirs publics et des partenaires sociaux. 40 % d’entre elles s’engagent néanmoins dans la formation, et structurent leur politique en la matière. Seules 6 % semblent véritablement articuler recours important à la formation, stratégie économique et carrière de leurs salariés.

Voir ce Bref sur le site du Céreq

Isabelle Marion-Vernoux, Variété des politiques de formation continue dans les petites entreprises in Bref n° 310 (mai 2013). – 4 p.

Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise

http://pmbz.cereq.fr/pmb/getimage.php?url_image=http%3A%2F%2Fimages-eu.amazon.com%2Fimages%2FP%2F%21%21isbn%21%21.08.MZZZZZZZ.jpg&noticecode=9782200280642&vigurl=Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d’atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l’hôpital, techniciens dans l’industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs… Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d’administration-gestion. Leur caractéristique ? N’être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l’emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l’interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L’objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l’ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s’y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l’emploi et des carrières.

Cadet, Jean-Paul, dir. ; Guitton, Christophe, dir., Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise .  – Paris : Armand Colin ; Marseille : Céreq, 2013 – 393 p. – (Recherches) .

Insertion des jeunes issus de quartiers sensibles : les hommes doublement pénalisés

Les jeunes issus des zones urbaines sensibles (Zus) connaissent depuis dix ans des difficultés d’insertion croissantes. La dégradation a particulièrement affecté les hommes.

Au-delà d’origines sociales défavorisées et de faibles niveaux de formation, ils semblent plus qu’hier pâtir de « l’effet quartier ». Pour les femmes des Zus, au contraire, cet effet s’estomperait.

Disponible sur le site du Céreq

Thomas Couppié, Insertion des jeunes issus de quartiers sensibles : les hommes doublement pénalisés, Bref n° 309 (avril 2013). – 4 p.

S’insérer à la sortie de l’enseignement secondaire : de fortes inégalités entre filières

1ère pageEn 2010, le taux de chômage des jeunes sortis de l’enseignement professionnel secondaire trois ans plus tôt varie de 3 % à 45 % selon la spécialité de formation. Si les bacheliers accèdent plus facilement à l’emploi que les titulaires d’un CAP ou d’un BEP, l’approche par le seul niveau de diplôme s’avère donc réductrice pour analyser l’insertion.

L’évolution des métiers explique certaines difficultés, et vient interroger la pertinence de l’architecture de l’offre de formation dans certains domaines.

 

Disponible sur le site du Céreq

 

Jean-Jacques Arrighi, Emmanuel Sulzer,  S’insérer à la sortie de l’enseignement secondaire : de fortes inégalités entre filières, Bref n° 303, décembre 2012. – 8 p.

Pour un accompagnement global des parcours de VAE

Les parcours de VAE sont souvent perçus comme longs,mais leur durée n’est pas la seule cause de la fréquence des abandons.

L’évaluation d’un contrat d’objectifs et de moyens (COM) sur la VAE en région Bretagne souligne la pertinence d’un accompagnement global, de la première orientation à la période post-jury. Elle insiste également sur la nécessaire implication des acteurs économiques pour la réussite des parcours.

 

 Disponible sur le site du Céreq

 

Nathalie Beaupère, Gérard Podevin, Pour un accompagnement global des parcours de VAE , Bref n° 302, novembre 2012. – 4 p.