Tous les articles par Doc du Cresppa

Appel à communication « Les émotions dans les relations de soin et de service »

Vous trouverez ci-joint l’appel à communication de la Journée d’étude

Les émotions dans les relations de soin et de service

qui aura lieu le
21 juin 2016
à Paris Ouest Nanterre La Défense

Manifestation scientifique soutenue par la MSH Paris Nord, l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, l’IDHES UMR 8533, l’IRIS UMR 8156 et le CERMES 3 UMR 8211.

AAC-JE-Emotions

Cet appel à communications est ouvert à tou-te-s les chercheur-e-s en sciences humaines et sociales. Les propositions faites par de « jeunes chercheurs » (en master 2, doctorat ou post-doctorat) sont largement encouragées.
Le résumé, de 3000 caractères au maximum espaces compris, devra préciser l’objet de la réflexion et sa méthodologie. Les informations suivantes sont également attendues : le nom, le prénom, le statut, la discipline, l’affiliation, l’adresse e-mail, le numéro de téléphone, et l’axe pressenti (1, 2, 3 ou 4).
Ce résumé est attendu le 1er mars 2016 à minuit et doit être envoyé à l’adresse suivante : je.emotions@gmail.com

CALENDRIER

Le résumé de la communication doit être envoyé avant le 1er mars 2016 à minuit.
Les communications seront sélectionnées et les auteurs prévenus le 4 avril 2016.
Un texte plus long (entre 10 000 et 20 000 signes) sera attendu pour le 20 mai 2016.

Le comité d’organisation
Maud Arnal, Diane Desprat, Pearl Morey

Lundi 1er juin 2015 – Colloque international : Les mains invisibles de la “culture populaire”. Production, distribution et représentation artistique dans les industries du cinéma et de la télévision

poster-Mains-invisibles-webLe lundi 1er juin 2015 le Cresppa-LabToP organise un colloque international “Les mains invisibles de la « culture populaire ». Production, distribution et représentation artistique dans les industries du cinéma et de la télévision” de 9h30 à 18h en salle des conférences (59-61 rue Pouchet, 75849 Paris Cedex 17, RdC).

Organisation et contacts : Violaine Roussel & Audrey Mariette :

vroussel@univ-paris8.fr

audrey.mariette@univ-paris8.fr

Programme : FinalProgramFr&Engl

Résumés des interventions – abstracts : résumés-abstracts

Ce colloque bénéficie du soutien du CRESPPA-CNRS et est organisé dans le cadre d’une Marie Curie International Outgoing Fellowship du 7e programme cadre de la Commission européenne. 

PROGRAMME

9h30 : accueil des participants

10h-12h30 : Matinée (en français)

Introduction : Violaine Roussel (Université Paris 8/CRESPPA-LabTop)

Présidence : Laurent Jeanpierre (Université Paris 8/CRESPPA-LabTop)

Panel 1. LA FORCE DES LIENS INVISIBLES

-Emilie Sauguet (Université Paris Ouest Nanterre-IDHES) – Faire œuvre de programmateur ou s’effacer derrière les films ? L’organisation des projections de films documentaires au prisme de l’invisibilité.

-Karim Hammou (CNRS/CRESPPA-CSU) et Laure de Verdalle (CNRS/Printemps) (avec Audrey Mariette, Université Paris 8/CRESPPA-CSU et Delphine Naudier, CNRS/CRESPPA-CSU) – S’engager sur un premier film : producteurs, distributeurs et chaînes face aux nouveaux réalisateurs français (2000-2010).

-Muriel Mille (EHESS-CMH) – Coopérations et concurrences dans le processus de fabrication d’un feuilleton télévisé.

Discussion : Gwenaële Rot (Sciences Po-CSO)

12h30-14h : déjeuner

 

14h-18h : Après-midi (in English) 

Présidence : Anne-Marie Autissier (Université Paris 8, LabToP-Cresppa)

Panel 2. NOUVELLES TÉLÉVISIONS, NOUVEAUX INTERMÉDIAIRES

-Denise Bielby (University of California, Santa Barbara) – Retour sur la notion de télévision mondialisée.

-Laura Grindstaff (University of California, Davis) – Artistes et intermédiaires culturels à l’âge de la téléréalité.

Discussion : Séverine Sofio (CNRS/CRESPPA-CSU)

15h40-16h : Pause

 

Panel 3. DANS LES COULISSES TRANSNATIONALES DU MARCHÉ DES FILMS

-Roderik Smits (University of York) – Faire la médiation entre transnational et national : les agents spécialisés dans la vente internationale des films comme “gatekeepers”.

-Romain Lecler (Université Paris 1/CESSP) – Construire une juridiction transnationale. Les professionnels des marchés internationaux du film et de la série télévisée.

Discussion : Joël Augros (Université Paris 8/ESTCA)

Conclusion : Audrey Mariette (Université Paris 8/CRESPPA-CSU)

Intervenant-e-s :

Joël Augros (Maître de conférences en économie du cinéma, Université Paris 8/ESTCA)

Anne-Marie Autissier (Maîtresse de conférence, Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

Denise Bielby (Professeure de sociologie, University of California, Santa Barbara)

Laura Grindstaff (Professeure de sociologie, University of California, Davis)

Karim Hammou (Chargé de recherche au CNRS, CRESPPA-CSU)

Laurent Jeanpierre (Professeur de science politique, Université Paris 8, CRESPPA-Labtop)

Romain Lecler (Doctorant en science politique, Université Paris 1/CESSP, AGPR à l’ENS)

Audrey Mariette (Maîtresse de conférences en science politique, Université Paris 8, CRESPPA-CSU)

Muriel Mille (Docteure en sociologie, EHESS-CMH)

Delphine Naudier (Chargée de recherche au CNRS, CRESPPA-CSU)

Gwenaële Rot (Professeur de sociologie à Sciences Po-CSO)

Violaine Roussel (Professeure de sociologie, Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

Emilie Sauguet (Doctorante en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre-IDHES)

Roderik Smits (Doctorant, Film studies, University of York)

Séverine Sofio (Chargée de recherche au CNRS, CRESPPA-CSU)

Laure de Verdalle (Chargée de recherche au CNRS, Laboratoire Printemps)

Ce colloque bénéficie du soutien du CRESPPA-CNRS et est organisé dans le cadre d’une Marie Curie International Outgoing Fellowship du 7e programme cadre de la Commission européenne. 

Le genre du mal-être au travail

Bercot-genre-maletreRégine Bercot (dir.), Le genre du mal-être au travail, Toulouse : Octarès éditions, coll. « Le travail en débats, série colloques et congrès », 2015 – 218 p.

 

Comment révéler mais aussi rendre compte de certains aspects du travail qui sont ignorés par les acteurs, soit parce qu’ils n’en ont pas conscience, soit parce que la mémoire les efface ou leur donne une signification qui les rend naturels et donc non dicibles ? Et pourtant le travail de terrain, l’observation, l’entretien, l’enquête ethnographique le plus souvent, permettent non seulement de révéler des faits, des comportements, des relations mais aussi de se rendre compte qu’elles sont porteuses de difficultés pour les acteurs et parfois de mal-être. La notion de mal-être a été choisie pour rendre compte de ces problèmes qui apparaissent parfois naturalisés, parfois minimisés et considérés comme normaux y compris par ceux ou celles qui ont à en subir les conséquences. Le travail effectué par les chercheurs est aussi d’expliciter les différences que crée l’existence d’un rapport social de sexe, rapport social qui interfère sur les places attribuées, sur les comportements et les représentations des acteurs.

C’est dans le travail, mais aussi dans l’articulation du travail et du hors travail que se tapissent des sources de mal-être dont certaines sont ignorées des grandes enquêtes. Cet ouvrage, construit autour des résultats des enquêtes de terrain, révèle une part de l’invisible : invisibilité quant aux contraintes qui pèsent pour orienter le choix des places et des rôles, notamment des femmes dans les mondes masculins, invisibilité des impositions de sens et d’orientation des conduites.

Si les dimensions factuelles sont importantes pour analyser les conditions de travail, ce livre interroge aussi les dimensions idéelles qui sous tendent les relations entre acteurs. C’est ainsi que l’on peut débusquer ce qui atteint : des formes de vêture à respecter dans le monde des experts, des manières de se comporter et de faire face à des émotions tant dans la police que dans le soin.

Contributions de : Régine Bercot, Isabelle Boni, Lucie Goussard, Anne Jacquelin, Marc Loriol, Efthymia Makridou, Haude Rivoal, Armelle Testenoire

Sommaire sur le site de l’éditeur

 

Le livre fait suite au séminaire « Le genre du mal-être au travail« , organisé d’octobre 2012 à décembre 2013 par Régine Bercot (Cresppa-GTM), avec le soutien du DIM-GESTES, de la MSH Paris-Nord et de la Région Île-de-France, site Pouchet du CNRS. (Voir aussi…)

Des restructurations du travail à l’accompagnement vers l’emploi

Site de l'éditeurRachid Bouchareb et Martin Thibault (dir.) Des restructurations du travail à l’accompagnement vers l’emploi, Presses universitaires du Septentrion, coll. Le regard sociologique – 150 p., avril 2015

Présentation de l’éditeur :
En montrant les dynamiques sociales qui façonnent le travail, compris en tant que rapport social qui dépasse la seule sphère de production qu’est l’entreprise, cet ouvrage collectif a choisi de croiser l’étude des changements dans les milieux de travail et les institutions publiques qui « accompagnent » le retour à l’emploi.

Il met en discussion ces deux domaines de recherche : les rapports sociaux dans le travail et en dehors, afin d’appréhender les similitudes et de définir les statuts et identités sociales des individus. Les injonctions à la responsabilisation comme les processus d’individualisation et la casse des collectifs de travail sont suivis à partir de différentes enquêtes qui entrent en résonance : dans le secteur public comme dans le privé, dans l’industrie comme dans le tertiaire, auprès d’ouvriers comme d’employés, dans les agences pour l’emploi et les cellules de reclassement, en appréhendant les fermetures de sites comme les restructurations internes aux entreprises.

Contributions d’Armelle Gorgeu, René Mathieu, Martin Thibault, Rachid Bouchareb, Sylvie Contrepois, Louis-Marie Barnier, Aline Bingen, François Brun ; Post-face de Mateo Alaluf

Sommaire sur le site de l’éditeur

Bourdieu et le travail

Maxime Quijoux (dir.) Bourdieu et le travail, Rennes: PUR, coll. Le sens social – 376 p., mars 2015

Présentation de l’éditeur:

Plus de dix ans après sa disparition, Pierre Bourdieu demeure toujours l’auteur des sciences sociales le plus cité au monde. Si ses concepts, sujets de débats permanents, expliquent probablement ce succès, son aptitude à explorer l’ensemble des domaines du social y a aussi grandement contribué : la socialisation, l’école, les classes sociales, le célibat, la culture, l’art, l’État, la politique, etc., peu d’objets semblent en effet s’être soustraits à l’examen du sociologue, et sur lesquels, en retour, il n’a pas été discuté. Il en existe pourtant un et non des moindres: le travail. Après des travaux liminaires sur la question dans le contexte de la guerre d’Algérie, Bourdieu paraît en effet définitivement s’en désintéresser. Cette désaffection correspond alors à une indifférence équivalente des sociologues du travail à l’égard de son œuvre. Durant quarante ans, Bourdieu et « le travail » donnent l’impression de s’ignorer superbement.

À l’occasion du dixième anniversaire de sa mort, c’est cette double défection – le travail dans la sociologie de Bourdieu, et Bourdieu dans la sociologie du travail – que nous avons voulue questionner: le travail est-il vraiment absent dans l’œuvre de Pierre Bourdieu ? Comment l’aborde-t-il, en particulier après son époque algérienne ? Enfin, dans quelle mesure ses concepts peuvent-ils contribuer à l’analyse du travail, d’hier et d’aujourd’hui ?

Réunissant plus d’une vingtaine de contributions, entre exégèses, analyses historiques et enquêtes de terrain, ce livre souhaite montrer l’apport mutuel du sociologue et de l’objet « travail ». Une réconciliation scientifique en somme.

Contributions de : Béroud Sophie, Bourdieu Pierre, Burawoy Michael, Caveng Rémy, Didry Claude, Goussard Lucie, Lizé Wenceslas, Menoux Thibaut, Naudier Delphine, Perrenoud Marc, Proteau Laurence, Quijoux Maxime, Rabot Cécile, Sacriste Fabien, Selponi Yohan, Sembel Nicolas, Sorignet Pierre-Emmanuel

Compléments sur le site des PUR : Préambule et table des matières

La comédie humaine du travail

Linhart-ComedieDanièle Linhart, La comédie humaine du travail : de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale Toulouse : Erès, coll. « Sociologie clinique », 2015, 158 p.

 

Avec Taylor, le « père » de l’organisation scientifique du travail, les ouvriers devenaient un rouage passif, astreint à une stricte conformité aux consignes et modes opératoires. Leur travail devait se dérouler indépendamment de leur état d’esprit, de leurs états d’âme et de leurs savoirs.

Le management moderne semble aux antipodes d’une telle orientation. Il clame sa volonté de reconnaître la dimension humaine des salariés, mise sur leur subjectivité, leur personnalité et tend à « psychologiser » les rapports de travail.

Pourtant Danièle Linhart soutient que la logique reste la même : dans les deux cas, s’organise en réalité une disqualification des métiers, de la professionnalité, de l’expérience qui tend à renforcer la domination et le contrôle exercés par les dirigeants. Le résultat est le même : un travail qui perd son sens, qui épuise. Pire encore, le travail moderne précarise subjectivement les salariés, qui, constamment mis à l’épreuve, sont conduits à douter de leur propre valeur et légitimité.

En rapprochant Taylor des managers modernes, l’auteur questionne cette idéologie qui prend de plus en plus de place dans la réalité du travail telle qu’elle se dégage à travers ses propres enquêtes et celles des spécialistes en sciences sociales du travail.

Sommaire sur le site de l’éditeur

Stages : Comment les encadrer ?

STAGESPrésentation des résultats du projet Européen INTERNSTAGE

Matinée d’étude organisée par Sylvie Contrepois (Cresppa-CSU et London Metropolitan University), coordinatrice du projet Iternstage .

Le nombre de stages étudiants en entreprise s’est fortement accru dans tous les pays Européens, le plus souvent à la faveur des réformes des systèmes de formation nationaux. Les conditions de réalisation de ces stages et leur réglementation varient, toutefois, considérablement d’un pays à l’autre. Le projet INTERNSTAGE, financé par la Direction Générale de l’Emploi et des Affaires Sociales de la Commission Européenne, a dressé un état des lieux des situations existantes dans six pays (Espagne, France, Italie, Lettonie, Pologne et Royaume-Uni), en tentant d’évaluer l’apport réel des stages à la formation des étudiants à partir d’études de cas. Les résultats de ce travail vont déboucher sur des recommandations qui seront présentées à l’Union Européenne et aux partenaires sociaux européens et nationaux.
Cette demi-journée sera consacrée à une brève présentation publique des résultats de l’étude et à la mise en débat des recommandations que l’équipe de recherche entend présenter à la commission européenne.

Interventions :

  • Sylvie Contrepois : Les stages en Europe, situation et enjeux
  • Nick Clark : Unpaid work in Press & Media
  • Arturo Lahera-Sánchez : Training and working conditions in Engineering sectors in Spain and France
  • Rossana Cillo et Fabio Perocco : Internships in the touristic sector : training and working conditions
  • Aija Lulle : Working conditions in Public administration
  • Joanna Unterschuetz : Proposed recommendations to be presented to European Commission.

 

9h30-13h, site Pouchet du CNRS, 59 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 159. (plan d’accès)

Contact : Sylvie Contrepois
Programme détaillé en pdf
Les interventions auront lieu en Français et en Anglais.

Les classes sociales en Europe

Affiche-classessoceurope-15&16dec2014

Journées d’étude des réseaux
« Classes sociales, inégalités, fragmentations » (RT 5),

« Méthodes » (RT 20), « Sociologie des élites » (RT 42) et « Justice sociale » (GT 44)

Association française de sociologie (AFS)
conjointement avec le Ceraps (UMR 8026), le Cresppa (UMR 7217), et la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine.

15 et 16 décembre 2014
Site Pouchet du CNRS, salle de conférences

Les travaux comparatistes menés au niveau européen sont majoritairement quantitatifs, et restent mal connus des sociologues non statisticiens en France. Pourtant il y a un enjeu central à développer d’une part une réflexion sur les groupes sociaux et les inégalités à l’échelle européenne, mais aussi à développer des comparaisons entre structures sociales et inégalités entre pays. Ces journées visent donc à présenter un ensemble de débats qui traversent les travaux quantitatifs portant sur les groupes sociaux en Europe, et à expliciter la place qu’y occupe (ou non) la sociologie des classes sociales. Elles visent également à inciter à lier les enquêtes quantitatives et les enquêtes de terrain pour développer une réflexion sur les classes sociales et les inégalités en Europe, réflexion particulièrement cruciale dans un contexte de crise économique. Une première journée sera centrée sur la conception et l’usage des nomenclatures socio-professionnelles et des enjeux à la fois théoriques et méthodologiques qui les sous-tendent. Une deuxième journée sera centrée sur les travaux comparatifs sur les classes sociales en Europe, et sur la comparaison entre travaux menés dans différents cadres nationaux et à susciter de nouvelles perspectives de recherche.

Contacts :
etienne.penissat@gmail.com
yasmine.siblot@univ-paris8.fr

PROGRAMME

Lundi 15 décembre
Les nomenclatures socio-professionnelles en Europe : enjeux théoriques et outils

Nomenclatures en usage et théories sociologiques.
Introduction générale de la journée et présidence : Étienne Penissat

  • La nomenclature EGP (Erikson-Goldthorpe-Portocarero) et sa mise en œuvre en Europe. Louis-André Vallet
  • Valeurs économiques, valeurs culturelles et classes sociales : les mesures de statut socioprofessionnel (SIOPS, EGP, ESeC, ISEI) dans l’enquête sur les Valeurs des Européens. Frédéric Gonthier
  • Quelle nomenclature pour décrire les espaces socio-professionnels européens ? Une approche en termes de capitaux culturel et économique. Cécile Brousse

La nomenclature ESeG (European Socio-economic Groups) : Quel bilan des premières études menées à partir d’ESeG au niveau européen ?
Présidence et lancement de la discussion Thomas Amossé

  • La nomenclature socioprofessionnelle européenne ESeG et son élaboration, Monique Meron
  • Homogamie et inégalités dans les régions d’Europe : une utilisation de la nomenclature ESeG. Milan Bouchet-Valat
  • L’espace des conditions en Europe à partir d’ESeG. Frédéric Lebaron

Mardi 16 décembre
Penser et comparer les classes sociales en Europe

Capital culturel, pratiques culturelles et différences de classes.
Présidence et lancement de la discussion : Philippe Coulangeon

  • Capital culturel et pratiques culturelles. Les enjeux d’une comparaison européenne depuis l’enquête SILC-EU 2006. Cédric Hugrée, Etienne Pénissat, Alexis Spire, Cécile Brousse
  • Le capital culturel au Danemark et en Grande-Bretagne, Annick Prieur
  • Comparer les élites en Europe. Présidence et lancement de la discussion : Sylvain Laurens
  • Comment construire le champ du pouvoir français au regard de l’expérience norvégienne. François Denord
  • Construire et comparer des champs de pouvoir, Johs Hjellbrekke et Olav Korsnes

Saisir les recompositions des classes populaires contemporaines au delà du cadre national : comparaisons et circulations.
Présidence et lancement de la discussion : Anne Bory

  • Les analyses des recompositions des classes populaires en France. Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Yasmine Siblot.
  • La sociologie portugaise des classes sociales et la place des ouvriers et employés, Virgilio Borges Pereiera.
  • Présentation de Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire (Agone) traduction française de Formations of Class and Gender : Becoming Respectable, de Beverley Skeggs. Anne-Marie Devreux.

Programme détaillé en PDF

La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives

Roueff-culture&intermediairesLaurent Jeanpierre et Olivier Roueff (dir.), La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives Paris : Éditions des Archives contemporaines – 305 p.

Amazon, iTunes, Netflix, YouTube, etc. : la liste serait longue des nouvelles formes controversées d’accès à la culture. À côté de ces grands noms d’entreprises transnationales, c’est en réalité l’ensemble des activités d’intermédiaires dans les arts et les industries créatives qui s’expose aujourd’hui et semble croître, en nombre, en taille et en puissance. Qui sont les protagonistes de ces activités en pleine expansion ?
Que font-ils ? Quelles sont leurs relations, directes ou indirectes, avec la création ?

À travers une vingtaine d’enquêtes conduites en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis sur des individus et des entreprises qui font exister l’offre et la demande de travail artistique ou de biens culturels, les auteurs de ce livre répondent pour la première fois à ces questions de manière plurisectorielle : dans les arts visuels, la musique, le cinéma, la mode, la bande-dessinée et les industries numériques. La plupart des « fonctions » d’intermédiation sont ainsi abordées, depuis le soutien à la production jusqu’aux palmarès en passant par la sélection des talents, le développement de carrières, le montage des équipes et des budgets et, bien entendu, la distribution et la promotion des œuvres.
La perspective adoptée met en avant les luttes incessantes pour la conquête des créations ayant lieu aux frontières de « territoires » d’activité professionnalisés ou plus informels. L’ouvrage constitue un plaidoyer pour une sociologie des systèmes d’intermédiation : méthode d’analyse pertinente des reconfigurations économiques actuelles, irréductibles au discours enchanté des investisseurs comme au schème critique globalisant de la marchandisation de la culture ; instrument privilégié d’une écologie sociale indispensable à une compréhension réaliste du travail artistique. Au terme du parcours, les débats sur la reconnaissance déclinante des créateurs et la répartition inégale des risques et des bénéfices au sein du capitalisme dit « culturel » devraient apparaître sous un jour inédit.

Contributions d’Olivier Alexandre, Pierre-Jean Benghozi, Célia Bense Ferreira Alves, Christian Bessy, Laura Braden, Vincent Bullich, Pierre-Marie Chauvin, Diana Crane, Timothy J. Dowd, Thomas Guignard, Karim Hammou, Wenceslas Lizé, Audrey Mariette, Jean-Matthieu Méon, Bernard Miège, Delphine Naudier, Keith Negus, Thomas Paris, Violaine Roussel, Mathieu Trachman, Laure de Verdalle, Julie Verlaine et Pierre-Édouard Weill.

Extraits consultables en ligne

Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques

Naudier-strategesWenceslas Lizé, Delphine Naudier et Séverine Sofio (dir.), Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques Paris : Éditions des Archives contemporaines – 233 p.

L’activité professionnelle artistique est collective et repose, in fine, sur la commercialisation d’œuvres, de spectacles, de disques ou de films dont la vocation est d’atteindre un public. Dans cette entreprise, la notoriété est à la fois une fin en soi et un outil qu’un certain nombre de professionnels s’emploient à fabriquer. En d’autres termes, l’espace public n’est accessible aux artistes qu’à travers le recours à des intermédiaires culturels qui s’efforcent, au moyen de stratégies concrètes encore peu étudiées par les sciences sociales, de sortir de l’anonymat et de promouvoir des artistes ou des œuvres.
Fondé sur un ensemble d’enquêtes et de recherches collectives, ce livre a pour but de lever le voile sur ces acteurs fondamentaux des mondes de l’art, sur leurs pratiques et sur les conséquences de celles-ci en termes à la fois économiques et symboliques. La fabrication de la notoriété des œuvres et des artistes est ici conçue comme la principale tâche des intermédiaires culturels. Au-delà de leur présentation emphatique comme « faiseurs de stars » ou « briseurs de carrières », dans quelle mesure et de quelles manières les intermédiaires contribuent-ils à la fabrication du succès des artistes et à leur accès à la consécration ?

Répondant à cette question décisive au travers de plusieurs études de cas, ce livre éclaire les processus à l’œuvre dans la construction sociale de (l’accès à) la notoriété dans différents secteurs de la production culturelle : édition, musique, arts du spectacle, cinéma, arts plastiques et diffusion en ligne. Il s’adresse ainsi aussi bien aux professionnels de la culture ou des arts, qu’aux étudiant-e-s, enseignant-e-s et chercheur-e-s.

Contributions de :
Vincent Dubois, Luca Pareschi, Kaoutar Harchi, Dominique Sagot-Duvauroux, Gérôme Guibert, Laure de Verdalle, Pierre-Edouard Weill, Jean-Samuel Beuscart, Maxime Crepel, Olivier Roueff.

La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales

Bercot-sante_travail_prismeR. Bercot (Coord.), La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales, Octarès, collection le travail en débats, série colloques et congrès 2014.

Comment rendre compte de la santé au travail en tenant compte des appartenances de genre ? Cette question suppose de saisir les différences tant au niveau sociétal qu’au niveau du travail lui-même, d’intégrer des dimensions liées à la socialisation et à l’ethos des groupes, de rendre compte des effets du travail dans son articulation aux contextes de vie et aux trajectoires.

Que nous disent les grandes enquêtes quantitatives ? Prenant appui sur des enquêtes quantitatives nationales au Québec et au Chili les auteurs affinent les résultats en mettant en exergue les différences hommes femmes ainsi que les sources de ces différences. Ils questionnent les enjeux et les rapports de force autour de la construction des indicateurs. Au fil des chapitres, on découvrira tout à la fois les données produites et les problèmes de méthodes qui se posent au chercheur souhaitant faire apparaître des corrélations entre différentes situations et différents contextes.

Une focale mise sur les conducteurs de bus au Portugal illustre la manière dont les acteurs et particulièrement les femmes sont fragilisées par des rythmes de travail incompatibles avec leurs contraintes de vie.

Avec les contributions de :
Karen Messing, Elisa Ansoleaga, Angelo Soares, Marianne Lacomblez, Nicky Le Feuvre ; Introduction de Régine Bercot.

Voir aussi le programme du séminaire « Le mal-être du genre au travail » organisé par l’Anact, le Cresppa-GTM, la MSH Paris-Nord avec le soutien du Dim Gestes Région Île-de-France de 2012 à 2014.

 

Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation

Lomba-Travailleurs-medicPierre Fournier, Cédric Lomba et Séverin Muller (Coord.) Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation, éditions Erès, coll. « Clinique du travail », 2014.

L’industrie pharmaceutique n’est connue du public que par les scandales sanitaires qui émaillent régulièrement son actualité et donnent lieu à des batailles d’experts. Mais finalement, que sait-on du fonctionnement concret du monde pharmaceutique ? Est-il au service de l’innovation, de la connaissance, de la maîtrise complète des risques sanitaires, mobilisant haute technologie et personnels hyper-qualifiés ?
L’enquête collective menée par dix chercheurs en sciences sociales au sein même d’entreprises pharmaceutiques permet de mieux comprendre ce qui se passe dans les usines de fabrication de médicaments, dans les hôpitaux, dans les entrepôts des grossistes, dans les pharmacies d’officine et avec les visiteurs médicaux.
De la production à la distribution, elle donne à voir des organisations du travail en lien direct avec le système de rente qui caractérise cette industrie. Sans sous-estimer les contraintes propres aux activités pharmaceutiques, les auteurs montrent le quotidien des travailleurs du médicament, des petites mains aux personnels les plus qualifiés, pour mieux saisir les tensions entre leurs pratiques, parfois à la limite de la légalité, et le cadre réglementaire dont le secteur sait tirer profit. (Quatrième de couverture)

Contributions d’A.-M. Arborio, I. Feroni, P. Fournier, J. Greffion, A. Labrousse, C. Lomba, S. Muller, Q. Ravelli, D. Subramanian et L. de Verdalle.

Voir le carnet de terrain, Les travailleurs du médicament. Carnet d’observation de l’industrie pharmaceutique sous le regard des sciences sociales qui complète la lecture de l’ouvrage.

La fabrique du sens syndical

 

Fabrique

Nathalie Ethuin et Karel Yon (dir.) La fabrique du sens syndical.La formation des représentants des salariés en France (1945-2010) Éditions du Croquant, 2014 – 408 p.

Chaque année, des dizaines de milliers de salariés suivent des stages de formation syndicale. Les profils sont variés, à la mesure d’un droit à la formation sociale et syndicale qui s’est étoffé au nom de la démocratie sociale mais qui reste fragile et menacé. Ce livre propose un éclairage historique et sociologique sur les dispositifs de formation syndicale en France, largement méconnus. Grâce aux archives et témoignages, l’histoire des stages destinés aux syndicalistes, leurs contenus et méthodes, en perpétuelle évolution, sont mis en lumière. Grâce à l’observation de ce qui se passe en formation (à la CGT, à FO, à la CFDT, à la CFE-CGC, à SUD) sur des thèmes différents, ce livre explore les usages variés des savoirs et savoir-faire produits dans ces espaces militants. Trois fils directeurs traversent l’ouvrage. La formation syndicale est tout d’abord une école de la démocratie : des salariés acquièrent des compétences civiques et s’accordent sur une définition du vivre-ensemble. Elle est aussi un observatoire de la professionnalisation du syndicalisme, entendue comme la reconnaissance sociale des savoirs acquis dont dépendent l’autonomie des représentants syndicaux et leur marge de manœuvre. Elle révèle aussi des enjeux idéologiques plus larges : les frontières de l’action syndicale, son rapport légitime à la vie de la cité et au monde politique.
Avec les contributions de :
Thomas Brugnot, Nicolas Bué, Paula Cristofalo, Corinne Delmas, Nathalie Ethuin, Ismail Ferhat, Maïlys Gantois, Baptiste Giraud, Cécile Guillaume, Simone Horat, Jean-Robin Merlin, Hélène Michel, Emmanuel Porte, Yasmine Siblot, Anne-Catherine Wagner et Karel Yon.

Émotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions

Colloque international, Paris, 16 et 17 octobre 2014.

Colloque-Emotions-16&17oct2014

Manifestation scientifique soutenue par le Dim Gestes de la Région Île-de-France, le Cresppa-GTM UMR 7217, la MSH Paris Nord, l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, l’Université Paris 8 et le Lise-Cnam UMR 3320.

Lieu du colloque : Amphithéâtre Jean-Batiste Say – 292 rue Saint-Martin, Paris (75003)

Le colloque est ouvert au public, gratuit et sur inscription.

Contacts : Diane Desprat et Albena Tcholakova

 

Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…Aujourd’hui, prendre en considération les émotions au travail est une démarche incontournable pour qui veut saisir les enjeux sociaux et subjectifs du travail et les transformations organisationnelles, afin de comprendre tant les moteurs et les capacités d’expression de soi recelés par le travail, que la souffrance et les conflits dont c’est la scène.

Le concept d’émotion se caractérise notamment par sa double valence, positive et négative, et par son caractère relationnel. Sa portée heuristique est grande ; reste à entreprendre de le renforcer. Non seulement le concept d’émotion oblige à une observation et une écoute fines et outillées de ce qui se passe au travail, mais en plus, dans son acception sociologique, il incite à une problématisation qui dépasse la conception interne, naturelle et individuelle, pour mettre l’accent sur les rapports que les individus tissent avec leur activité, avec les autres (collègues, subordonnés, supérieurs, clients ou publics), avec le monde et ses valeurs, avec eux-mêmes, enfin (de manière incarnée et prenant place au sein d’une histoire singulière).

Programme et intervenants

 

Organisation, gestion productive et santé au travail

orga_gestion_prodFrançois Aballéa et Arnaud Mias (dir.) Organisation, gestion productive et santé au travail Toulouse: Octarès, coll. Le travail en débats – 383 p., mai 2014

Avec des contributions de :

Alexandra Garabige, Guillaume Tiffon, Pascal Barbier, Guy Lebeer, Mihaï Dinu Gheorghiu, Frédéric Moatty, Alexandre Benion, Marie Benedetto-Meyer, Jean-Luc Metzger, Antoine Valeyre, Jérôme Pélisse, Lucie Goussard, Patrick Conjard, Olivia Foli, Julien Kubiak, Martine Blanc, Catherine Peyrard, Lionel Jacquot, Loïc Lerouge et Gautier Debruyne, Philippe Douillet, Hélène Adam et Louis-Marie Barnier, Irène Gaillard et Gilbert de Terssac, Stéphanie Gallioz, Daniel Bachet, Pascal Marichalar, Arnaud Mias, Damien Cartron, Catherine Guaspare, Julien Choquet, Sarah Nechtschein, Isabelle Probst, Jean-Pierre Tabin, George Waardenburg, Constance Perrin-Joly, Pauline Seiller, Laïla Salah-Eddine, Jean-Pierre Durand, Pascal Ughetto.

 

Cet ouvrage, composé de 27 contributions, se propose de faire état des recherches en cours autour de quatre questions :

– l’impact des nouvelles formes d’organisation du travail sur la santé des salariés ;

– l’impact des nouveaux modes de gestion des ressources humaines sur la santé des salariés ;

– la prise en compte de la santé au travail dans les relations professionnelles ;

– les outils de diagnostic et d’analyse de la santé au travail.

 

Cet ouvrage fait suite au colloque du 16 et 17 décembre 2010, organisé par le GRIS, en collaboration avec l’AFS – RT 18 et RT 25 – Présentation et programme sur Calenda.