Archives par mot-clé : ouvrier

Séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives » (4è année)

Le séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives », organisé par Pascal Marichalar et Laure Pitti reprendra le 23 janvier 2014 à l’EHESS.

Initié en 2010, ce séminaire de sciences sociales est un lieu d’échange autour des mobilisations collectives contre les maladies industrielles. Nous définissons ces dernières comme l’ensemble des affections néfastes pour la santé des travailleurs et des riverains qui résultent de certaines activités industrielles. Une attention particulière est portée à la définition sociale de la santé et des maladies, aux conditions de possibilité des mobilisations et à la forme de ces dernières, à la construction politique d’une notion de risque « acceptable » et aux efforts pour la déconstruire, ainsi qu’aux interactions entre ce qui se passe dans et hors de l’usine.
Des enquêtes sociologiques et historiques récentes ou en cours forment la base de la réflexion du séminaire, qui est ouvert à tous (notamment étudiants, enseignants-chercheurs, autres professions intéressées par ces questions).

ouvert à toutes et tous, le séminaire se tient le jeudi de 14h à 17h, à l’EHESS, salle 587, 5e étage, avenue de France, 75013 Paris .

Séances à venir :

Jeudi 23 janvier, 14h-17h
Séance introductive : Maladies industrielles & mobilisations collectives, quelle actualité scientifique et sociale ?

 Jeudi 27 mars, 14h-17h
Les accidents du travail dans la sidérurgie : le destin probable des ouvriers
avec Cédric Lomba, CRESPPA-CSU

 Jeudi 3 avril, 14h-17h (attention salle inhabituelle : salle 1, RdC)
Le métier d’inspecteur du travail, ses évolutions, ses contradictions
avec Marie Szarlej, CENS.

 Jeudi 22 mai, 14h-17h
Pour quoi faire reconnaître sa maladie professionnelle (et pourquoi elle n’est pas reconnue)
avec Cécile Durand, GISCOP 93, et Anne Marchand, sociologue, Université d’Evry et GISCOP 93.

 Jeudi 12 juin, 14h-17h
Les travailleurs sous-traitants de l’industrie nucléaire
avec Marie Ghis, CEMS.

Séminaire soutenu par les laboratoires IRIS (UMR 8156) et CRESPPA-équipe CSU (UMR 7217).

  • Programme en PDF
  • Années précédentes
    Les programmes et intervenants 2010-2013 sont consultables sur le site du CSU, accompagnés d’une bibliographie indicative.
  • Lien sur ce site

Usines. Ouvriers, militants, intellectuels

Cédric Lomba, Julian Mischi (coord.) « Usines. Ouvriers, militants, intellectuels » Actes de la recherche en sciences sociales n°196-197, 2013 – 157 p.

[…] En partant des usines, ce numéro s’intéresse d’une part aux rôles joués par les intellectuels dans l’action militante ouvrière et aux relations qu’ouvriers et intellectuels entretiennent dans différentes sphères sociales, et, d’autre part, aux rapports des classes populaires aux savoirs comme modalité de transformation de leurs conditions sociales, comme instruments de critique ou de mise à distance de l’ordre usinier. Cette perspective qui associe l’observation des relations de travail à la question des savoirs et des idéologies dans l’étude des pratiques militantes, fait apparaître que la classe ouvrière, tout en subissant un déclin numérique et une marginalisation politique, bénéficie dans le même temps d’une élévation de son niveau d’instruction, d’une institutionnalisation poussée (à travers notamment le rôle accordé aux « partenaires sociaux ») et d’un accès à une forme de maîtrise savante de l’expertise. La constitution d’un arsenal de moyens d’expression publique rend alors d’autant plus frappante la dépossession ouvrière de son usage. […] [Extrait de l’article d’introduction au dossier]

Articles de : Christian Corouge, Michel Pialoux, Cédric Lomba, Paul Boulland, Sophie Pochic, Ingrid Hayes, Kimi Tomizaki, Pascal Marichalar, Laure pitti, Audrey Mariette

Sommaire et résumés

Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière

Deux générations dans la débine

Jean-François Laé, Numa Murard
Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière.

Paris: Bayard, 2012 – 420 p.

Présentation de l’éditeur :
A la fin des années 1970, Numa Murard et Jean-François Laé avaient conduit une première enquête à Elbeuf, ville ouvrière de Seine Maritime.
Dans les cités provisoires édifiées à la hâte pour éponger les bidonvilles et les taudis, les dernières « poches de pauvreté » semblaient alors devoir s’effacer. Grosse erreur. Aujourd’hui en France, la fragilité des chômeurs de longue durée et des travailleurs pauvres est une réalité familière et presque acceptée, tant elle est massive. Trente ans après, les deux sociologues sont revenus dans la ville pour y rencontrer les anciens de la cité, Leurs enfants et petits-enfants, enregistrer les changements, les formes nouvelles de la vie familiale, l’adaptation à la précarité économique.
La parole et les sentiments explosent. Nous saisissons de l’intérieur l’expérience de la pauvreté.

Compte-rendu :
Compte-rendu de Sophie Maunier, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012
mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 15 novembre 2012.

Compléments :
Jean-François Laé, Numa Murard, Extraits de leur journal de terrain parus dans :
Retour sur enquête : ethnographie d’une ville ouvrière, Elbeuf 1980-2010, première partie
, Vacarme n°57, automne 2011.
Retour sur enquête : ethnographie d’une ville ouvrière, Elbeuf 1980-2010, deuxième partie, Vacarme n°58, hiver 2012.

On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite

Pierre Barron, Anne Bory, Lucie Tourette, Sébastien Chauvin et Nicolas Jounin
On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite. Paris: La Découverte, coll. Cahiers libres, 2011 – 312 p.

Présentation de l’éditeur:
Le 15 avril 2008, trois cents travailleurs sans papiers se mettent en grève et occupent leurs entreprises, en région parisienne. Ils seront bientôt des milliers. Ce mouvement est inédit : il lie un mode d’action traditionnel du mouvement ouvrier, une grève avec occupation des lieux de travail, à la revendication centrale de la lutte des sans-papiers, la régularisation. S’ouvrent alors deux années de lutte, tantôt souterraine, tantôt médiatisée, dont ce livre retrace l’histoire de façon très vivante.
Ces grèves révèlent que des pans entiers de l’économie (construction, nettoyage, restauration, confection, aide à la personne…), des petites aux grandes entreprises, du traiteur du coin aux familiers du pouvoir, de l’intérim aux ministères, reposent sur le recours à une main-d’œuvre qui, privée de titre de séjour, devient la proie et l’instrument du dumping social. En contestant cette situation, des milliers de grévistes sans papiers ont pointé les contradictions de la politique de l’« immigration choisie » promue par Nicolas Sarkozy.
Fruit d’une enquête collective, réalisé à partir d’observations directes (sur des piquets de grève, lors de manifestations, réunions, assemblées générales de grévistes…), de la collecte d’archives (tracts, dossiers de grévistes, protocoles de fin de conflit, circulaires ou notes des ministères), mais aussi d’une centaine d’entretiens avec des grévistes, des syndicalistes ou associatifs soutenant ou encadrant le mouvement, des employeurs, des agents de l’État à un niveau local et national, ce livre raconte au plus près les péripéties de ce mouvement, et en analyse les enjeux économiques, syndicaux et politiques.

[Plus d’infos]
Table des matières sur le site de l’éditeur : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707167873

Article :

Compte-rendu :

Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment

Nicolas Jounin Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment. Paris : La Découverte, coll. Textes à l’appui / Enquêtes de terrain, 2008 – 274 p. – ISBN : 9782707158420

Présentation de l’éditeur :
Le secteur de la construction a souvent défrayé la chronique économique ou judiciaire, mais le quotidien des chantiers demeure obscur. C’est ce quotidien qu’explore ce livre. L’auteur, qui s’est immergé durant une année dans le monde du béton armé parisien, en tant qu’ouvrier, retrace ici l’itinéraire de son enquête. Au fil des expériences et des rencontres, il expose les conditions d’emploi et de travail liées au recours croissant à la sous-traitance et à l’intérim : division des collectifs ouvriers, infériorisation et culpabilisation des sous-traitants et des intérimaires, pratiques illégales d’employeurs, contradictions pesant sur la sécurité au travail, recours massif à une main-d’œuvre étrangère fragilisée et parfois sans papiers, racisme et discriminations…
L’enquête ébranle au passage certaines idées reçues et témoigne également des résistances des travailleurs concernés. S’ils s’affrontent rarement à leurs employeurs, ils entretiennent en revanche une révolte souterraine qui peut menacer à l’occasion les constructions et contraindre les employeurs à mettre en œuvre des aménagements. L’implication physique de l’auteur dans son enquête permet une restitution fine des situations rencontrées et offre une immersion impressionnante dans cet univers méconnu du bâtiment.

[Plus d’infos]
Table des matières sur le site de l’éditeur :
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Chantier_interdit_au_public-9782707158420.html

Comptes-rendus :
Compte-rendu de Guillaume Rollet, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 08 septembre 2008, consulté le 01 juillet 2012.
URL : http://lectures.revues.org/646
Compte-rendu de Johana Berthau, Alternatives Economiques n° 270 – juin 2008, alternatives-economiques.fr, consulté le 01 juillet 2012.
URL : http://www.alternatives-economiques.fr/chantier-interdit-au-public–enquete-parmi-les-travailleurs-du-batiment-par-nicolas-jounin_fr_art_720_37474.html